W-Fenec n°21 jan/fév/mar 2016
W-Fenec n°21 jan/fév/mar 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°21 de jan/fév/mar 2016

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : www.w-fenec.org

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 11,3 Mo

  • Dans ce numéro : zone libre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
LES DISQUES DU MOMENT 32 KLOGR Make your stand (Zeta Factory) Klogr (à prononcer « Kilo Gare » ou un truc comme ça avec l’accent américain d’un italien) existe depuis 2011 mais a pour habitude de tout recommencer à zéro après la sortie d’un album. Comprend par là qu’après leur premier opus (Till You decay), Gabriele « Rusty » Rustichelli, chanteur et guitariste, s’est retrouvé tout seul devant changer les 3 autres membres du groupe ! Il récupère alors les zicos de Timecut pour préparer Black snow qui sortira en 2014... une année qui verra de nouveau partir une grande partie du groupe (la moitié !). Bref, en 2015, le EP 3 titres Make your stand est une nouvelle carte d’identité pour le quatuor, un EP qui nous est livré avec en bonus le Live in Trezzo et le DVD dudit concert de Trezzo (près de Milan, en novembre 2014, pour les tout débuts de ce line-up). La remuante biographie de Klogr n’est pas occultée dans la partie « bonus » du DVD qui présente chacun des chapitres de la vie du groupe au travers d’images studio, live et en répèt’, avec des commentaires et des échanges entre les différents membres sous-titrés en anglais parce que ça parle surtout italien. On a ainsi 4 parties distinctes avec des line-up qui évoluent et entre 15 et 50 minutes d’immersion avec le combo, pour le fan, c’est forcément un régal, pour le profane, tout n’est pas passionnant et j’avoue que j’ai pas mal zappé même si l’ensemble rend bien compte du boulot de dingue qu’exige un groupe qui veut tenir la baraque sur CD comme sur scène. Le point de départ du DVD, c’est tout de même la captation du concert donné à Trezzo sull’Adda, une ville où Klogr a posé ses amplis et ses caméras en novembre 2014 pour jouer des titres issus de ses premiers albums. Le « Live club » a l’habitude de recevoir de gros concerts (Nada Surf, Me First and The Gimme Gimmes, Millencollin bientôt, Godspeed You ! Black Emperor, Sick Of It All, Mudhoney, Bad Religion... en 2015), le groupe a de la place pour jouer, les caméras sont fixes et proches des musiciens, le public est ultra sage (il se réserve certainement pour Guano Apes qui jouera ensuite), les couleurs sont assez belles (le grain de l’image est impeccable) et le son tellement propre qu’on croirait du studio... Pour être tout à fait honnête, il ne se passe pas grand chose durant ce concert, l’intérêt est ailleurs, à la fois dans la démonstration du savoir-faire technique en live du groupe et dans la présentation de titres que l’on peut découvrir si on a raté les premiers épisodes... Terminons par le début, la sortie de l’EP, Make your stand, trois titres, une dizaine de minutes qui paraissent au final bien peu à côté de tout le reste (plus de 2h de musique). Trois morceaux qui semblent élargir encore le spectre des envies et des capacités du groupe de Rusty qui touche autant à un métal classique (un peu de MetallicA pour le chant clair rageux), à un autre plus ouvert (des parties éclairées avec des sonorités proches de A Porcupine Tree ou A Perfect Circle) et un autre plus brut de décoffrage (le son de la disto, l’enchaînement des riffs et des rythmes). L’ensemble sonne assez moderne tout de même et se laisse écouter grâce à un chant très accessible et des parties prog’qui ne s’éternisent pas. Oli
GRAVE PLEASURES Dreamcrash (Metal Blade Records/Sony Music) « Grave Pleasures ou la renaissance d’un groupe », voilà qui sonne juste puisque la formation finlandaise a fait ses débuts sous d’autres formes. Ses premiers balbutiements se retrouvent sous le nom de Beastmilk. L’histoire ne dure pas. L’album Climax sort en 2013 et le chanteur Johan Snell met la clé sous la porte. Les autres membres relèvent le défi de continuer sous un autre nom  : Grave Pleasures. Retour en studio avec Kvohst à la place du lead-vocal. Première mise en bouche proposée avec le clip « Crying wolves ». Une malle se pose étrangement sur fond rouge et noir suivie de près par une tête de mort entourée de bougies qui tournent sans cesse. Couleurs vives sur couleurs vives, des images s’enchaînent rapidement et se superposent sans suite logique. La voix de Kvohst fait son entrée, en décalage sur le rythme soutenu, dans le style d’un Robert Smith (The Cure). A peine la minute passée, le chanteur nous fait la démonstration de quelques envolées. Avec ce son mêlé aux images, le groupe nous emmène loin. « New hip moon » fait l’objet du second clip. Les couleurs laissent place cette fois-ci à des images en noir et blanc d’une beauté pure. Après une sobre introduction à la guitare, la formation nous entraîne dans un titre rapide, court, efficace. Grave Pleasures confirme ici son inscription dans un rock influencé par le psychédélique. La formation classique rentre pourtant difficilement dans une case. Sa toute nouvelle création vient également puiser dans le hard rock avec une pincée de métal. Le tout joué de façon extrêmement théâtrale. Les solos de guitare sont absents mais c’est pour mieux retrouver un coté lancinant voir dissonant dans les séquences instrumentales. La section rythmique semble vouloir nous faire sauter le cœur. Le chant oscille entre une voix grave, gutturale et cadencée et des montées en voix de tête plus pop-rock. La pochette de Dreamcrash nous l’avait pourtant annoncé  : l’atmosphère est étrange, parfois planante, et les cieux sont à la tempête, sans doute pour illustrer des morceaux comme « Futurshock ». Grave Pleasures veut nous faire voyager au fil d’un son bien à eux, qui mêle des influences multiples  : survolté et planant, énervé et psyché, dramatique et inquiétant. La qualité de l’opus l’affirme  : le phœnix renaît de ses cendres. Julien 33 LES DISQUES DU MOMENT



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 1W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 2-3W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 4-5W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 6-7W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 8-9W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 10-11W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 12-13W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 14-15W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 16-17W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 18-19W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 20-21W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 22-23W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 24-25W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 26-27W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 28-29W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 30-31W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 32-33W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 34-35W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 36-37W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 38-39W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 40-41W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 42-43W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 44-45W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 46-47W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 48-49W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 50-51W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 52-53W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 54-55W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 56-57W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 58-59W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 60-61W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 62-63W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 64-65W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 66-67W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 68-69W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 70-71W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 72-73W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 74-75W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 76