W-Fenec n°21 jan/fév/mar 2016
W-Fenec n°21 jan/fév/mar 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°21 de jan/fév/mar 2016

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : www.w-fenec.org

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 11,3 Mo

  • Dans ce numéro : zone libre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
TEXTE EDITO Le dernier édito de l’année ressemble au premier. Année de merde. Ce vendredi soir-là, je suis claqué, la semaine de boulot est terminée, il va falloir se reposer un peu. Je mate une série, il est un peu plus de 22h, il reste une petite demie heure du match de foot, ça devrait être pas mal pour m’endormir, la France est en train de tranquillement battre l’Allemagne, ça fait du bien. Les commentateurs ne s’enflamment pas de trop, étrange, ils vont rendre l’antenne directement pour une émission spéciale, il se passe quoi ? Putain, encore le terrorisme, des gars se sont fait sauter aux abords du stade, d’autres ont mitraillé des terrasses, il y aurait une vingtaine de morts. Les infos sont un peu brouillonnes, quelques uns de ces dingues seraient encore dans Paris. Impossible de s’endormir maintenant. Et une autre info tombe, le Bataclan serait attaqué. Le Bataclan ? Sérieusement ? Je sais que ce week-end y joueront les Deftones, d’ailleurs Chino est déjà à Paris, un ami l’a croisé et a posté un selfie sur Facebook. Y’avait qui ce soir au Bataclan ? Ah ouais, Eagles of Death Metal. Merde, Chris y est, il a posté un clip avec une vanne « Ce soir on danse comme à LA ». Chris est un de mes rares « amis Facebook » que je n’ai jamais rencontré en vrai. Un de mes filtres pour ne pas être submergé par les contacts sur ma page perso, c’est de n’accepter que des gens que je connais « en vrai », quand par d’autres biais le courant passe vraiment, il m’arrive de faire des exceptions. Chris en est une, il faut dire qu’il joue dans un groupe excellent (Oliver) et qu’il fait la promo d’autres groupes excellents (comme Stevans ou les Dysby). Zapping sur les chaînes infos. Surf sur le net. C’est l’enfer. Le Bataclan est sous les balles, les tireurs y sont retranchés avec des otages. C’était sold out ce soir, 1500 personnes. « Je vais bien, je bosse à la maison », Ted n’est pas allé au concert, ouf. Plein d’autres potes non plus, l’application « sécurité » de facebook tourne à plein régime, les « V » verts se succèdent. Le cerveau bouillonne, les informations ne sont pas assez précises, pas assez rapides et la TV qui annonce ne plus retransmettre d’images du quartier du Bataclan. Soit c’est parce que c’est trop dangereux, soit c’est parce que la BRI, le GIGN, le RAID ou je ne sais qui va intervenir, soit les deux. A droite ou à gauche, des mots reviennent « massacre », « bain de sang », dans les rues de Paris, le décompte des tués augmente, au Bataclan, c’est silence radio. Et c’était peut-être mieux, on craignait le pire, c’est arrivé. Des dizaines de morts, des centaines de blessés. Pas de nouvelles de Chris. 3h du mat’, les forces de l’ordre ont terminé l’opération, les réseaux sociaux veulent des nouvelles de tout le monde, la plupart sont bonnes. 5h du matin, Kass change sa photo de profil pour y mettre le bras étoilé de Nath’, lighteuse de la salle, elle était là hier soir pour le plaisir, nordiste, elle a bossé avec 2
plein de groupes dont Carving et Marcel et son Orchestre, là aussi, on n’a pas de nouvelles, ou en tout cas pas de nouvelles « sûres ». Des amis cherchent à avoir des news d’amis à eux, il y en a plein sur mon fil, Guillaume, journaliste rock/métal passionné, encore un gars comme « nous », ne donne lui non plus pas de signes de vie. La nuit est courte et en même temps trop longue. Le matin, j’essaye de préserver ma petite fille des images à la TV alors je me remets à surfer tous azimuts. Chris est mort. Je ne l’ai jamais rencontré, on a juste échangé des mails, des messages privés, des « j’aime » mais depuis plus d’un an, c’était des contacts assez réguliers et c’était évident que si on se croisait en vrai, on aurait l’impression d’avoir été pote depuis 10 ans, on a grandi avec les mêmes groupes, on a une vision très similaire du monde du rock, de la fête, de la déconne. C’est un ami virtuel plus réel que des gens que je côtoie tous les jours. Et il a été tué par des dingues au service d’une secte dont le gourou ne veut que du fric et le pouvoir sur un territoire comme au Moyen Age ? Dans quel monde on vit ? Une poignée de manipulés peuvent détruire notre insouciance aussi facilement ? Quelle merde. Guillaume est mort. Aux avis de recherches succèdent les hommages et toutes ces personnes nous ressemblent. Fans de rock, fans de bières, fans de nems, fans de foot, fans de pizza, fans de fête, tous comme nous, tous innocents, ils avaient encore tant à offrir... La nuit a été pourrie, la journée aussi. Les drapeaux « bleu blanc rouge » ont fleuri sur les filtres de profil. Ça fait au moins un truc qu’on a récupéré temporairement au FN avant qu’ils nous parasitent nos régions. Envie de rien à part pleurer et en même temps, si c’est en écoutant de la musique et buvant des coups qu’on est si dangereux, il va falloir s’y remettre. Nath est morte. Et un prof d’anglais, le mec du merch’des Eagles, ce jeune couple, ce père qui ne connaîtra jamais son enfant, un prof de géo, Pierre-Yves qui a bossé sur les premiers enregistrements de Dead Pop Club, ils sont 130 à avoir été privés de tout. Et si on va remplacer notre chagrin par de bons souvenirs avec le temps, plusieurs centaines de survivants ne reviendront que difficilement à leur vie d’avant, certains sont encore à l’hôpital. Putain mais de quelle force va-t-il falloir être pour surmonter l’insupportable ? Par respect pour toutes les victimes et leurs familles, continuons à vivre, ne nous privons pas, profitons, ne leur lâchons rien, à part des bombes peut-être... Oli 3 TEXTE EDITO



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 1W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 2-3W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 4-5W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 6-7W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 8-9W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 10-11W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 12-13W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 14-15W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 16-17W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 18-19W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 20-21W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 22-23W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 24-25W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 26-27W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 28-29W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 30-31W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 32-33W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 34-35W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 36-37W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 38-39W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 40-41W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 42-43W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 44-45W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 46-47W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 48-49W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 50-51W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 52-53W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 54-55W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 56-57W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 58-59W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 60-61W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 62-63W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 64-65W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 66-67W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 68-69W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 70-71W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 72-73W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 74-75W-Fenec numéro 21 jan/fév/mar 2016 Page 76