W-Fenec n°34 sep/oct/nov 2018
W-Fenec n°34 sep/oct/nov 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°34 de sep/oct/nov 2018

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : www.w-fenec.org

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 172

  • Taille du fichier PDF : 16,3 Mo

  • Dans ce numéro : les moines mariés.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
INTERVIEW 8 autre chose. Mais l’idée, c’est que quand on a terminé d’enregistrer, et c’est un processus qui est souvent long, surtout dans ce groupe, on a toute cette joie qu’on emporte avec nous en tournée. Quand il est temps de remonter sur scène, on a toute cette énergie en plus et c’est un bonheur de repartir en tournée. C’est ce qu’on ressent en ce moment, on en est exactement à cette étape-là  : on est ravis d’être ici, malgré toutes les difficultés, on est super contents d’avoir de nouveaux morceaux. C’est vraiment un moment cool. Surtout ici, c’est magnifique ! [Ndlr  : l’interview s’est déroulée au bord du lac du Malsaucy, en pleine nature] Mike  : Oui, cet endroit est superbe ! Moi, ça m’a manqué. Quand on s’est absenté aussi longtemps et qu’on revient après une année, c’est quand même agréable d’être là. C’est un peu notre habitat naturel, les coulisses des festivals. C’est comme des tribus qui se rassemblent, on retrouve plein de vieux potes qu’on ne voit que dans ce genre d’endroits. C’est cool de voir ces vieux potes et de faire ce qu’on fait. D’un autre côté, plus on vieillit et plus on apprécie de rester un peu plus à la maison. Comme disait Will, on a besoin de vivre notre vie. Si on passait notre temps en tournée, puis à enregistrer, puis en tournée à nouveau, sans vivre un peu entre les deux, vous n’entendriez que des chansons sur le repas qui était dégueu, mon vol agité, la femme de chambre de l’hôtel qui faisait trop de bruit, tu vois ? Will (qui feint de s’énerver)  : La mauvaise marque de flotte en coulisses !!! (rires) Tu n’aimes pas celle-là ? Will  : Si, celle-là je l’aime bien mais celle-là, je l’aime pas !!! Je déteste celle-là, je la déteste !!! (rires) Et j’ai envoyé un mec m’en chercher exprès. non, je déconne. Mike  : Tu vois, tu n’aurais pas envie d’écouter ça pendant tout un album ! Will  : Oui, exactement ! Toutes les chansons ne parleraient que de ça ! Mike  : Personne ne veut que toutes ses chansons parlent de ça. Donc c’est bien de vivre un peu et d’écrire des choses sur la vie, et après libre à chacun de les traduire. Vous avez joué au Hellfest il y a 15 jours, dans un festival métal. Vous qui êtes difficilement qualifiables, êtes-vous plus à l’aise dans un festival clairement orienté ou dans un festival à la programmation éclectique ? Will  : Je trouve que les deux ont leur charme et on a de la chance de pouvoir faire un festival comme le Hellfest, et ensuite d’en faire un comme celui-ci, aujourd’hui à Belfort. C’est un peu la musique qui décide, d’un point de vue sonore, et elle s’adapte bien aux différents cadres. Nous on est plutôt contents de jouer n’importe où. Certains d’entre nous peuvent avoir une préférence personnelle pour un festival comme celui-ci, ou le Werchter en Belgique, qui sont un peu plus diversifiés, mais au fond, on arrive et on est qui on est, on fait ce qu’on fait, on espère que tout se passera bien et d’habitude ça le fait ! Mike  : Ce qui est cool dans notre groupe, c’est
qu’on peut avoir plusieurs cordes à notre arc. Moi, je suis le mec « Heavy », j’adore le Hellfest ! Vraiment je kiffe ! [Ndlr  : cette année était le deuxième passage d’AIC au Hellfest, et Mike a visiblement trouvé l’édition 2018 beaucoup mieux organisée. En effet, en 2006, il s’est retrouvé en fâcheuse posture à cause d’un problème de ravitaillement. en papier toilette.] Mais on peut aller jouer au Hellfest et ensuite. Le concert d’hier soir est un bon exemple  : on a joué au Montreux Jazz Festival et on a fait un set acoustique. On a juste dit  : « on ne va pas prendre les amplis, on va jouer avec des guitares acoustiques ». Ce sont deux expériences très différentes  : l’une devant 50 000 personnes habillées en noir qui ressemblent à des fantômes, l’autre à Montreux, au bord du lac de Genève, où tout le monde est détendu avec son verre de vin en train de manger du fromage dans une ambiance festive... Ce sont deux choses complètement différentes mais c’est bien pour nous de vivre les deux. On n’a peur de rien, on joue n’importe où... après toutes ces années, des milliers de concerts... et ils sont tous différents, ça c’est génial ! Vous avez été une pierre angulaire d’un son et d’un état d’esprit dans les années 90, que vous inspire le rock d’aujourd’hui, où aucune icône ne semble émerger ? Mike  : Je suis sûr qu’ils sont là, quelque part. Simplement, ils ne font pas de marketing, derrière une major ou un gros label. Je suis sûr qu’il y a un gosse dans un garage qui sera le prochain Kurt Cobain ou David Bowie. Je l’espère ! Et j’espère que les étoiles s’aligneront bien pour cette personne et qu’elle pourra reprendre le flambeau quand on prendra notre retraite. Je pense que le monde a besoin de la musique, que c’est très important et que c’est une vocation noble. Et je pense qu’on devrait soutenir ça. C’est dommage que ce ne soit pas tellement le cas aux États-Unis. Les programmes artistiques sont retirés des écoles publiques. Et moi je suis un produit de l’école publique où on jouait de la clarinette et du saxophone dans la fanfare, où on marchait au pas en jouant de la clarinette, tout ça. Je trouve ça très important, ça manque. Alors peut-être que c’est notre faute si aucune icône n’apparaît. Cela dit, il y a toujours quelqu’un ! Will  : Oui, ils sont là, quelque part comme dit Mike. C’est une question de business. L’économie de ce secteur et sa structure ont subi des changements tellement fondamentaux que c’est devenu d’autant plus difficile de vraiment soutenir un nouveau groupe à un niveau qui lui permettrait d’être connu partout dans le monde. Bien sûr, tous les gamins peuvent former un groupe, comme moi et mes potes au début de l’ère du Hardcore où on pouvait sauter dans un break pour faire des concerts improvisés dans différentes villes, devant notre scène, tout ça. C’était très underground et en même temps c’était beau ! Mais pouvoir subventionner et soutenir les prochains Guns and Roses ou les prochains Nirvana. on parle d’un gros paquet de fric, c’est un investissement majeur. C’est de plus en plus difficile et si jamais ça se produisait comme par miracle, ce serait aussi de plus en plus difficile pour les groupes ou les artistes concernés de se faire payer à la hauteur du public qu’ils pourraient générer. On vit vraiment une époque bizarre au sein de l’industrie musicale mais peut-être que quelqu’un réussira à secouer tout ça dans la prochaine décennie ! Mike  : Et pendant ce temps-là, nous on continuera de jouer ! On n’est absolument pas qualifiés pour faire autre chose, c’est ça notre boulot ! Vous n’allez pas venir nous chercher alors c’est à nous de venir vous voir. C’est pour ça qu’on est là, on est venus jouer pour vous. Will, y aura-t-il une suite à tes aventures avec Giraffe Tongue Orchestra ? Je l’espère ! On est tous très occupés en ce moment avec nos groupes et nos projets respectifs. Mais je pense que c’était un disque très important pour nous tous et nous sommes très heureux de l’avoir créé. On l’a ressenti comme une étape importante dans nos carrières et nous sommes ravis que de nouvelles personnes continuent de le découvrir. Malheureusement, ce disque n’a pas eu la promo qu’il méritait. On n’a pas pu faire autant de concerts qu’on aurait voulu mais ça changera peut-être un jour, au moins pour les concerts. Si on ne fait pas de nouveau disque, j’aimerais au moins refaire quelques concerts pour celui-là. Ce serait génial. Que retenir de cette expérience ? Qu’on peut être un monument du rock et avoir les pieds sur terre, que Will Duvall est un vrai canon (! ! !) et que les caprices de star ne sont plus ce qu’ils étaient. Merci à Ephelide, Laurent BMG, Oli et Gui de Champi pour les questions. Tiff Photos couverture et p.6  : Pamela Littky Photos p.8 et 11  : Nicolas Keshvary Daily Rock 9 INTERVIEW



