W-Fenec n°35 déc 18/jan-fév 2019
W-Fenec n°35 déc 18/jan-fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°35 de déc 18/jan-fév 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : www.w-fenec.org

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 13,9 Mo

  • Dans ce numéro : Mass Hysteria...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 70 - 71  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
70 71
TRAÎTRE CÂLIN Par traîtrise (Autoproduction) TRAÎTRE CÀLIN Même si tout n’est pas parfait, le duo parisien Traître Câlin nous propose un univers très particulier qui divisera les foules à coup sûr. Car leur spécialité est la poésie sombre et nihiliste récitée, chantée et rappée sur une musique synthétique et électronique froide. Voilà en gros pour situer quand tu jetteras une oreille sur Par traîtrise, leur premier EP. Et cela commence sans préliminaire dès « Par goût », plage sur laquelle une déclaration abondante d’un ton maussade surgit et oppresse, histoire de te montrer où tu fous les pieds. Jouant avec le décalage énorme qu’il y a entre son patronyme et ce qu’il propose musicalement et textuellement, le groupe soumet un hip-hop industriel assez bruitiste et saturé pour poser un décor malsain et déstabiliser l’auditeur, de la même manière qu’Elastik, Fausten, ou encore Stupeflip. Même si les styles de ces formations là sont différents dans l’absolu, Traître Câlin se nourrit de multiples influences notamment littéraire et on sent par moments que celle-ci est mieux maîtrisée ou mise en valeur que l’aspect musical. C’est peut-être sur ce point que Nada et Jbaâl pourraient progresser en ayant un peu plus de justesse sur le flow/chant ou en améliorant la qualité de sa prod’, un peu juste en qualité. Ted ACE FREHLEY Spaceman (Koch Entertainment) On peut légitiment s’interroger sur l’intérêt d’écouter un nouvel album de Ace Frehley en 2018. Le « lead guitarist » originel de Kiss est toujours dans le circuit et propose aujourd’hui Spaceman, nouvel effort solo dont le nom est tiré de son personnage de ses années au sein du groupe maquillé. Les amateurs de la technique du guitariste seront conquis (« Rockin’with the boys », l’instrumental « Quantum flux ») , et les inconditionnels des structures boogy blues (« Your wish is my command », « Off my back ») et des titres résolument rock, voire hard rock (« Bronx boy », « Pursuit of RNR », « Mission to Mars ») en auront pour leur argent. L’ensemble est certes agréable, mais aucun titre ne ressort véritablement du lot de ce disque de neuf plages. Ace Frehley, inventeur du « son » Kiss, est toujours sur le même créneau, et Spaceman respecte en tout point les codes du Bisou, en s’autorisant quelques facéties (le riff d’entrée de « Bronx boy », l’instrumental et semi acoustique « Quantum flux «) . À défaut d’être passionnant et original, Spaceman se révèle plaisant et révélateur du talent d’interprétation de Frehley. I Gui de Champi THINK KASTENDEUCH Morning glory wine (Autoproduction) Au niveau de la production, Think Kastendeuch monte en puissance tranquillement au fil des années  : un EP éponyme de 3 titres en 2007, un autre EP de 5 titres en 2010 (Draft punk) et pour 2018, le dernier EP de 6 titres  : Morning glory wine. Mais cette discographie en dilettante n’entâche en rien la qualité et la constance de TK quand il s’agit de taper dans du noise rock débridé. Comme on dit  : « ce qui est rare est précieux ». Et Morning glory wine nous rassasie, avec parcimonie, dessinant un lien entre les Melvins, les Stooges, et autres Jesus Lizard. Une amplitude et diversité de chants sympathiques (la descente d’octave sur « On the clock ») , une guitare qui combine un bon son noise sur des riffs proprets et rythmés, et la batterie qui a depuis bien longtemps dépassé le niveau « poum poum tchak ». Bref, Think Kastendeuch continue dans cette belle orientation initiée il y a 10 ans, du bon indie rock noisy, qui reste parfois très accessible (le titre « Genuine article » qui commence presque comme de la britpop). Et au rythme où ils sortent leurs albums, on attend avec impatience 2028, qu’ils enregistrent leur premier double LP. Eric 71EN BREF
IL Y A 10 ANS 72 IL Y A 10 ANS  : MANU Rendez-vous (Tekini Records) Bien que composé d’une moitié de Dolly, le projet de Manu est assez différent (ne serait-ce que la couleur de sa voix !) , on avait un groupe de rock très électrique (Dolly !!!) qui tirait peu à peu vers la pop, en « solo », Manu est clairement pop même si elle se laisse parfois déborder par son énergie rock. Rendez-vous est donc très pop dans le sens où les titres sont simples, touchent l’auditeur dès la première écoute grâce à la voix sucrée de Manu qui sait comment nous accrocher mais aussi par de petits arrangements discrets mais efficaces. Quelques titres électrisent tout de même l’atmosphère, le superbe « Tes cicatrices » mais aussi « Cow-boy » et surtout « Sur mes lèvres » où la guitare monte en saturation et le rythme s’emballe, une composition qui rappelle la construction d’un « Régis » ou « Love and money » dans la gradation, ici, on s’arrête avant les cinq minutes et on enchaîne avec des notes très délicates et une voix caline (« Dis-moi un secret »). Les sentiments, le partage d’une vie à deux, la présence de son enfant, parfois l’ombre de Micka et la volonté d’aller de l’avant sont les principaux thèmes abordés dans des textes plus ou moins simples à décrypter (la pureté d’ » Un beau jour » face aux quelques zones de mystère laissées par « Allée des tilleuls »). Manu offre une petite pépite en japonais avec le ravissant « Suteki ni », écrit par Suzuka Asaoka (une traductrice japonaise installée à Paris), c’est un morceau ultra dynamique qui sonne très bien dans une langue qu’on ne comprend pas et qui pourrait faire fondre les nippons même si ce n’est pas le but... Manu continue donc son parcours artistique, fidèle à ses amours que sont la pop et le rock, la guitare et le micro, les mots et les accords, touchant les coeurs et les corps. Oli



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 1W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 2-3W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 4-5W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 6-7W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 8-9W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 10-11W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 12-13W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 14-15W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 16-17W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 18-19W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 20-21W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 22-23W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 24-25W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 26-27W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 28-29W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 30-31W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 32-33W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 34-35W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 36-37W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 38-39W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 40-41W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 42-43W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 44-45W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 46-47W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 48-49W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 50-51W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 52-53W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 54-55W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 56-57W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 58-59W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 60-61W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 62-63W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 64-65W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 66-67W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 68-69W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 70-71W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 72-73W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 74-75W-Fenec numéro 35 déc 18/jan-fév 2019 Page 76