Voie Libre n°47 mars 2008
Voie Libre n°47 mars 2008
  • Prix facial : 7,90 €

  • Parution : n°47 de mars 2008

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (210 x 285) mm

  • Nombre de pages : 70

  • Taille du fichier PDF : 126 Mo

  • Dans ce numéro : réseau Arne Wharf en 009.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
La ligne de Montereau à Souppes par Egreville comptait 45 km. Elle a été inaugurée le 30 septembre 1888 et desservait une riche contrée agricole. Elle prenait naissance à Montereau en face du bâtiment de la gare PLM. Un embranchement Texte et illustrations (sauf mention contraire) : JEAN-LOUIS ROCHAIX 24 N°47• MARS 2008 En Seine-et-Marne Le département de Seine-et-Marne a été sillonné par de nombreuses lignes à voie métrique, ayant toutes joué un rôle important dans l’industrie sucrière. On y trouvait la SE pour une grande part, les CFD et quelques petites compagnies pour le reste. La ligne que nous présente Jean Louis Rochaix et qu’illustrent ces quelques photos était la plus septentrionale du département. 1 Histoire conduisait à la gare d’eau des bords de l’Yonne. Après son passage sous la ligne Paris – Lyon, elle coupait à niveau la RN 5, puis passait à Noisy-ville-St-Jacques (km 6), Flagy-Dormelles (km 10), Thoury-Ferrotte (km 13), Voulx (km 15), Lorrez-le-Bocage (km 24) et Passy-Villebéon (km 28), pour atteindre Egreville, centre d’entretien, au km 31. Passant par Chaintreau, elle atteignait Souppes (km 45) et rejoignait la ligne à voie 1. Une rame Billard abandonnée sur une portion de voie à Montereau, c’est tout ce qui reste du matériel le 8 avril 1960. Photo J.-L. Rochaix normale Moret-sur-Loing à Nevers. Le 15 janvier 1889, elle était prolongée
2 2. A Montereau en 1957, le tracteur CFD N°14, 150 CV, en tête d’un train de desserte de l’usine S.I.L.E.C. Le raccordement se fait par une voie à quatre files de rails, datant d’après la 2 e guerre mondiale. Photo M. Rifault, coll. J.-L. Rochaix jusqu’à Château-Landon. Au départ de Souppes, elle franchissait, sur un grand pont métallique, le Loing et son canal, desservait par rebroussement la sucrerie Ouvré et s’élevait ensuite vers Château-Landon, où elle arrivait après un parcours de 6 km. Aperçu historique En 1901, la gare d’Egreville sera agrandie pour y recevoir la ligne venant de Sens des CFD de l’Yonne, inaugurée le 31 octobre. Le 25 octobre 1947, le tronçon Souppes à la sucrerie Ouvré est mis à quatre files de rail pour simplifier l’exploitation et permettre aux wagons du grand réseau d’y parvenir. Après fermeture de la ligne Sens – Egreville en 1948 ou 1949, seule la section Cheroy – Egreville est maintenue pour le trafic marchandises, essentiellement pour le transport des betteraves et des boues. Le 10 septembre 1949, c’est au tour de l’embranchement de l’usine S.I.L.E.C. à Montereau de passer à quatre files de rails. Le 1er juin 1952, on ferme la section Egreville – Château-Landon au trafic des voyageurs, pourtant assuré par autorail. Après la saison betteravière de 1957, c’est au tour d’Egreville – Cheroy de fermer. Enfin, le 31 août 1959, la 3 ligne entière, de Montereau à Château-Landon, est fermée à tous trafics après une soixantaine d’années de bons services. 3. Près de Lorrez-le-Bocage en 1953, un convoi typique d’un réseau betteravier. En tête, le tracteur N°852, 180 CV, construit par les CFD en 1947. Photo M. Rifault, coll. J.-L. Rochaix N°47• MARS 2008 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :