Vivre la Wallonie n°45 sep/oct/nov 2019
Vivre la Wallonie n°45 sep/oct/nov 2019

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
VIVRELAWALLONIE 18 SPW-SG-MM SPW-SG-MM LE DOSSIER LES RÉSERVES NATURELLES LES RÉSERVES DOMANIALES LE TÉTRA LYRE, UNE ESPÈCE MENACÉE La population de Tétras lyres (coqs des Bruyères) dans les Hautes Fagnes est la dernière de Belgique. L'espèce est protégée depuis 1967. Pourtant, cet animal emblématique est en danger d'extinction. Seuls deux mâles et une femelle ont été recensés en 2015. Pour éviter l’extinction de l’espèce, dix Tétras lyres en 2017, 18 autres en 2018 et 25 nouveaux en 2019, en provenance de Suède, ont été introduits dans les Hautes Fagnes. L’expérience semble fonctionner. Sur les dix premiers gallinacés réintroduits, une femelle a même niché. LES HAUTES FAGNES Surface 5 368 ha Commune Baelen, Waimes, Jalhay, Malmedy, Eupen, Bütgenbach et Raeren. Historique Fin du 19 e siècle, des scientifiques et personnalités régionales revendiquent la protection du haut plateau fagnard menacé par diverses formes d’exploitation économique, principalement l’enrésinement. Une station scientifique est installée au Mont-Rigi en 1924 par l’Université de Liège et en 1935, l’association « Les Amis de la Fagne » voit le jour. L’une et l’autre, soutenues par d’autres associations et par des institutions plaident pour la création d’une réserve naturelle. Leurs efforts aboutissent en 1957 avec la mise en réserve de 1 500 ha autour de la Baraque Michel (Grande Fange et Fagne des Deux Séries). Aujourd’hui, la réserve ne cesse de s’agrandir, dépassant les 5 000 ha. Intérêt Même transformées par les activités agropastorales depuis des siècles, et plus récemment par les plantations d’épicéas, les Hautes-Fagnes recèlent des milieux particuliers et fragiles qu’il convient de protéger. C’est le premier objectif de la réserve naturelle  : conserver l’équilibre des écosystèmes fagnards. Les scientifiques trouvent dans la réserve un terrain privilégié, préservé de la proximité immédiate des activités humaines, des conditions rares dans un pays aussi urbanisé que la Belgique. Les recherches qui y sont menées touchent des domaines aussi variés que la botanique, la zoologie, l’archéologie, la géologie, etc. Le rôle éducatif d’une réserve est tout aussi primordial. Le paysage fagnard est un lieu idéal pour comprendre l’impact des actions de l’homme sur un milieu. LA SABLIÈRE DU LARBOIS Surface 1,5 ha EN WALLONIE, ON RECENSE 10 338 HA DE RÉSERVES DOMANIALES. EN VOICI DEUX EXEMPLES  : Commune Comblain-au-Pont Historique Les sables du Larbois proviennent d’une mer qui s’est retirée il y a 2 millions d’années. Érodés par le vent, la pluie et les rivières et logés dans une dépression du calcaire carbonifère, ils ont été exploités par l’homme dans les années 60. Il subsiste aujourd’hui un plan d'eau et des falaises de sables. Intérêt Cette réserve est d’une grande valeur biologique en raison de la présence d'habitats rares, voisins de la forêt et des prairies, qui offrent un effet de lisière bénéfique à de nombreuses espèces d’animaux  : des oiseaux (le pipit des arbres, le bruant jaune, les pouillots véloces…), des batraciens (grenouilles rousses et vertes, crapaud calamite, lézard vivipare...) et des insectes comme des libellules et des abeilles solitaires, notamment. Sur le sommet du site, un véritable panel de couleurs est à observer  : le rose de la callune en fleur fin de l’été, les reflets bleus de la mare, le vert tendre des bouleaux qui vire au jaune en automne… et aussi l'ocre des sables.
LE DOSSIER LES RÉSERVES NATURELLES DANS LES RÉSERVES NATURELLES, IL EST INTERDIT (SAUF DÉROGATION) DE... TUER CHASSER OU PIÉGER De n'importe quelle manière les animaux, de déranger ou de détruire leurs jeunes, leurs oeufs, leurs nids ou leurs terriers. ENLEVER COUPER, DÉRACINER. Ou mutiler des arbres et des arbustes, de détruire ou d'endommager le tapis végétal. PROCÉDER À DES FOUILLES, SONDAGES. Terrassements, exploitations de matériaux, d'effectuer tous travaux susceptibles de modifier le sol, l'aspect du terrain, les sources et le système hydrographique, d'établir des conduites aériennes ou souterraines, de construire des bâtiments ou des abris et de placer des panneaux et des affiches publicitaires. ALLUMER DES FEUX ET DÉPOSER DES IMMONDICES EFFECTUER UN SURVOL AVEC UN DRÔNE CIRCULER HORS CHEMINS PUBLICS Balisés à cet usage. UTILISER DES VÉHICULES. Embarcations/cycles motorisés ou non (vélo….)/engins à traction animale de loisirs (ne sont pas interdits  : voitures d’enfant/voiturettes non motorisées pour handicapés/véhicules nécessaires à la gestion et la surveillance de la réserve. FAIRE DE L'ÉQUITATION, DU SKI. Interdiction de faire de l’équitation/de circuler. Patiner/pratiquer des parties de sport ou des jeux en groupe (scouts, courses organisées…). SURVOLER LE TERRAIN À BASSE ALTITUDE Au moyen d'avions de tourisme ou d'hélicoptères, …). ÊTRE ACCOMPAGNÉ D'ANIMAUX DOMESTIQUES 19 N°44/ÉTÉ 2O19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :