Yegg n°43 janvier 2016
Yegg n°43 janvier 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°43 de janvier 2016

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Yegg Magazine

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 13,5 Mo

  • Dans ce numéro : la beauté des corps.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
TOUTE L’ACTUALITÉ FÉMININE RENNAISE SUR YEGGMAG.FR CERISE SUR LE GATEAU Verdict - p.29 YEGG & the city - p.30
Musique SECRET IN THE DARK MONIKA NOVEMBRE 2015 Son passage aux TransMusicales de Rennes le 5 décembre dernier restera marqué dans nos esprits. De par son énergie, sa bonne humeur et sa déferlante de sonorités disco qui nous a fait bouger et frémir, et particulièrement sur la chanson Secret in the dark, qui donne son nom au disque. Réécouter son album, troisième opus de sa discographie, est un plaisir dont on ne se lasse pas. La chanteuse grecque, Monika Christodoulou, dite simplement Monika, dévoile une palette nuancée et complète de sa musique, entre disco, funk, rock, folk et jazz. Sa voix tantôt grave, tantôt aigue, mais toujours chaude et maitrisée, soul et blues, résonne dans les 12 titres de l’opus et donne la profondeur et l’intensité qui constituent le talent de Monika, dans « Babyboy » ou « Take me with you » pour ne citer que quelques exemples. Un albumentrainant, emprunt d’émotions et de peps électrisant. I MARINE COMBE Dvd LA LAPIDATION DE SORAYA M. CYRUS NOWRASTEH FÉVRIER 2015 verdict Un an après la première édition en DVD du film et à la suite de sa toute dernière réédition sur ce support, voici une excellente occasion de parler du dernier film de Cyrus Nowrasteh. L’œuvre tire son récit d’une histoire vraie se déroulant en août 1986 dans un petit village d’Iran, Koupayeh. Soraya mère de deux fils et deux filles est délaissée par son mari Ghorban-Ali. Celui-ci la frappe et la viole quotidiennement. Ne pouvant plus obtenir ce qu’il veut d’elle autrement que par la violence, il missionne sa femme, avec l’accord du chef de village et du mollah, à aider un homme veuf afin de le soutenir dans ses tâches ménagères et dans l’éducation de son fils. Son mari jaloux qui veut se débarrasser d’elle, alertera le conseil du village afin de la condamner pour adultère. Malgré son innocence, elle sera condamnée à mort par lapidation. Seule une femme s’opposera en vain à la colère des habitants du village. C’est elle-même qui rapportera l’histoire à un journaliste de passage dans le village le lendemain du drame. Une histoire forte filmée avec beaucoup de justesse. Le propos est sans ambiguïté et vise directement une coutume d’un autre âge, reflet d’une cruauté humaine sans équivoque. L’attente du châtiment est toute aussi douloureuse que la mise à mort et c’est avec un réalisme saisissant que l’auteur filme l’horreur de la lapidation. Le film est un cri, une alerte pour le monde entier face à ces crimes qui perdurent. I CÉLIAN RAMIS Cinéma À PEINE J’OUVRE LES YEUX LEYLA BOUZID DÉCEMBRE 2015 Tunis, été 2010, quelques mois avant la révolution. Farah qui vient d’obtenir son baccalauréat, vit seule avec sa mère. Prédestinée à continuer ses études en médecine, celle-ci ne rêve que de musique. La jeune femme chante comme elle respire et avec ses amis musiciens et leur groupe de rock, ils se produisent dans des bars de la capitale. Mais voilà Farah prend des risques lorsqu’elle chante des paroles qui dressent un portrait peu flatteur des autorités et du régime. Inconsciente, elle se fait vite repérer. Sa mère, quelque peu démunie, craint pour la sécurité de sa fille et la rappellera à l’ordre. Mais Farah est rebelle. Elle ne se démonte pas, pas même lorsqu’après s’être fait refouler à l’entrée d’un concert elle chante sur le trottoir. L’arrestation de son petit ami et musicien du groupe sonnera comme un avertissement puis c’est Farah qui se fera arrêter par la police. Le film est audacieux et réactive l’aire Ben Ali. Une ambiance chargée de tension et de privation. La réalisatrice met l’accent sur le traitement policier sévère et sans retenue affligé à la jeune fille de 18 ans. Un ambitieux premier long métrage qui cogne fort, combinant convictions politiques et créativité musicale. On se laisse très facilement envoûter par la musique et le chant d’une belle qualité. À travers le portrait d’une insoumise, le film suscite l’admiration d’une génération qui a soif de liberté et d’émancipation. Le film qui déborde d’énergie est une belle réussite. I CÉLIAN RAMIS Livre RETOUR À TOMBOUCTOU TITOUAN LAMAZOU NOVEMBRE 2015 Titouan Lamazou saisit l’insaisissable. Célèbre navigateur et artiste talentueux, ce natif de Casablanca capte l’essence humaine et particulièrement celle des femmes au cours de ses nombreux voyages. Notamment entre 1998 et 2000, à Tombouctou, dans le nord du Mali où il rencontre Aïcha, qui se fera sa muse, et se lie des amitiés solides. Treize ans plus tard, il part à la recherche de la femme qu’il a connu, qu’il aurait pu épouser, et de ses amie-s. Les groupes extrémistes ayant conquis les territoires, il s’entoure de sociologues, anthropologues, journalistes, historiens, etc. pour comprendre et expliquer ce contexte si fragile. À travers ce bel ouvrage, Titouan Lamazou nous emmène dans les camps de réfugiés du Burkina Faso, de Mauritanie, du Niger et du Mali, à la rencontre de celles, et ceux, qui ont fui l’horreur de la situation. Les coups de crayons, les aquarelles et les photographies traduisent des paysages somptueux et des portraits grandiloquents. Un voyage au cœur d’une beauté humaine et naturelle abimée, meurtrie mais éclatante et pure face à l’adversité. I MARINE COMBE Janvier 2016/yeggmag.fr/29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :