Vivre à Genève n°76 jan/fév/mar 2019
Vivre à Genève n°76 jan/fév/mar 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°76 de jan/fév/mar 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ville de Genève

  • Format : (195 x 290) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 4,3 Mo

  • Dans ce numéro : la somptueuse rénovation du grand théâtre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
Vivre à Genève Nº 76 20 Aménagement LA RÉNOVATION DES MINOTERIES AVANCE BIEN ET CELA SE VOIT ! Les 3 étapes des travaux visibles sur les façades  : avant, pendant et après rénovation. Chantier d’envergure dans le quartier de Plainpalais, la rénovation de l’ensemble immobilier des Minoteries, qui présente de multiples enjeux, avance à un très bon rythme. Courant septembre, les nouvelles façades ont commencé à se dévoiler aux n°s 1 et 3 de la rue des Minoteries, révélant une apparence résolument plus moderne et colorée. Les bâtiments des n°s 5 et 7 de la même rue seront libérés de leurs échafaudages dès le mois de mars 2019, une fois les loggias terminées. L’habillage des bâtiments a permis une isolation thermique efficace, les fenêtres sont désormais du triple vitrage et les balcons ont été transformés en loggias. Si l’architecture d’origine à quelque peu changé, l’identité visuelle de l’ensemble reste reconnaissable et les stores aux couleurs vives animent joliment les façades. Didier Jordan Une centrale solaire hybride sur le toit Autre nouveauté importante, sur le toit des immeubles cette fois. Des panneaux solaires thermiques et photovoltaïques ont été installés sur des structures métalliques, transformant la toiture en centrale solaire hybride. Les mêmes installations techniques seront réalisées sur les bâtiments côté rue de Carouge. Une fois la rénovation de l’ensemble achevée, le chauffage et l’eau chaude sanitaire seront issus d’énergies 100% renouvelables. La réfection des appartements situés sur la rue des Minoteries est terminée. C’est maintenant au tour des trois bâtiments sur la rue de Carouge de vivre au rythme des rocades  : les habitant-e-s quittent à tour de rôle leurs appartements, le temps des travaux, pour des logements relais spécialement préparés pour eux. Les travaux intérieurs devraient s’achever d’ici mars 2019, tandis que la transformation des balcons en loggias se déroulera tout au long de l’année. Accès plus accueillant Le projet de rénovation de l’ensemble des Minoteries a également été l’occasion de repenser l’organisation du rez-de-chaussée. Les bâtiments étaient reliés par des passages couverts, dont les entrées étaient difficiles à trouver et qui créaient un sentiment d’insécurité. Ils ont été ouverts à la lumière du jour par la démolition de leur toiture en septembre. Cette opération rendra les entrées plus visibles et lumineuses, offrant un accès plus accueillant aux habitant-e-s et utilisateur-trice-s des lieux. En attique, la crèche accueille à nouveau les plus petits depuis le mois d’août. Durant les travaux, les enfants ont été répartis sur d’autres sites du secteur et également dans une classe de l’école Hugo-de-Senger. Le rafraîchissement des installations et de la façade de l’école étant fini, les activités parascolaires ont pu s’y réinstaller dès la rentrée. L’aménagement des espaces extérieurs est prévu pour le printemps 2019. Bibliothèque entièrement réaménagée Fermée depuis un an, la bibliothèque municipale des Minoteries a été entièrement réaménagée. Inauguré en 1977, ce lieu particulièrement apprécié par les habitant-e-s du quartier avait en effet besoin d’un coup de jeune. Elle a aussi gagné en superficie grâce à un espace supplémentaire aménagé dans l’ancien patio. Les travaux s’achèveront d’ici la fin de l’année, et la réouverture est prévue pour le printemps 2019. Enfin, la réfection de l’Espace de quartier se poursuit. Les arcades du rez-de-chaussée de la rue des Minoteries sont terminées et les prochaines étapes sont l’infirmerie, les arcades de la rue de Carouge, sans oublier les aménagements extérieurs qui seront également remodelés. Pour rappel Ensemble immobilier des Minoteries Construction dans les années 70 7 immeubles de 8 étages 329 appartements 500 habitant-e-s
AGENDA 21 Un séminaire a présenté les actions menées à Genève et ailleurs. DÉFENDRE LES DROITS HUMAINS À L’ÉCHELLE DES VILLES A l’occasion du 70 e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, la Ville de Genève et le Conseil de l’Europe ont organisé une rencontre pour promouvoir les droits humains à l’échelle locale. Des représentant-e-s d’une quinzaine de villes ont pu échanger leurs bonnes pratiques en matière de prévention des discriminations. Une thématique importante pour la Ville. Adoptée en 1948 par l’Assemblée générale des Nations Unies, la Déclaration universelle des droits de l’homme prône l’égalité entre tous les êtres humains et proclame le droit, pour chaque personne, de vivre dignement et sans discrimination. Cette Déclaration n’étant pas contraignante, les droits humains fondamentaux qu’elle édicte peuvent néanmoins paraître abstraits, éloignés des réalités quotidiennes ou insuffisants pour garantir une égalité de fait. Un engagement fort de la Ville de Genève Pour la Ville de Genève, la défense des droits humains constitue une priorité. C’est en effet dans les villes et les centres urbains que s’expriment le plus fortement les inégalités et l’exclusion, et que le besoin de cohésion sociale est le plus marqué. Ces dernières années, la Ville a donc mis en place différentes politiques publiques visant à offrir à chaque personne un cadre de vie respectueux de ses identités ou appartenances. Pour développer ces politiques, la Ville de Genève défend une approche « intersectionnelle », c’est-à-dire qui prend en compte les articulations entre sexisme, racisme, homophobie et transphobie. Une telle approche s’impose aujourd’hui, car les discriminations se nourrissent les unes des autres, s’entremêlent et se cumulent. Pour Sandrine Salerno, Conseillère administrative en charge des questions LGBTIQ, d’égalité et de diversité, « ces articulations constituent des défis considérables pour les politiques publiques de prévention des discriminations. Si nos villes entendent agir de manière efficace en faveur des droits humains, il est indispensable qu’elles luttent contre les discriminations non pas séparément, mais de manière décloisonnée et simultanée. » Une rencontre internationale organisée par la Ville et le Conseil de l’Europe En collaboration avec le Programme Cités interculturelles du Conseil de l’Europe, le Service Agenda 21 – Ville durable a organisé, les 18 et 19 octobre, un séminaire sur le thème  : « Les droits humains au niveau local  : prévenir la discrimination à travers une perspective intersectionnelle. » Réunissant quinze villes, ainsi que des associations locales et internationales, cette rencontre a permis de présenter les actions menées à Genève et ailleurs. Vivre à Genève Nº 76 21 Les projets présentés ont notamment pour objectifs d’améliorer les conditions de vie et d’hébergement des personnes réfugiées LGBT, d’encourager une meilleure insertion professionnelle des femmes migrantes ou d’intégrer la question du genre dans la lutte contre le racisme. Ces projets, ainsi que les échanges qu’ils ont suscités, feront l’objet d’un rapport disponible prochainement, présentant de nombreuses pistes d’action. Un jeu de société pour prévenir les discriminations A l’occasion de cette rencontre, le Service Agenda 21 – Ville durable a présenté un nouveau projet de sensibilisation sous forme de jeu de société. Intitulé « Sortir des cases », ce jeu fait vivre aux participant-e-s des situations de discrimination et d’exclusion tirées de la vie quotidienne. Il sera développé auprès de différents publics à partir de 2019. Une soirée en partenariat avec le Festival Everybody’s perfect Les représentant-e-s des Cités Interculturelles étaient invité-e-s à participer à une soirée « Migrations, asile et discriminations multiples » au Festival international du film queer de Genève Everybody’s Perfect. A travers quatre courts métrages et une table-ronde, le public a pu prendre conscience des difficultés que rencontrent les personnes requérantes d’asile qui subissent à la fois le racisme et l’homophobie ou la transphobie. Pour en savoir plus www.ville-geneve.ch/diversite www.coe.int/fr/web/interculturalcities



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :