W-Fenec n°21 jan/fév/mar 2016
W-Fenec n°21 jan/fév/mar 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°21 de jan/fév/mar 2016

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : www.w-fenec.org

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 11,3 Mo

  • Dans ce numéro : zone libre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
LES DISQUES DU MOMENT 26 SAINT ASONIA Saint Asonia (RCA Records) Encore un supergroupe... En tout cas, un groupe formé de zicos qui ont une histoire assez conséquente. Notamment sur le sol nord-américain parce que Adam Gontier et Three Days Grace n’ont jamais vraiment percé chez nous (comme bon nombre d’autres groupes genre 3 Doors Down). Le chanteur guitariste s’est acoquiné de Rich Beddoe (ex-batteur de Finger Eleven et lui aussi originaire de l’Ontario) mais aussi de deux autres lascars au pédigree plus imposant encore. A la basse de Saint Asonia qui débarque en force en 2015, on trouve donc Corey Lowery actif par le passé au sein de Still Rain, Stuck Mojo ou Stereomud ! Du lourd mais pas autant que la patte de l’autre guitariste qu’est Mike Mushok, un des piliers de Staind. C’est assez secrètement qu’ils ont bossé tous les quatre pour confirmer leur existence en mai, quelques mois donc avant la mise en bac de leur premier album éponyme (fin juillet). Un opus produit par Johnny K (Machine Head, Disturbed, Soil, Megadeth mais aussi, tiens donc Finger Eleven ou Staind). Pour ce qui est de sa musique, Saint Asonia ne cache pas son amour pour le power rock qu’on qualifie par ici de « rock US » tant ce style à la fois musclé et produit correspond à ce que font mieux que personne les Ricains. Si tu aimes le style précité, tu vas te régaler avec ces couplets dominés par la rythmique avec le chant où la guitare vient faire un petit tour (oui, quand même dans Staind la guitare avait aussi son importance) avant de reprendre la direction des opérations pour un gros refrain et le pont en mode guitar heros (mais pas trop) pour remettre une couche, histoire que tout le monde puisse chantonner encore une fois. C’est un peu caricatural mais pour « Better place » (un single tout en puissance avec ce petit arrière-goût de très bon Filter), « Fairy tale » ou « Dying slowly », ça fonctionne tout à fait. Parfois, le groupe met plus de poids ou d’accroche dans la disto (« Blow me wide open », « Happy tragedy ») pour rappeler qu’ils sont forts et que les demoiselles seront en sécurité dans leurs bras. Car oui, la demoiselle risque d’être charmée par des titres plus faciles d’accès, des titres peu intéressants (comme « Live my life » ou « Leaving Minnesota ») , des balades indispensables dans un album du style, plutôt sympatoches car pas trop larmoyantes ici (« Waste my time » et « Trying to catchup with the world ») ou alors par des compositions très arrangées, ultra produites, plus travaillées, peut-être plus douces mais avec un réel intérêt dans leur construction comme « Even though I say » et dans une moindre mesure « King of nothing ». Saint Asonia est un super groupe ultra typé, entre postgrunge, voix charmeuse et power rock velu, c’est ce dont raffole les rednecks mais là où certains faisaient de la soupe boueuse (Puddle of Mudd) avec 3 accords et deux mélodies, ici, les lascars expérimentés mettent leur art au service de la cause, peut-être pas très noble pour certains, mais voilà, ça fait partie du paysage Nord-Américain et pour les quelques-uns qui y sont sensibles de ce côté-ci, c’est du très très bon. Oli
SAF Hell hath no fury like me (Sober & Gentle) C’est sous le patronyme de Suck As Fuck que SAF débute son aventure en 2012. Ce projet lie la chanteuse Marianne Elise Simonot (ex-Nouvelle Vague, Yuksek, Klanguage) et le guitariste Eat Gas (ex-Hey Hey My My), le tout chapeauté par le co-fondateur d’Archive, Darius Keeler. Produits par ce dernier qui compose aussi avec le duo, un premier single Fast puis un EP intitulé Nailstormvoient le jour et permettent au groupe de tourner avec Archive afin que le bouche à oreille prépare la sortie d’un premier album. Ce dernier nommé Hell hath no fury like me débarque un an plus tard, en juin 2015, sur le label Sober & Gentle (Cocoon, Hey Hey My My, Mother Of Two), et allie une pop sensualisée domptée par l’influence d’un post-punk salvateur mâtiné de plages électroniques. Enregistré au RAK Studios à Londres, le premier LP de SAF suggère par son artwork que son origine tient de la confrontation de deux cerveaux, d’un homme et d’une femme. Évidemment, cela peut rappeler furtivement à certains des duos rock qui ont bien marché (The Kills ou The White Stripes pour ne citer qu’eux), sauf que ces deux-là sont surveillés de près par Darius Keeler d’Archive, qui concédons-le, trouve un malin plaisir ces dernières temps à aller exercer ses talents ailleurs (te souviens-tu du Bleu noir de Mylène Farmer ?). Sans savoir concrètement ce qu’il a apporté sur ce disque, on peut éventuellement lui reconnaître ses programmations électroniques minutieusement mises en place sur des titres comme l’intimiste « Don’t fucking touch me » ou le sublime morceau éponyme captivant par son aspect itératif. SAF développe donc un certain goût pour la recherche de sonorités et de mélodies captivantes, qu’elles soient rock, pop ou électro, ainsi que dans les vocalises qui siéent à la situation, qu’elles soient voluptueuses (« Clouds », « Leaving you ») , convulsives (« Bam ! ») ou revendicatrices (« Face »). Le groupe s’est fait connaître par des singles, dont l’introductive « Nailstorm » (dont la longueur est paradoxalement de 8 minutes) qui a été reprise sur ce premier disque dont le titre fait référence à un album des Clipse, excellent duo de rappeurs de Virginia Beach, sorti en 2006. Hell hath no fury like me ne déroge pas à la règle tant ses titres sont immédiats et efficaces sans pour autant se confronter à des formats extra-courts. Équilibrées, les compositions du duo peaufinées entre Paris et Londres sont influencées par Sonic Youth, Can mais surtout PJ Harvey et Archive (forcément), et montrent un état des lieux plus que satisfaisant du projet, à savoir un groupe qui a parfaitement su préparer son petit bébé à l’avenir. Et ce, aussi grâce à vous, car la diffusion et les frais de communication du disque ont été co-financés par une plateforme de crowdfunding. Elle est pas belle la vie ? Ted 27 LES DISQUES DU MOMENT



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 1W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 2-3W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 4-5W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 6-7W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 8-9W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 10-11W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 12-13W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 14-15W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 16-17W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 18-19W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 20-21W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 22-23W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 24-25W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 26-27W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 28-29W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 30-31W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 32-33W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 34-35W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 36-37W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 38-39W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 40-41W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 42-43W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 44-45W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 46-47W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 48-49W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 50-51W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 52-53W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 54-55W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 56-57W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 58-59W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 60-61W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 62-63W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 64-65W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 66-67W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 68-69W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 70-71W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 72-73W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 74-75W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 76