Voie Libre n°20 jui/aoû/sep 2002
Voie Libre n°20 jui/aoû/sep 2002
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°20 de jui/aoû/sep 2002

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (210 x 285) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 29,4 Mo

  • Dans ce numéro : construction, une boîte à sel pour embranchement privé.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
2 - Le faux châssis assemblé. Le moteur est simplement retenu par une bride en fil de laiton. Sur le châssis retourné, on distingue les pièces de fonderie qui remplacent les corps de roues d’origine en plastique. ● 2 3 - Les pièces de fonderie bronze et métal blanc. La masse adhérente n’est pas négligeable, gage d’un bon effort de traction. Remarquez la finesse de la cheminée. 4 - Les caisses à eau et l’abri en laiton photodécoupé. Dans les caisses à eau, les lests en métal blanc, que l’on peut, pour un montage plus simple, ne pas recouvrir de leur habillage en laiton. 5 - L’embiellage est remonté. Remarquez la biellette découpée et ressoudée. courcir la contre-bielle de glissière. Après l’avoir sectionnée, nous l’avons ressoudée sur elle-même sur une longueur de 1,5 mm, puis l’ensemble a été limé pour que la soudure devienne presque invisible. ● 3 ● 4 ● 5 ment en anglais et faiblement illustrée. Il faut ajouter, au kit lui-même, une locomotive Bachmannen N de type 130 ou 030. Les pièces de fonderie et la photogravure sont belles, le travail de préparation est réduit à sa plus simple expression. La modification du châssis-moteur Bachmannrelève de la haute voltige ; nous avons cru, tout au long du montage, que nos locomotives, constamment en courtcircuit, seraient incapables de rouler… et pourtant, en suivant scrupuleusement les recommandations de Monsieur Wright, l’affaire s’est déroulée pour le mieux, et tout fonctionne correctement. Quelques modifications sur le châssis… Pour créer des flancs de châssis extérieurs aux roues, il faut remplacer le corps plastique de celles-ci par des pièces de fonderie portant un maneton. Ces pièces demandent un ajustage précis, ainsi qu’un réalésage de leur trou de centrage. Il faut faire très attention lors de cette étape du travail, les manetons se trouvant fragilisés par le réalésage. La notice recommande l’utilisation de colle époxy double composant pour isoler les pièces de fonderie des bandages de roues capteurs de courant. Une fois cette opération terminée, le bloc moteur modifié reprend sa place dans un faux châssis en métal photogravé. Un bon centrage reste nécessaire pour éviter tout contact entre bandages de roues et longerons, qui créerait un courtcircuit. Nous avons ajouté un écrou soudé sur le plancher de la cabine pour solidariser caisse et châssis et les rendre démontables. Cette possibilité permet toute intervention mécanique et facilite la peinture du modèle. Lors du remontage de l’embiellage Bachmann, il nous a fallu rac- … et sur la caisse Les autres modifications apportées au modèle concernent les superstructures, dans le dessein de rendre nos modèles plus conformes à la réalité. Nous avons ainsi légèrement rectifié la toiture, un peu trop débordante, et ajouté des commandes d’injecteurs, bien visibles sous l’abri près des larges ouvertures latérales. Les injecteurs ont été réalisés avec un tronçon de tube laiton de 1,5 mm de diamètre et de 4 mm de longueur, dans lequel est enfilé un fil laiton de 0,5 mm qui rejoint la chaudière. Les commandes d’injecteur sont faites de deux longueurs de fil laiton de 0,3 x 17 mm qui, après avoir traversé le plancher, sont simplement coudées sur 2 mm. Ces commandes d’injecteur sont symétriques de chaque côté de la machine. Côté gauche (côté chauffeur), nous avons disposé le tuyau du souffleur de 0,2 mm de diamètre qui pénètre dans l’enveloppe 12 N°20• JUILLET 2002
● 6 ● 8 de la chaudière à la base de la cheminée. Enfin, toujours du côté du chauffeur, nous avons installé un volant de frein à main en fil laiton de 0,5 mm de diamètre. Il manque toutefois au modèle les deux petites plaques de constructeur disposées sur les flancs de l’abri. Tarnou Calvados Les machines livrées au réseau du Calvados avaient une face arrière fermée et percée de deux hublots ronds. Le kit ne propose qu’une face largement ouverte comme celle figurant sur le modèle Tarn. La disposition de la cloche et du sifflet sur l’avant de la cabine est conforme au modèle Tarn. Pour le Calvados, il convient de reporter sur la toiture le sifflet et la cloche et d’y ajouter le cabochon de la lampe à pétrole éclairant la cabine. Sur les photographies des locomotives du Calvados, il est impossible d’ignorer la grosse lanterne frontale ; nous en avons donc ajouté une sur le modèle peint en rouge. Enfin, le tampon central et l’attelage fournis correspondent au type Tarn. Pour représenter un modèle Calvados, il faut souder des plaques de tampons rectangulaires de 6,5 ● 7 x 3,5 mm sur les tampons fournis. Il faut en outre ajouter, à l’avant des caisses à eau, les boîtes à outils dont les chemins du fer du Calvados avaient doté leurs machines. Nous nous sommes passés de ces excroissances, fort disgracieuses à notre goût ! Une fois sablés, les modèles ont étés peints. Leur livrée aurait dû être verte pour les deux réseaux, mais la version Calvados n’étant pas tout à fait conforme nous avons pris la liberté de lui appliquer un beau rouge qui sied fort bien à la machine. Les chaudières et toitures d’abris sont peintes en gris souris, patiné au noir de carbone. Les châssis et les embiellages sont brunis chimiquement. Délicat mais sympa Ce modèle est délicat à monter, mais il est très satisfaisant. La machine est peutêtre un peu haute sur pattes, mais la silhouette est très bien rendue. Pour faire un modèle Calvados, le travail est un peu plus J’ai aimé• Le choix du modèle• Le moteur complètement caché• La finesse des pièces de fonderie• La possibilité de construire différentes versions• Le rapport qualité-prix J’ai moins aimé• Le peu de schémas dans la notice• L’absence de certaines pièces de détail pourtant bien visibles sur la vraie machine ardu. La finesse de la cheminée et de la cloche rachète fort bien la lourdeur de la soupape de sécurité. Un bel engin qui roule très bien et figure en bonne place sur nos réseaux. ■ 6 - Le modèle en version Tarn, abri ouvert sur l’arrière, trappe de remplissage des caisses à eau rectangulaire, cloche et sifflet en face frontale de l’abri, marchepieds changés. A rapprocher de la photo 1. 7 - Le même modèle affublé de ses caisses à outils, de gros coffres inesthétiques rajoutés à l’avant des caisses à eau par le réseau du Calvados. Le kit offre la possibilité de les reproduire, mais le modélisme permet de s’en passer ! 8 - Le modèle Tarndevant un bâtiment industriel. Une seconde vie pour ces vaillantes machines après la fermeture des réseaux. N°20• JUILLET 2002 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :