Weleda n°146 mar à aoû 2019
Weleda n°146 mar à aoû 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°146 de mar à aoû 2019

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Laboratoires Weleda

  • Format : (145 x 230) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 7 Mo

  • Dans ce numéro : du champ au laboratoire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
78% des sages-femmes libérales prescrivent régulièrement de l'homéopathie. ** Étude « les sages-femmes libérales et l'homéopathie » réalisée en 2013 par Imago auprès de 212 sages-femmes libérales. 34 Revue Weleda/Printemps-été 2019
tomber comme un couperet. Ils craignent aussi la raréfaction des médecins formés à l’homéopathie. Or ce sont des patients qui ont fait des choix thérapeutiques en associant à des traitements lourds, lorsqu’ils y sont confrontés, des médicaments homéopathiques ou anthroposophiques pour les soulager. Devront-ils se rendre en Allemagne ou en Suisse pour continuer de se soigner comme ils le souhaitent ? L’homéopathie va-t-elle être condamnée à devenir une médecine de luxe en France ? » Joël Siccardi, président de l’Association Homéo Patients France (AHP France), regrette amèrement le manque d’attention à l’expérience vécue par les patients  : « Les médias restent focalisés sur la question de l’effet placebo et des preuves scientifiques. Bien sûr, découvrir le mode d’action de l’homéopathie serait important. Il est nécessaire que les chercheurs y travaillent. Mais nous invitons les autorités de santé à prendre aussi en compte l’efficacité du traitement et l’intérêt de notre expérience. Un patient qui constate l’efficacité d’un Se mobiliser de façon simple sur #MonHomeoMonChoix Début avril, l’ensemble des acteurs de l’homéopathie (professionnels de santé, sociétés savantes, associations de patients, entreprises du médicament homéopathique ont lancé une campagne pour que chacun puisse exprimer son attachement à l’homéopathie et exiger le maintien de son remboursement. 1 SNC  : Spécialité à Nom Commun 2 Selon l'Arrêté de 1984 3 Rapport d'activité CEPS 2017, page 10 35 traitement homéopathique prescrit par un médecin retourne généralement le consulter. À la longue, parfois plusieurs décennies de suivi, il bénéficie d’un recul qui lui permet de dire comment l’homéopathie l’a accompagné tout au long de son parcours de vie, dans des pathologies très diverses. N’est-ce pas aussi important ? » En plus de priver les patients de traitements efficaces, le déremboursement produirait d’autres effets délétères. Pour commencer, la collectivité pourrait subir le coût des transferts vers des médicaments plus coûteux  : le prix moyen des médicaments homéopathiques remboursables (SNC 1) est de 2,70 € 2, celui des autres médicaments remboursables de 10,00 € 3. Tout aussi grave serait l’exclusion de l’homéopathie de l’enseignement médical  : « Enseigner l’homéopathie dans les facultés de médecine et de pharmacie est le seul moyen de maintenir les patients dans un parcours de soins rigoureux », souligne le Dr Charles Bentz, président du Syndicat national des médecins homéopathes français (SNMHF). Le collectif #MonHomeoMonChoix propose à chacun de se mobiliser de façon simple et gratuite  : - soit en signant sur le site internet www.monhomeomonchoix.fr - soit en envoyant « Homeo » par SMS au 32 321



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :