W-Fenec n°37 mai/jun 2019
W-Fenec n°37 mai/jun 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°37 de mai/jun 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : www.w-fenec.org

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 74

  • Taille du fichier PDF : 14,7 Mo

  • Dans ce numéro : membrane...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
Il y a de nouvelles dates prévues à l’automne ? Oui, on voit ça en ce moment, pour jouer du côté de Paris, Lille, dans l’Ouest. En janvier, a priori, on repart en Angleterre. Votre dernier tweet date de 2012, le bandcamp s’arrête à 2017, vous avez perdu les codes ou tout se passe forcément par Facebook ? Je pense que tu fais référence à un compte Twitter démarré par un ancien membre du groupe. Y’en a un plus récent mais qui n’est pas vraiment alimenté. Le nouvel album est disponible sur Bandcamp. Facebook remplace aujourd’hui le site internet et la newsletter. Et au sujet des réseaux sociaux, je trouve ça infernal, c’est le Voici du pauvre  : on se met en scène, on fait croire qu’on est connu... tu n’as jamais entendu le fameux  : « pour être connu, il faut faire croire qu’on est connu ! » ? Cela dit c’est un mal nécessaire, qui permet de garder le contact avec les personnes qui nous suivent, donc tout n’est pas négatif ! Merci ! Merci à vous les gars, et bravo pour ce que vous faites ! Merci Pascal et les Rescue Rangers, merci également à Pat de la Klonosphère. a Oli Photos  : DR 47 INTERVIEW
LES DISQUES DU MOMENT 48 DIRTY SHIRT Letchology (Rock Attack Records/Apathia Records) Avec Dirty Shirt, la question qu’on se pose n’est pas de savoir s’ils vont pouvoir faire mieux que leur dernier album mais au moins aussi bien tant le niveau est élevé depuis quelques années (Dirtylicious et Folkcore detour sont des must), leur dernière production permet non seulement de jouer avec le champ lexical de la bouffe (je te mets direct la recette qui mélange les ingrédients, le vieux pot traditionnel, les saveurs balkaniques et l’ambiance bouillonnante comme ça je suis débarrassé) mais aussi de se rassurer  : les mecs sont vraiment bons. Est-ce cette nourriture qui les obsède (« Letch » signifie « obsédé ») , pas certain, ce qui l’est, c’est que la sauce prend toujours (merde, j’avais dit d’arrêter) et que l’amalgame des cultures roumaine et anglo-saxonne fonctionne à plein régime (tooh). L’anglais et le roumain se partagent les sonorités vocales et si on ne compte pas les guests (ils sont une ribambelle à venir chanter ou jouer d’un instrument aussi sympathique que la viole ou l’accordéon), la variété sert la puissance d’impact de Dirty Shirt jamais à court d’idées pour nous faire réagir. Mention particulière pour les chants plus lourds que j’apprécie un peu moins et pour la voix d’Alexandra qui apporte de la féminité (de temps à autres et un peu plus sur « Nice song ») et fait beaucoup de bien dans un univers où la testostérone l’emporte sur le reste. C’est dire car les rythmiques dansantes qui puisent leur source dans le folklore sont imparables (« Latcho drom », « Nem loptam », « Starea naţiei »...) et accessibles à toutes les oreilles. Mais voilà, quand les riffs tombent, ça fait vraiment mâle (« Put it on » envoie Korn se rhabiller au rayon fillettes) et on rigole beaucoup moins. Pour autant, le groupe sait parfaitement doser ses intentions et évite d’en mettre trop, notamment quand le propos se durcit, une fois la grosse mandale passée (et certains en méritent, n’est-ce pas Trump dont la voix est samplée sur « Hora lentă ») , on rembraye sur un son venu de la Roumanie profonde ou sur une partie mélodieuse ultra catchy. Les inconditionnels de Dirty Shirt, et ils sont de plus en plus nombreux, en ont pour leurs lei, c’est une grosse ration de folk core qui nous est servie (promis, c’est la dernière) et que ce soit sur la quantité ou sur la qualité, on ne peut qu’être satisfait et décerner les trois étoiles réglementaires (oops, je l’ai refait). Si tu veux retrouver le sourire et gigoter dans tous les sens, comme ses prédécesseurs, Letchology fait le boulot tout en allant encore un peu plus loin (l’habillage de « Killing spree ») , si d’ici le prochain service, y’a du rab, on prend. Oli



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 1W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 2-3W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 4-5W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 6-7W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 8-9W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 10-11W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 12-13W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 14-15W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 16-17W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 18-19W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 20-21W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 22-23W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 24-25W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 26-27W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 28-29W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 30-31W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 32-33W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 34-35W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 36-37W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 38-39W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 40-41W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 42-43W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 44-45W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 46-47W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 48-49W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 50-51W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 52-53W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 54-55W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 56-57W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 58-59W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 60-61W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 62-63W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 64-65W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 66-67W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 68-69W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 70-71W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 72-73W-Fenec numéro 37 mai/jun 2019 Page 74