W-Fenec n°18 mai/jun 2015
W-Fenec n°18 mai/jun  2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°18 de mai/jun 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : www.w-fenec.org

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 82

  • Taille du fichier PDF : 14,1 Mo

  • Dans ce numéro : interview de Danko Jones.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
LES DISQUES DU MOMENT 54 [STÖMB] The grey (Autoproduction) En 2012, quatre parisiens fans de métal instrumental se réunissent autour d’une idée commune : monter un groupe à la fois métallique et exigeant où les atmosphères seraient reines : [Stömb]. Tom et Aurélien sont aux guitares, Alexandre à la basse et Olivier à la batterie, ils enregistrent d’abord un EP (Fragment) en 2013 pour se faire connaître et ça marche puisqu’ils placent un titre (« The consuming insiders ») sur la compil’Ghost ship sworn enemy (début 2014) et arrivent ainsi à nos oreilles. C’est donc avec une certaine excitation qu’on se plonge dans leur premier opus autoproduit The grey livré en janvier 2015. « The complex », près de neuf minutes de méandres métalliques avec un nom évocateur que l’on peut adjectiviser histoire de se mettre dans le bain tout de suite : [Stömb] ne fait pas du tout dans la facilité. Et en parler n’est pas forcément aisé non plus, comment décrire cette musique qu’on a du mal à identifier et à comparer avec quelque chose de connu ? Même si le quatuor joue sur les contrastes, ce n’est pas du post hardcore, même si les constructions peuvent parfois sembler savantes et alambiquées, ce n’est pas non plus du math métal, doit-on parler de métal prog ? On n’est pourtant pas tout près de Porcupine Tree, on va donc se résigner et se sim- plifier la tâche en présentant [Stömb] comme un groupe de métal instrumental excellent. Une approche hors du commun, une aisance technique phénoménale sont des avantages certains mais si c’est pour créer des titres ennuyeux et plats, ça ne sert à rien, ceux présents sur The grey sont d’une richesse infini, on ne s’arrête pas à 50 nuances mais on va bien plus loin avec dix morceaux qui s’étendent au-delà des 6 minutes (sauf l’interlude « The crossing » à la clarté reposante et « Rise from nothing » qui tendu et nerveux s’arrête 20 secondes avant la barre annoncée) et nous emmène dans un univers sombre, tortueux et excitant car on ne sait jamais ce qui nous attend à la prochaine mesure. Enregistré par leurs soins, mixé par ceux d’Andrew Guillotin (Danforth, Evolvent, Monolithe...), masterisé par Acle Kahney (le guitariste de TesseracT), dessiné au Strychneen Studio (une si ce n’est la référence ces dernières années en terme d’artwork de très grande classe, la preuve avec ceux déjà réalisés pour Hacride, Noein, Trepalium, Klone, Khynn, The Arrs, Memories of a Dead Man...), The grey cumule les qualités techniques et artistiques, plus qu’une révélation c’est déjà une démonstration de talents à l’état pur. Oli
ROBI La Cavale (At(h)ome) Second album pour Robi, Chloé Robineau de son vrai nom, après une première sortie remarquée en 2013 (L’hiver et la joie), qui lui avait valu quelques dates marquantes et le prix Georges Moustaki notamment. Vue également sur scène aux côtés d’Arno, Dominique A ou Jean-Louis Murat, elle creuse donc peu à peu son sillon depuis 2012, discrètement mais sereinement. Au fil de ses 11 titres, La Cavale s’aborde comme un disque pris entre deux feux : d’un côté la traditionnelle chanson française, celle qui hérisse parfois le poil avec ses textes vaguement poétiques, ar-ti-cu-lés à l’extrême et souvent surjoués, et de l’autre une new-wave minimaliste et froide plus anglo-saxonne, plus actuelle surtout. À cheval entre ces deux écoles au rapprochement rare, Robi évite quelques écueils : le ton est juste, sans trop en faire, les ambiances sombres mais pas dépressives, le travail du son, subtil, semble mûrement réfléchi et aide grandement à former un tout cohérent, à poser une atmosphère. Bien que les instrumentations épurées sacrifient parfois la mélodie (« Être là », « Par ta bouche »), certaines pistes s’avèrent être de belles pépites, surtout lorsqu’elles se reposent moins sur la voix. La Cavale s’articule de fait autour de quelques titres aux refrains évidents (« L’éternité », « Nuit de fête », « À cet endroit »), évitant les coups de mou, sans dénoter avec l’ambiance froide, voire austère, du reste de l’album. On regrettera cependant une certaine consensualité, un manque d’abandon, chose que l’on sent pourtant furtivement sur le dernier titre. En ce sens la comparaison avec Joy Division évoquée par la biographie de l’artiste n’est que partiellement vraie : on convoquera plus volontiers Sad Lovers & Giants ou Magazine. Un second LP cohérent et assumé qui pour une fois pourra autant plaire au fervent auditeur de France Inter qu’au fan de post-punk. On attend juste parfois que le propos s’envenime et nous prenne à la gorge avec davantage d’audace et de violence. Un bon album qui fait frissonner donc, mais pas encore suffisamment peur. Antonin 55 LES DISQUES DU MOMENT



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 1W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 2-3W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 4-5W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 6-7W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 8-9W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 10-11W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 12-13W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 14-15W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 16-17W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 18-19W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 20-21W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 22-23W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 24-25W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 26-27W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 28-29W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 30-31W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 32-33W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 34-35W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 36-37W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 38-39W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 40-41W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 42-43W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 44-45W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 46-47W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 48-49W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 50-51W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 52-53W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 54-55W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 56-57W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 58-59W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 60-61W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 62-63W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 64-65W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 66-67W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 68-69W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 70-71W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 72-73W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 74-75W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 76-77W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 78-79W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 80-81W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 82