W-Fenec n°21 jan/fév/mar 2016
W-Fenec n°21 jan/fév/mar 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°21 de jan/fév/mar 2016

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : www.w-fenec.org

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 11,3 Mo

  • Dans ce numéro : zone libre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
58EN BREF YOUNG CARDINALS Lights/Burns/Despair (Send the Wood Music) Je vois d’ici les Lyonnais se gausser, « ahah, sont jamais en avance mais là, quand même plus de deux ans de retard... », parce que ce premier EP de Young Cardinals est dispo depuis l’été 2013. Autoproduit, autodistribué, celui-ci n’est pas arrivé jusqu’à nous à cette époque-là. Réédité suite à leur signature chez Send the Wood Music, on peut pleinement en profiter avant de découvrir leur premier album en février prochain. Formé par d’ex-membres de groupes connus de nos services (Jaïl, Bul, Tanguero), le quatuor a enregistré avec Fabrice Boy ce 4 titres qui sonnent pas mal comme leurs cousins de StereoTypical Working Class dont on les sent assez proches (et pas que géographiquement). Dans le chant, le traitement des guitares, les mélodies ou la rage, on retrouve ce qu’on aime dans ces groupes qui aiguisent leurs guitares et soignent leurs voix, tapent fort et cisèlent les harmonies, jouent sur les émotions autant que la tension physique. Les quatre excellents titres font donc saliver d’autant plus qu’on sait qu’on ne devra pas attendre 2 ou 3 ans pour avoir une suite mais juste quelques semaines, rien que pour ça, on ne leur en veut pas de nous avoir oublié sur la promo de leur démo. Oli WOODSON Fieldhouse (BlackOut Prod/Red Plane Records) Chouette, un nouveau disque de Woodson. Je n’avais pas trop de nouvelles depuis leur split partagé avec les défunts The Early Grave. Du coup, je suis content de te parler en quelques mots de Fieldhouse, nouvel EP du trio de Rouen. 6 titres et 24 minutes de bonheur. Le ton est donné. Ces gars ont été élevés au son de la power pop et du hardcore mélodique US, tout en agrémentant la sauce d’un soupçon d’influences bien de chez nous (tu me connais, quand j’entends un groupe qui me rappelle Second Rate, je ne peux qu’être sous le charme). Fieldhouse ne connaît pas de temps morts, le groupe ne lâchant pas la pression, et même si certains titres (« Waiting for something ? », « Backed «) se veulent plus « rentre dedans » que d’autres, l’ensemble révèle une constance indéniable  : Woodson sait composer et exécuter de bonnes chansons. Des chansons sentant bon le punk rock mélodique, avec des guitares inspirées, des voix travaillées, et même si on pourrait reprocher une prod’un poil faiblarde, on ne que s’enthousiasmer à l’écoute de ces morceaux bien construits et savamment envoyés. Le punk rock en France a encore de beaux jours devant lui. Gui de Champi HARMORAGE Psychico corrosif (Doowet) Harmorage se veut être un mélange entre « Harmonie » et « Rage », sur Psychico corrosif, on cherche surtout l’harmonie (trop discrète bien que maîtrisée sur des passages délicats) car la rage est présente partout... Si musicalement, elle prend différentes formes avec des riffs qui tiennent autant d’un punk old school que du power métal (prends ton harmonique articifielle dans la face) avec quelques envolées heavy histoire de contraster les sons graves, au niveau du chant, c’est bien plus constant avec une référence éclatante  : Lofofora. Vindicatifs, en français, engagés et enragés, les messages d’Harmorage passent en force et gagneraient à être plus mélodiques (il n’y a qu’à écouter comment « Mon anarchie » attire l’attention) et moins calqués sur le type de flow de Reuno pour sortir de l’ornière de la comparaison et de leur relative monotonie. Les Lyonnais ont connu quelques remaniements depuis leur premier album (Berserker en 2007) mais tapent du poing sur la table avec cette nouvelle galette et comptent bien se faire entendre, avec ou sans ton consentement. Oli
THE LONG ESCAPE The warning signal (Auroproduction) Sur la pochette de The triptych, le triangle pointait vers le bas, ici, c’est vers le haut, le ciel, les sommets qu’il vise. Kimo et son projet The Long Escape continuent de gravir les échelons, marche après marche, pour se hisser au-dessus de la mêlée des groupes qui jouent autant avec les mélodies (extraordinairement justes) que le métal le plus sombre (et sans forcer au niveau du chant, ce qui est plus qu’appréciable) et qu’on a du mal à qualifier tant il touche à tout. Ce n’est pas vraiment alternatif, ce n’est pas vraiment prog mais c’est vraiment bien foutu. Et c’est tout ce qui compte parce que des groupes qui s’approchent de la qualité des A Perfect Circle ou Porcupine Tree, c’est plutôt rare, d’autant plus en France... Compos en béton, son irréprochable, qualités techniques indéniables, The Long Escape est à l’aise dans tous les registres et passe de l’un à l’autre avec une facilité déconcertante sans pour autant tomber dans des plans simplistes (les parties un peu mielleuses du passé ont disparu). Bref, quand un pote viendra te dire du bien de TLE, tu ne pourras pas dire qu’on ne t’avait pas prévenu. Oli NUMÉROBÉ Own words (JFX Lab) Récemment évoqué pour le remix d’un titre du nouvel EP de Margaret Catcher, des gars du Nord comme lui, NUMé- ROBé a bien avant cela sorti un EP cet été intitulé Own words. Et autant vous dire que le bonhomme de 26 ans sait manier avec classe ses machines pour en sortir de belles effluves sonores typées ambient/electronica que renierait nullement Mount Kimbie, John Talabot, Nosaj Thing ou même Filastine. Ceux pour qui ces noms sont familiers comprendront assez vite la substantifique moelle de ce 4 titres. Ces derniers mettent en effet l’accent sur le voyage sonore, la sensibilité et les émotions que procurent chaque vague rythmique et instrumentale, un mélimélo introspectif à écouter au casque avec un volume imposant, quelques voix qui traversent le bulbe pour vous accompagner dans ce périple à la fois aérien et entraînant, mais surtout hyper hypnotisant. Voilà grosso merdo la formule de NUMéROBé qui sait consciemment que les maîtres de ce genre en vogue rôdent toujours et risquent de lui faire de l’ombre. A lui de se faire sa place dans ce monde merveilleux de la musique indépendante. Ted NECROBLASPHEME Belleville (Auroproduction) Bel artwork, gros son (signé Francis Caste), Necroblaspheme fête ses 15 années d’existence avec un gros album qui devrait les faire connaître bien davantage tant la musique qu’ils proposent est dans l’air du temps, quelque part entre death (leurs origines qui semblent assez lointaines désormais), post-hardcore sludge le plus sombre et hardcore tout court. Essaye d’imaginer Nesseria, Hangman’s Chair et The Arrs bosser ensemble et ne renier aucune de leurs aspirations, ça donne un mélange détonnant où la double pédale peut blaster tout ce qui bouge, des titres pesants et oppressants et une rasade de poésie du XIXème siècle (le texte d’Emile Goudeau). Riche, varié, le métal de Necroblaspheme version 2015 peut plaire à tous ceux qui sont davantage touchés par le dégoût, la rage ou le désespoir que par un style particulier que ce soit en rythmique, en riffing ou en chant car Necroblaspheme touche un peu à tout et comme il le fait bien, ne se prive pas pour varier les plaisirs (n’écoute rien que « Such a lot » pour te faire une « petite idée »... même si sur ce titre, ils ont le renfort de Thomas de Bodie). Oli EN BREF 59



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 1W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 2-3W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 4-5W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 6-7W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 8-9W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 10-11W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 12-13W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 14-15W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 16-17W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 18-19W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 20-21W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 22-23W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 24-25W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 26-27W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 28-29W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 30-31W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 32-33W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 34-35W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 36-37W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 38-39W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 40-41W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 42-43W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 44-45W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 46-47W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 48-49W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 50-51W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 52-53W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 54-55W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 56-57W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 58-59W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 60-61W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 62-63W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 64-65W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 66-67W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 68-69W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 70-71W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 72-73W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 74-75W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 76