Vivre à Genève n°59 fév/mar 2015
Vivre à Genève n°59 fév/mar 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°59 de fév/mar 2015

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ville de Genève

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 7 Mo

  • Dans ce numéro : Locazik festival... fêter les jeunes talents musicaux !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
S O C I A L .. Les Points info-services ont pour mission d’accompagner les habitantes et les habitants dans leurs démarches administratives. Disponibles dans les Points info-services, les écrivains publics séduisent Lieux d’information et d’écoute au service de la population, les Points info-services de la Servette, de Plainpalais et des Pâquis ont également pour mission d’accompagner les habitantes et les habitants dans leurs démarches administratives. Ils mettent tous à disposition un écrivain public pour rédiger des courriers de toute nature. Une prestation qui répond à un véritable besoin. Le Point info-services de la Servette a été le premier à proposer cette prestation. Avant son ouverture, l’Unité d’action communautaire (UAC) faisait déjà face à de nombreuses demandes de rédaction de courrier. Alors que les travaux d’aménagement du Point info étaient en cours, l’UAC a trouvé un local à la bibliothèque de Saint-Jean et y a installé un écrivain public. Il accueillait, sur rendez-vous, un jour par semaine, 2 à 3 personnes. Liste d’attente La liste d’attente s’est allongée rapidement. L’ouverture du Point info en septembre 2013 a permis d’augmenter l’offre, avec un accueil tous les lundis matins de 9h à 12h, sans rendez-vous. A la bibliothèque de Saint-Jean, la prestation a été maintenue chaque vendredi de 9h à 11h, sur rendez-vous. Des bénévoles Les écrivains publics consacrent entre une demi-heure et une heure à chaque demande. Ces bénévoles sont des retraités, des personnes qui travaillent à temps partiel ou qui recherchent un emploi. Aucune formation spécifi que ne leur est demandée, mais les bénévoles savent tous manier la plume. Certains d’entre eux sont juristes, économistes, enseignants, ou travaillent dans l’administration. L’UAC de la Servette a établi des statistiques précises pour la période qui court de la mimars 2013 à fin décembre 2014. Au total, 210 visiteurs ont été reçus. La majeure partie d’entre eux a entre 40 et 50 ans. Les requêtes portent essentiellement sur la rédaction de CV, de lettres de motivation et de certifi cats de travail, mais aussi de courriers à contenu juridique, ou destinés à une régie. Satisfaction La plupart des personnes sollicitant ce type de service sont allophones (personnes qui ont pour langue maternelle une autre langue que le français). Mais, en 2014, le pourcentage de francophones ayant eu recours à un écrivain public se montait toutefois à 17%. L’aide à la rédaction satisfait à la fois les visiteurs des Points info-services et les écrivains publics. En 2014, 76% des premiers se disent contents de la prestation. (23% n’ont pas répondu à cette question, et 1% des personnes interrogées exprime une insatisfaction). De leur côté, les écrivains publics se montrent également majoritairement satisfaits. Pas moins de 12 bénévoles ont mis leur temps libre à disposition au cours de l’année 2014. Au Point info-services de Plainpalais, la prestation est disponible depuis septembre 2014, sur rendez-vous, le lundi de 10h à 12h, et le jeudi de 8h30 à 12h. Une collaboration débute au mois de février avec la bibliothèque des Minoteries, qui tiendra une permanence le vendredi matin de 9h à 11h sur rendez-vous (à prendre auprès de l’UAC de Plainpalais). Quant au Point info-services des Pâquis, il offre également une aide à la rédaction tous les mardis de 14h à 17h sur rendez-vous. Pour en savoir plus : Points info-services Tél. 0800 44 77 00 pointsinfo@ville-ge.ch 24 VIVRE À GENÈVE N°59
Au cimetière de Châtelaine, les travaux ont démarré en novembre dernier. Pompes funèbres de la Ville : les infrastructures vont être rénovées Installé depuis décembre 2011 à la Maison de la Concorde, le Service des pompes funèbres, cimetières et crématoire de la Ville de Genève vit une période d’intenses modifications. D’importants travaux sont en cours ou sont programmés dans les infrastructures funéraires. Par ailleurs, un Jardin du souvenir va prendre place dans le cimetière de Saint-Georges. Les chantiers envisagés vont bénéfi cier à plusieurs générations d’usagers. Au cimetière de Châtelaine, les travaux ont démarré en novembre dernier. Le cimetière ne dispose plus de son propre lieu de culte car sa chapelle a été désaffectée. Les familles doivent donc se rendre dans des églises ou des temples relativement distants et organiser ensuite un convoi jusqu’au cimetière. La rénovation en cours permettra de pallier cet inconvénient. Par ailleurs, la construction d’un columbarium de 90 mètres qui pourra accueillir 1080 urnes au total est prévue. Cet aménagement permettra de répondre à la demande des familles car le nombre d’incinérations a sensiblement augmenté ces dernières années. Au cimetière des Rois, si le Conseil municipal vote le crédit demandé, les installations techniques vont être rénovées, les chambres funéraires vont être modernisées et l’isolation thermique du bâtiment va être améliorée. Importante rénovation à Saint-Georges A Saint-Georges, les travaux actuellement en cours pour remettre en service les fours sont quasiment terminés. Mais le centre funéraire doit encore subir une importante rénovation car les installations sont dans un état vétuste et doivent être remises aux normes actuelles, notamment dans le domaine du chauffage et de la ventilation des locaux. Ces travaux vont s’échelonner dans le temps pour ne pas prétériter le service à la population. L’ensemble des mesures envisagées manifeste la volonté des autorités d’améliorer encore les prestations d’un service public sollicité par les familles dans des moments pénibles. Un projet de loi cantonal est en consultation qui entend mettre en œuvre un meilleur contrôle des règles et usages en vigueur dans ce secteur d’activités. Un Jardin du souvenir digne de ce nom Parmi les familles qui choisissent de faire incinérer leurs défunts, nombreuses sont celles qui laissent les urnes au centre funéraire. Jusqu’à ce jour, ces cendres étaient récoltées dans une cuve en béton. Esther Alder a voulu proposer aux familles un véritable Jardin du souvenir dont la réalisation a été confi ée à un artiste genevois. Jo Fontaine a imaginé un dispositif avec des éléments symboliques essentiels : une sculpture en pierre et un puits, un espace pour enterrer des urnes biodégradables et une prairie fl eurie pour disperser les cendres en pleine nature. Un service public de qualité Le déménagement du Service des pompes funèbres, cimetières et crématoire à la Maison de la Concorde en décembre 2011 a permis d’améliorer l’accueil des publics en garantissant l’intimité et la confi dentialité. Ce n’est pas rien quand on sait que sept familles, en moyenne, se rendent chaque jour à la Concorde pour y annoncer le décès d’un proche et organiser des obsèques. Dans la même optique, les horaires d’ouverture ont été élargis, tandis qu’une permanence téléphonique est assurée. L’an dernier, près de 400 usagers du Service des pompes funèbres de la Ville ont répondu à une enquête qualité très complète. Les résultats témoignent de l’attachement des familles au service public et relèvent le respect, la courtoisie et la ponctualité du personnel du Service des pompes funèbres municipal. N°59 VIVRE À GENÈVE 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :