Yegg n°43 janvier 2016
Yegg n°43 janvier 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°43 de janvier 2016

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Yegg Magazine

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 13,5 Mo

  • Dans ce numéro : la beauté des corps.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
CÉLIAN RAMIS Liberté de création, le numéro étant pensé du début à la fin par la performeuse, et liberté d’action, la démarche artistique restant propre à chaque femme ou homme. À 34 ans, Cherry Lyly Darling sait ce qu’elle veut ou ne veut pas  : « Il y a des choses que je ne ferais pas, tout ce qui est burlesque trash ou gore, religion ou politique… Par contre, je n’ai pas d’enfants mais si j’étais enceinte, je voudrais performer avec mon bébé dans le ventre. C’est magnifique une femme enceinte, Janvier 2016/yeggmag.fr/18 focus pas besoin de le cacher ! Après une fois que l’on est maman, ce n’est pas un souci de continuer l’effeuillage, dès l’instant où on sait ce que l’on met sur scène et que l’on est claire avec soi. » Car pour cette dernière, son personnage, c’est l’accentuation, la continuité, de sa propre personne. Inspirée par des dessins animés de son enfance, comme Les Cités d’or, ou des films humoristiques comme ceux des Monty Python, elle s’immerge de tout ce qu’elle aime pour donner vie aux personnalités
qu’elle incarne sur scène avec beaucoup de sensualité. Maud’Amour arbore la même démarche, celle de s’inspirer des femmes qu’elle admire que ce soit Marilyn Monroe, Rita Hayworth, Michèle Mercier ou encore la fantasque Jessica Rabbit. À l’inverse, d’autres, comme Clea Cutthroat, « séduire est le cadet de mes soucis. Je peux être sexy mais ce n’est pas ma priorité. » Sur scène, elle est un prêtre transgenre en cuir qui se marie avec lui-même et se verse du lait. Ou elle apparaît sur focus des visuels, tâchée de sang. Louise de Ville, elle, navigue entre les thématiques féministes, liées à la sexualité, jouant de la double personnalité habillée – dénudée ou de l’évolution d’une femme qui se découvre. Ainsi dans le spectacle Betty speaks, la protagoniste se rapproche au départ d’une Bree Van de Kamp qui se libère au fil du temps et au fil des connaissances autour de son propre corps, de ses désirs et de ses envies. On pourrait penser à l’œuvre du temps et des combats féministes, partant de la femme des années 50, en cuisine, toute apprêtée, parée de son tablier et de son plus beau sourire, mais Louise nous le dit, ce n’est pas un cliché historique mais une réalité encore présente. Notamment « dans le fin fond du Kentucky », là d’où elle vient  : « Il y a plusieurs lectures de Betty que l’on peut considérer d’une autre époque. Mais de là où je viens, une petite ville dans une région très croyante, l’expérience de la femme, c’est celle de se marier, acheter une maison, s’endetter pour 2 voitures et 5 enfants. Elle était taboue pour moi cette femme au foyer. En tant que féministe, on est censée la dénigrer, presque la haïr. Ici, elle dérape entre la Madonne, une femme au foyer parfaite et une « dégénérée » sexuelle. C’est le complexe entre la mère et la pute ! » RAS-LE-BOL DES CODES Le new burlesque n’a donc pas de codes, hormis les règles artistiques comme la manière de marcher, de se tenir, d’ôter ses gants ou son soutiengorge, etc. Pas d’obligations non plus d’un numéro carré, archi répété et recraché, parfaitement orchestré. Les performeuses connaissent souvent sur le bout des doigts leur musique, ont pensé leur personnage et leur histoire, et fonctionnent ainsi par instinct et improvisation, perfectionnant la performance au fil des scènes. Car ici, ras-le-bol des codes ! On peut être mince, ronde, obèse comme la célèbre Dirty Martini – qui fait de son surpoids un message politique – avec de grandes jambes, de petits seins, un ventre plat, de la cellulite en bas des fesses et des vergetures sur les cuisses. Louise de Ville, Cherry Lyly Darling et Maud’Amour sont intarissables sur le sujet  : toutes les morphologies, toutes les sortes de physique, toutes les femmes sont acceptées et bienvenues (en majorité, des femmes blanches de ce que l’on a pu voir et découvrir). L’idée étant de se réapproprier son corps. Néanmoins, pas de secrets, l’effeuillage Janvier 2016/yeggmag.fr/19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :