Yegg n°43 janvier 2016
Yegg n°43 janvier 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°43 de janvier 2016

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Yegg Magazine

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 13,5 Mo

  • Dans ce numéro : la beauté des corps.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Janvier 2016/yeggmag.fr/10 PAULINE DELAGE CHERCHEUSE EN SOCIOLOGIE À L’UNIVERSITÉ DE LAUSANNE (SUISSE) Le 11 décembre dernier, elle présentait dans la capitale bretonne les résultats de sa thèse, « Violences envers les femmes  : la construction d’un problème politique en France et aux États-Unis à partir des années 1970 », lors d’une conférence organisée par l’association Histoire du Féminisme à Rennes, à la Maison des Associations, à l’occasion du 25 novembre. Comment le sujet des violences conjugales a été amené par les féministes dans le débat public ? Dans les années 70, les militantes américaines et françaises ont pris en charge le phénomène en ouvrant des associations, en particulier des lieux d’hébergement. Aux États-Unis, les militantes ont fait appel aux institutions juridiques et à l’État pénal. En 1994, la loi « Violence Against Women Act » a renforcé les liens existants entre les associations, les acteurs judiciaires et juridiques. En France, elles se sont développées via le travail social. Et les assos ont bénéficié dès 1989 d’un soutien institutionnel fort, de la part du Ministère des Droits des femmes (Michèle André, gouvernement Rocard,ndlr). Au début des années 2000, l’Organisation des Nations Unies (ONU) et l’Union européenne ont fait pression à l’échelle internationale pour que des politiques publiques soient mises en place. Quelles actions mettent-elles en place ? société Toutes les associations accueillent, prennent en charge et hébergent les personnes victimes. Elles manifestent, animent des ateliers de sensibilisation et de formation. En parallèle, elles organisent des évènements en fonction de l’agenda féministe, en France, à des dates comme le 25 novembre, le 8 mars. Celles étasuniennes préparent plein de manifestations tout au long du mois d’octobre, qui est consacré à la sensibilisation de la violence conjugale dans le pays. Pour se financer, elles vont organiser des galas qui rendent visibles leur combat ainsi que les associations. En France, c’est l’État qui a toujours financé mais ses apports, qui diminuent, changent. Les dotations et les appels à projet se développent. Or les structures orientent de plus en plus leur travail uniquement en fonction de cela, à la recherche de financements. Est-ce encore un sujet tabou ? On en parle de plus en plus mais de la mauvaise façon, souvent dans des termes psychologisants. En ce moment, un discours sur les pervers narcissiques est beaucoup mis en avant, celui de considérer les auteurs comme des malades alors qu’ils ne le sont pas en majorité. Les rapports sociaux liés à la violence conjugale, notamment les inégalités de genre, sont par conséquent occultés. La violence conjugale n’est pas un problème symétrique dans les couples hétérosexuels. Cela vient d’un rapport de domination et de contrôle des hommes sur les femmes. Mais cela ne veut pas dire qu’elles ne répondent pas et heureusement pour elles ! Le cas de Jacqueline Sauvage montre la méconnaissance des magistrats et des juges sur le sujet (lire le coup de gueule de la rédaction, page 6,ndlr). I MANON DENIAU CÉLIAN RAMIS
INFOS PRATIQUES ÉVÈNEMENTS ÉCONOMIE SANTÉ MODE SPORT PHOTOS INTERVIEWS INSOLITES BONUS RENDEZ-VOUS AGENDA CONCERTS FESTIVALS CULTURE DÉCOUVERTE DOSSIERS REPORTAGES POLITIQUE SOCIÉTÉ TENDANCES SOCIAL L’ACTU AU QUOTIDIEN, C’EST SUR YEGGMAG.FR YEGG...



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :