W-Fenec n°18 mai/jun 2015
W-Fenec n°18 mai/jun  2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°18 de mai/jun 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : www.w-fenec.org

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 82

  • Taille du fichier PDF : 14,1 Mo

  • Dans ce numéro : interview de Danko Jones.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
LES DISQUES DU MOMENT 18 MAGNETO Science of attraction (Some Produkt, A tant rêver du roi) MAGNETO r Science of Attraction Cet album de Magneto est sorti en octobre 2014 (oui c’est une chronique séance de rattrapage) mais aurait tout aussi bien pu voir le jour dans les années 90 sur les labels Dischord (Fugazi, Faraquet, Shudder To Think...) et Touch and Go Records (The Jesus Lizard, Shellac...). Oui, il s’agit bien d’indie-rock avec un net penchant pour la sécheresse noise. Les influences sont facilement et immédiatement identifiables mais c’est suffisamment classe pour qu’on y replonge sans aucune once de résistance. Et tu serais bien con de résister. Parole de Fenec (avec un seuln, comme schneck, histoire de reprendre un mot qui ressemble vaguement...) Dès le premier titre, « Greed », le boulot de séduction est déjà assuré avec un morceau aride, tempéré et percutant à la manière d’un Shellac qui aurait forniqué avec Fugazi. Les muscles sont saillants et secs comme à la belle époque de Scottie Pippen, les intentions sont excellentes et marquent rapidement les esprits. Bref, c’est la boulette pour les amateurs. La suite ne fait que prolonger le plaisir d’écoute avec « Stuff » et sa belle baston basse/batterie qui conclut le morceau de manière vindicative. La force de frappe, c’est bien mais les émotions c’est cool aussi et « Feel it », la troisième plage, offre un exemple de ce que le groupe sait faire en terme de songwriting à fleur de peau. Un beau moment dont les « Cause I’m feel it » raisonneront longtemps dans vos caboches. Tout ce que l’on pourra reprocher à ce Science of attraction, c’est que 7 titres, ça paraît assez peu mais il n’y a rien à jeter et en plus, comble du bonheur, le groupe a eu l’excellente idée de sortir un split avec les non-moins excellents Pylone (remember le fracassant Things that are better left unspoken...). Le split en question est doté d’un artwork « Fishbone-ien » et de quatre morceaux qui méritent sacrément le détour.Tu peux donc faire une commande groupée pour ces deux sorties qui font plaisir aux oreilles... David
NESSERIA Fractures (Deadlight Entertainment) Sombre, violent, désespéré et enragé, Nesseria n’en a pas terminé avec nos oreilles, revenant avec Fractures pour nous les faire saigner davantage. Faisant preuve d’une énorme maîtrise dans la volonté de tout transformer en chaos, l’anéantissement de ce qui se dresse devant Nesseria pourrait sembler aisé mais le groupe se donne un malin plaisir à jouer avec ses proies, laissant toujours un peu de répit avant d’en remettre un coup, pas toujours fatal, les magnifiques instrumentaux centraux (« Fractures ») et finaux (« Omayra ») tout en contraste et en émotions laissant augurer une suite alléchante. Car le travail de destruction ne sera certainement jamais achevé, notre société n’étant pas du genre à se bouger pour changer dans le bon sens, les Nesseria auront toujours quelque chose à hurler et à combattre. Parce que l’une des pierres angulaires du groupe, ce sont ses messages, distillés en français (et à peu près audibles), ils vont de paire avec la musique : entre constat d’un monde passif (Le soleil se lève quoi qu’il arrive. Que tu te lèves ou pas) où l’économie prévaut sur l’humain (Le salaire minimal, seulement légal, à défaut de pouvoir moins payer. Parce que la machine encore coûte plus cher, mais finira par te remplacer) et dans lequel certains humains n’ont pas développé de nombreuses facultés intellectuelles... Une des plus belles cibles, c’est « Civitas », cette asso catho fondamentaliste qui a défilé pour l’inégalité des droits... Le groupe a joué avec l’hymne et les valeurs pour les attaquer sur leur terrain avec des images à la hauteur de leurs arguments, c’est-à-dire proche du caniveau : Allons enfants de la latrine, le jour des porcs est décidé ! Contre ceux d’une autre vie, l’étendard ranci est levé ! Entendez-vous dans le journal baver les réactionnaires, qui viennent jusque dans les bars vomir leurs arguments minables ? Aux armes. Aux armes ! Je doute que beaucoup d’entres eux n’écoutent ce genre de musique (forcément oeuvre de Belzébuth) et ne recevront le message mais ça fait bien plaisir de le gueuler. Le chant éraillé transmet bien cette énergie rageuse qui se dégage de Fractures mais les écorchures viennent également des variations dans les approches en terme de riffs, on a aussi bien le droit à des moments pas si éloignés du black métal (« Le malheur des autres ») que des attaques dignes du plus classique heavy rock’n’roll (« Cent mille fois par jour ») et même des mesures assez calmes (« Ceux qui restent »). On a beau être toujours sur le qui-vive, on se fait forcément surprendre les premières fois.. Et si on vacille, on risque la chute et pourquoi pas des Fractures... Cette amalgame d’envies et d’influences mixée à la noirceur de textes qui appellent à la révolte font de ce nouvel opus de Nesseria une grande réussite. Combiner autant de facettes derrière une étiquette « métal extrême » n’est pas chose facile mais les Orléanais démontrent une nouvelle fois qu’ils sont capables de faire le meilleur avec le pire. Oli 19 LES DISQUES DU MOMENT



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 1W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 2-3W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 4-5W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 6-7W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 8-9W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 10-11W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 12-13W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 14-15W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 16-17W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 18-19W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 20-21W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 22-23W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 24-25W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 26-27W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 28-29W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 30-31W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 32-33W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 34-35W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 36-37W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 38-39W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 40-41W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 42-43W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 44-45W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 46-47W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 48-49W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 50-51W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 52-53W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 54-55W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 56-57W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 58-59W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 60-61W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 62-63W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 64-65W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 66-67W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 68-69W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 70-71W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 72-73W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 74-75W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 76-77W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 78-79W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 80-81W-Fenec numéro 18 mai/jun 2015 Page 82