W-Fenec n°18 mai/jun 2015
W-Fenec n°18 mai/jun  2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°18 de mai/jun 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : www.w-fenec.org

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 82

  • Taille du fichier PDF : 14,1 Mo

  • Dans ce numéro : interview de Danko Jones.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
LES DISQUES DU MOMENT 8 A BURNING Heads TRIBUTE Fire walks mith me (Blackout Prod, Buzz Off Rec, Kicking Records) FIRE WALKS WITH ME A BURNING HEADS TRIBUTE Depuis le temps que ce projet est dans les tuyaux, tu ne pourras que te réjouir de lire dans ce mag ce qui est certainement la première chronique de Fire walks mith me : A Burning Heads tribute. Car oui, j’ai l’honneur, la chance et le privilège d’être en possession d’une édition numérique de cette « arlésienne ». Et oui, dans quelques semaines, tu pourras toi aussi te délecter de ce disque absolument génial et glisser cet album dans tes platines (cd et vinyle). C’est bon, tu as versé ta petite larme, tu es remis de tes émotions, on peut y aller ? Alors GO ! Olivier de Buzz Off Records(Dead Pop Club), déjà responsable du tribute aux Seven Hate lors de leur split il y a déjà douze ans (mais checkez les internets, le groupe reprend la route pour une tournée !), est à l’initiative de Fire walks mith me : A Burning Heads tribute dans le but de fêter les 20 ans du premier album des Orléanais. Bon, le prétexte n’est plus vraiment d’actualité, mais entre nous, a-t-on besoin d’une raison particulière pour rendre hommage au meilleur groupe de punk rock français de tous les temps ? Certainement pas. Epaulé par les labels Kicking Records et Blackout Prod, Olivier a donc contacté la crème de la scène power punk rock française qui a tourné/splitté/fumé/rêvé avec les Burning. Au final : quinze titres avec le tracklisting d’origine plus quelques bonus (il n’y pas de mal à se faire du bien). Et le rendu est franchement classe. Mon top trois revient à trois interprétations énergiques et fidèles à l’esprit des originaux, avec la patte des exécutants : « In my head » de Ravi qui ouvre le disque et qui place la barre très haut. Uncommonmenfrommars (dont il s’agit du dernier enregistrement studio) avec un « Time to get away » flamboyant et un énormissime « Hey you » des petits frères de l’Est, à savoir The Rebel Assholes. Mais le reste n’est pas mal non plus ! La jeune garde y va également de son hommage (le costaud « Special forces » de Dissidence Radio, Dot Dash !, Forest Pooky en acoustique qui exécute de fort belle manière « Making plans for Nigel »). Les groupes traînant leurs converses usées depuis plus de dix piges dans le circuit ne sont pas en reste (la magnifique reprise de « Alone » par Dead Pop Club avec Sylvain Second Rate en guest vocal, l’énergique « Place for me » des Flying Donuts, le surprenant « Brave new world » par Dirty Fonzy, le surpuissant « Once again » de Gravity Slaves, le punk mélo « Failing » de Hogwash). Et c’est avec plaisir qu’on tend l’oreille à l’écoute les vieux briscards de Sleeppers (« Rain » à couper le souffle), High Tone (« Blind » en version électro, un régal), Thompson Rollets (« Something has change today ») et Copenhagen (projet de Lionel Portobello Bones, qui bouleverse les codes avec « Go away »). On sent, dans chaque cover, le respect du parcours accompli par les Burning et la passion que toi, moi, nous partageons pour un groupe qui n’a jamais changé son fusil d’épaule au détour d’une mode musicale. Ce tribute aux Burning Heads est aussi étonnant que passionnant. 500 copies seront sur le marché parallèle, à toi de faire ce qu’il faut pour rendre hommage à ta manière à l’une meilleure chose qui me soit arrivé dans mon background musical. Rien que ça ! Gui de Champi
MOANAA Descent (Autoproduction) A N A.. A'm ! `'DESCENTT Bielsko Biala est un bled du « Sud » de la Pologne (car oui, il y a bien un « Sud » en Pologne), c’est de là qu’est originaire Moanaa et si tu es sensible au post hardcore, tu ferais bien retenir ce nom. Moanaa pas Bielsko Biala hein... Le groupe a déjà sorti un EP en 2010 mais a changé de chanteur (une habitude, ils en sont à leur troisième) et de guitariste avant d’enregistrer leur premier opus autoproduit Descent qu’ils donnent en pâture au monde à la fin du mois de septembre 2014. Et c’est du lourd. Descent porte bien son nom, depuis les sommets des sons clairs tout en douceur au début de l’album, on s’enfonce toujours plus bas dans les tréfonds d’une noirceur post-hardcore abrasive et sans concession. Cult of Luna, AmenRa, Neurosis, Omega Massif, on peut invoquer un tas de noms prestigieux pour présenter Moanaa mais les Polonais font leur truc, leur musique à eux et pas une pâle copie usinée à l’Est. La principale caractéristique du combo, c’est d’exploser les limites de la norme sludge-doom-core en allant encore plus loin dans les mélodies et la limpidité d’un côté et en s’enfonçant jusqu’aux portes d’un black metal pour toucher du doigt (et de la voix) le noir absolu de l’autre. Et quelques soient les extrêmes, c’est réalisé avec une grande classe et on navigue de l’un à l’autre avec une aisance naturelle tout simplement bluffante. Et si Moanaa est clairement un groupe métal, c’est peutêtre quand il joue sur la légèreté et la délicatesse avec des passages éthérés et des notes aériennes qu’il se sublime. La jouissance atteint son paroxysme quand les distorsions lumineuses croisent la route des textes et accords plus bruts (« Lit », le duo « Ion... » / «...Mills »). Quand les Polonais nous entraînent sur le seul registre métallique sans trop pousser, sa musique devient plus banale (tout est relatif...) et passe partout (au rayon post-hardcore s’entend), mais j’ai l’impression que le groupe en est conscient puisque ces moments sont plus que réduits sur ce Descent où chaque morceau est un voyage de plusieurs minutes (1 heure au total pour 8 titres). Excellente découverte, Moanaa démontre qu’on peut encore s’extasier sur un style qui résiste au temps et à la passion qu’il a développé ces dernières années et que même juste après la bataille (on peut imaginer que la grosse vague est passée...), on peut encore tomber sur des combattants de très haut niveau prêts à en découdre avec les meilleurs (mêmes si ceux-ci sont en retraite anticipée). Avec en plus un très gros son et un superbe artwork, il y a tout pour vouer un culte à Moanaa. Oli 9 LES DISQUES DU MOMENT



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 1W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 2-3W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 4-5W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 6-7W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 8-9W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 10-11W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 12-13W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 14-15W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 16-17W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 18-19W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 20-21W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 22-23W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 24-25W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 26-27W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 28-29W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 30-31W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 32-33W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 34-35W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 36-37W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 38-39W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 40-41W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 42-43W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 44-45W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 46-47W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 48-49W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 50-51W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 52-53W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 54-55W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 56-57W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 58-59W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 60-61W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 62-63W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 64-65W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 66-67W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 68-69W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 70-71W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 72-73W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 74-75W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 76-77W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 78-79W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 80-81W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 82