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 1W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 2-3W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 4-5W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 6-7W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 8-9W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 10-11W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 12-13W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 14-15W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 16-17W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 18-19W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 20-21W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 22-23W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 24-25W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 26-27W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 28-29W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 30-31W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 32-33W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 34-35W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 36-37W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 38-39W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 40-41W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 42-43W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 44-45W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 46-47W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 48-49W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 50-51W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 52-53W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 54-55W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 56-57W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 58-59W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 60-61W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 62-63W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 64-65W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 66-67W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 68-69W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 70-71W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 72-73W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 74-75W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 76-77W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 78-79W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 80-81W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 82-83W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 84-85W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 86-87W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 88-89W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 90-91W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 92-93W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 94-95W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 96-97W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 98-99W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 100-101W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 102-103W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 104-105W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 106-107W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 108-109W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 110-111W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 112-113W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 114-115W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 116-117W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 118-119W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 120-121W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 122-123W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 124-125W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 126-127W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 128-129W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 130-131W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 132-133W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 134-135W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 136-137W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 138-139W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 140-141W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 142-143W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 144-145W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 146-147W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 148-149W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 150-151W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 152-153W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 154-155W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 156-157W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 158-159W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 160-161W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 162-163W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 164-165W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 166-167W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 168-169W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 170-171W-Fenec numéro 34 sep/oct/nov 2018 Page 172