Weleda n°139 sep 15 à fév 2016
Weleda n°139 sep 15 à fév 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°139 de sep 15 à fév 2016

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Laboratoires Weleda

  • Format : (145 x 230) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 9,2 Mo

  • Dans ce numéro : jardin de vie grenade.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Une association à but non lucratif NaTrue a choisi de s’organiser sous la forme d’une association, dont le but affiché n’est pas de faire des profits (pour preuve  : au vu des bilans financiers, en 2014, les frais de certification des matières premières sont passés de 200 à 50 € alors que ceux pour les produits finis avaient été réduits à 200 € au lieu de 300 en 2013), mais bien de promouvoir la qualité et la disponibilité des cosmétiques naturels et biologiques. Cela passe notamment par l’adaptation régulière des critères du référentiel, pour tenir compte à la fois des progrès techniques et des attentes des consommateurs. Dans la même optique, NaTrue a désormais recours aux services de l’IOAS (International Organic Accreditation Services), un organisme de certification indépendant, pour garantir le strict respect des critères et accroître la crédibilité du label. Les piliers du développement NaTrue a d’abord une ambition  : devenir la référence préférée (pour ne pas dire  : naturelle) de toutes les L’Eau naturelle parfumée « Jardin de Vie Grenade » bénéficie du niveau 2 de la certification NaTrue. Avec 94% des ingrédients issus de culture biologique contrôlée, elle intègre la catégorie « cosmétiques naturels en partie biologique » et se positionne à la limite du niveau 3 qui en exige 95% (lire page 19). parties prenantes de la cosmétique naturelle et biologique, pas seulement en termes de nombre de certifications mais aussi d’excellence. Pour tendre vers cet objectif, NaTrue se base sur deux piliers principaux  : la promotion et développement du label pour garantir la disponibilité de la meilleure qualité possible pour les consommateurs à travers le monde, la participation et contribution aux décisions règlementaires de l’Union Européenne pour promouvoir la disponibilité d’ingrédients naturels et biologiques de haute qualité et pour défendre ces cosmétiques au profit des consommateurs dans le monde entier. La voix des cosmétiques naturels C’est même ce deuxième pilier qui est présenté comme le plus important. NaTrue revendique ainsi clairement son action de lobbying à Bruxelles, et entend encore renforcer son rôle dans les groupes de travail de la Commission européenne ou dans les instances de normalisation comme le CEN 1. Même si l’association ne peut pas y voter (seuls les représentants des États membres ont cette prérogative), elle peut y faire entendre sa voix, et elle y est considérée comme un partenaire essentiel. Et c’est un point important car aujourd’hui, plusieurs réglementations en préparation sont l’objet d’inquiétudes pour le secteur des cosmétiques naturels et biologiques. Car s’il n’existe pas à ce jour de définition « officielle » de ce qu’est un produit cosmétique naturel ou biologique, certaines pourraient voir le jour prochainement, notamment au travers d’une norme internationale actuellement en discussion. « L’initiative de cette norme revient au secteur cosmétique conventionnel », précise Ramon Stroink, membre de NaTrue pour Weleda. « Une 16 Revue Weleda automne-hiver 2015
vraie formule naturelle est longue et coûteuse à élaborer, et son succès n’est pas toujours assuré. Le conventionnel veut surfer sur la vague naturelle pour se développer sur un marché porteur, mais il veut le faire pour pas cher ». Et il jouerait donc de tout son poids pour abaisser les niveaux d’exigences. NaTrue plaide au contraire pour rehausser les niveaux d’exigence, ce qui correspond aux attentes des consommateurs. Pour donner plus de poids à son argumentation, l’association a fait réaliser en 2014 une enquête par le GfK Group, spécialisé dans les études de marchés, d’où il est ressorti que 80% des consommateurs s’attendent à ce que les produits naturels ne contiennent que des ingrédients naturels et pas d’OGM (pour 90% des personnes interrogées). Or, la norme pourrait leur laisser une place, tout comme aux ingrédients non-naturels dérivés de la pétrochimie... et ce ne sont que des exemples parmi d’autres. 17 Le pôle scientifique Et les actions de NaTrue ne s’arrêtent pas au lobbying ou à l’expansion de son label. L’association s’est aussi donnée pour mission de mener des recherches scientifiques sur les enjeux importants. Le rôle de ce pôle scientifique ? Surveiller les réglementations en cours d’élaboration, analyser leur impact sur les ingrédients et les produits de la cosmétique naturelle, et apporter les arguments en faveur de la défense de leur qualité, y compris en menant des recherches spécifiques. Avec déjà plusieurs succès à son actif. Un exemple de contribution majeure à la défense des ingrédients naturels  : les données de NaTrue sur la sécurité de l’huile d’arachide, menacée d’interdiction du fait de son éventuel potentiel allergisant, ont été acceptées par le comité d’experts européen en charge de l’évaluation des ingrédients cosmétiques, qui les a prises en compte pour réviser sa première opinion et modifier le niveau de protéines acceptable pour un usage cosmétique.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :