W-Fenec n°21 jan/fév/mar 2016
W-Fenec n°21 jan/fév/mar 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°21 de jan/fév/mar 2016

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : www.w-fenec.org

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 11,3 Mo

  • Dans ce numéro : zone libre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
LES DISQUES DU MOMENT 24 MANU La vérité (Tekini Records) La vérité ? Manu n’a jamais été aussi proche de Dolly. Les concerts, le travail « en groupe », l’anglais, le moyen de sortir une certaine énergie ? Peu importe les raisons de ce retour aux sources plus rock car même si on adore la douce Manu en version pop, on l’apprécie encore davantage dans un nuage distorsion survolée par sa voix cajoleuse. Si la guitare n’avait jamais vraiment quitté les bras de Manu, la saturation n’avait jamais été aussi présente que cet opus, elle est omniprésente, seul un titre y échappe, c’est « Je pense à toi » et son dépouillement musical d’où émergent essentiellement les sons graves du violoncelle qui rappellent fatalement Apocalyptica. L’autre plage de calme, c’est « A quelqu’un », qui commence comme une complainte un peu résignée avant de peu à peu se transformer en fougueux élan électrique. Pour le reste de l’album, l’électricité est déjà à tous les étages avec l’envie d’en découdre plus frontalement et carrément de faire honneur à une vieille gloire du punk rock. Manu reprend en effet « Teenage kicks », le titre de The Undertones qui s’il est écrit à l’été 77, sort en 78 alors que les Sex Pistols ont braqué tous les regards sur un nouveau genre musical. Ce morceau est devenu un standard du punk grâce entre autres à ses nombreuses reprises (parmi les groupes qui se sont amusés avec le riff entêtant on peut citer les Buzzcocks, Ash, Skunk Anansie, Therapy ?, Green Day, Supergrass, Rasputina et même les One Direction), ici, à part la voix, moins chevrotante, on reste très proche de l’idée d’origine avec un fond sonore un peu brouillon d’où ressortent les notes qui, avec la dynamique, font le sel du tube. Et si là, l’anglais s’impose, on le retrouve aussi par ailleurs (« Toi et moi », « Bollywood ») , par bribes comme si la langue du rock venait s’incruster naturellement dans le français maternel de Manu (« Happy end nous restons dans le mood/Take my hand et serrons-nous les coudes... ») , comme une évidence. L’anglais n’est pas nécessaire pour donner du rythme et du punch, notre idiome peut aussi sonner et faire claquer les mots (« Un baiser dans le cou », « Comme un gant ») comme leur donner une harmonie qui nous emporte avec force (et rappelle un peu plus Dolly, « La vérité », « Encore de moi »). La vérité ? Peut-être que la vraie nature de Manu refait surface, qu’il lui est impossible de calmer ses démons « de jeunesse », que le Rock est plus fort que tout et comme, finalement, il s’adapte parfaitement à ses volontés de douceur et de mélodie, le mélange détonne plus qu’il n’étonne. De toute façon, avec Manu, le charme agit toujours, quelque soit son arme. Oli
ZEUS ! Motonotono (Three One G Rec., Tannen Records, Sangue Dischi) Avec Motomonotono, les excellents Zeus ! reviennent se rappeler à notre bon souvenir avec un album 10 titres qui jusqu’au boutise encore un peu plus la démarche du groupe et leur math-grind-noise expérimental. Autant le dire tout de suite, si c’est ton premier contact avec le duo d’Imola (vroom, vroom...), on te conseillera de jeter tout d’abord une oreille sur leur précédent méfait, Opera, qui jouissait d’une concision le rendant nettement plus abordable et immédiatement jouissif. Sur Motomonotono, les Zeus ! appuient sur l’accélérateur expérimentation et démontrent, s’ils avaient encore besoin de le démontrer, qu’ils sont bien le haut du panier quand il s’agit de musique IN YOUR FACE exigeante. Dès le premier titre, « Enemy e core », on retrouve cette force de frappe qui allie une puissance et une science du rythme qui marquent instantanément les esprits. En quasi 5 minutes d’un groove indus cinglant qui n’est pas sans rappeler leurs collèges de Morkobot, Zeus ! offre une entame d’album abrupte et sèche, une ode à la répétition rythmique et au caractère nettement hypnotique qui en découle. Volontairement oppressant durant les pistes suivantes, le duo permet une respiration avec « Panta reich », une bizarrerie ambiante qui fait figure de salon zen au milieu de tout ce vacarme savamment orchestré. D’autant plus que les hostilités et les équations rythmiques reprennent de plus belles avec « All your grind is love » qui comme son nom l’indique épanche leur soif d’une virulence primaire et régressive avec un titre qui passe comme une lettre à la poste. Après quelques écoutes, on s’aperçoit également que le groupe a disséminé des accroches, des samples qui facilitent la compréhension de leur musique. Reste que Motomonotono est un objet difficile à apprivoiser, le tout semble de prime abord aride comme le désert de Gobi, mais passé la maîtrise dudit objet, c’est un régal pour les oreilles et l’envie de se prendre cette oasis rythmique en live grandit exponentiellement. Excellente sortie. Et s’il fallait encore un argument massue pour te convaincre, Zeus ! bénéficie du parrainage de Justin Pearson (The Locust, Retox...) et de son label Three One G, un gage de qualité et la promesse d’une baffe sonore. David 25 LES DISQUES DU MOMENT



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 1W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 2-3W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 4-5W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 6-7W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 8-9W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 10-11W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 12-13W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 14-15W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 16-17W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 18-19W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 20-21W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 22-23W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 24-25W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 26-27W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 28-29W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 30-31W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 32-33W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 34-35W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 36-37W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 38-39W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 40-41W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 42-43W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 44-45W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 46-47W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 48-49W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 50-51W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 52-53W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 54-55W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 56-57W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 58-59W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 60-61W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 62-63W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 64-65W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 66-67W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 68-69W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 70-71W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 72-73W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 74-75W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 76