Vive la Forme n°99 déc 18/jan-fév 2019
Vive la Forme n°99 déc 18/jan-fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°99 de déc 18/jan-fév 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Reed Expositions France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 7,9 Mo

  • Dans ce numéro : 5 étapes, 4 mesures...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
La vie des clubs Par Pascal Turbil 36 La salle S.P.O.R.T (Stimulating People and Organizing Recreational Therapies) LA PREMIÈRE SALLE DE SPORT DÉDIÉE AU HANDICAP MOTEUR L’association ANTS inaugurait, le 12 octobre dernier à Lyon, la salle S.P.O.R.T. (Stimulating People & Organizing Recreational Therapies). Ce dispositif pionnier en France a pour but de permettre aux personnes en situation de handicap moteur de pratiquer une activité physique quotidienne, et répond ainsi à deux conséquences importantes du handicap moteur  : la baisse de la qualité de vie et la marginalisation et l’exclusion de ces personnes. L’association ANTS a été créée il y a 4 ans par Vance Bergeron, directeur de recherche CNRS au Laboratoire de Physique de l’ENS de Lyon. Sportif passionné, Vance Bergeron est devenu tétraplégique incomplet en 2013 suite à un accident de vélo. Il a dès lors réorienté sa recherche vers la rééducation neurologique, et en particulier la stimulation électrique musculaire. Soutenu par l’ENS de Lyon et en collaboration avec des laboratoires internationaux de pointe, Vance Bergeron a initié, avec son équipe, un centre de recherche transversale autour des thérapies de rééducation neurologique. Créer du lien L’association ANTS s’est donnée pour mission de créer un lien manquant entre la recherche et la communauté des personnes en situation de handicap moteur. Son principal objectif est de leur rendre accessible l’activité physique. En effet, il est très difficile pour ces personnes de maintenir une activité physique quotidienne en dehors des milieux hospitaliers. Cet exercice est pourtant indispensable car il permet de réduire l’apparition de maladies secondaires dues à l’immobilité, et ainsi d’améliorer leurs conditions physique et psychologique. Hébergée à l’ENS de Lyon, dans un espace convivial, la salle S.P.O.R.T. est une opportunité d’accéder aux dernières avancées technologiques, permettant notamment de gagner en autonomie ; mais c’est également la possibilité de fréquenter une salle de sport, comme tout le monde, et de se retrouver entre amis. Les équipements proposés ont notamment recours à la stimulation électrique musculaire  : ils permettent, en déclenchant des contractions musculaires, de mettre en mouvement les membres paralysés, favorisant ainsi la
La vie des clubs circulation sanguine tout en recréant de la masse musculaire. Une première initiative lyonnaise qui pourrait rapidement essaimer dans d’autres villes. Au chapitre des bienfaits on retient que le maintien d’une activité motrice régulière est recommandé par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) dans la CIF (Classification Internationale de la Fonctionnalité, de l’Incapacité et de la Santé). La stimulation des membres lésés via une activité physique permet de lutter efficacement contre le risque de complications secondaires pouvant apparaître suite à une blessure médullaire (Crane 2015). Et pour être plus précis encore, l’activité physique aide à lutter contre  : la formation d’escarre ; la déminéralisation osseuse ; les troubles de la circulation sanguine qui sont responsables d’une augmentation des facteurs de risque cardio-vasculaires ou encore de la spasticité (raideur musculaire persistante). Côté scientifique Les études ont, en effet, montré que stimuler les muscles sous-lésionnels permet de maîtriser le risque cardio-vasculaire en modifiant le ratio masse maigre/masse grasse et donc les risques de dysmétabolisme glucidique et lipidique précoce (Evans 2015). Cela permet également de diminuer le risque thromboembolique en chassant le sang veineux grâce à l’action musculaire (Rimaud 2008), ainsi que le risque de fracture des membres concernés. L’exercice physique va stimuler la vascularisation loco-régionale, ce qui active la production ostéocytaire et améliore la dysrégulation du remodelage osseux (Lai 2010). Il permet donc un maintien de la santé physique mais également psychologique des blessés médullaires par une amélioration de leur qualité de vie et un regain de l’estime de soi. En effet, le pratiquant va mieux accepter son image corporelle grâce à la conservation d’un volume musculaire et d’un galbe rendant l’aspect physique plus esthétique. Ces transformations physiques facilitent également les mouvements quotidiens (Guiraud 2014) comme lors de transferts. De plus la pratique physique entraîne chez les blessés médullaires une diminution des plaintes douloureuses, une amélioration de l’humeur et un bien-être par la prévention de certains troubles tels l’anxiété, la dépression et l’isolement. Ces activités, individuelles ou collectives et souvent ludiques, facilitent le processus de réinsertion sociale. Dans les hôpitaux, des salles de sports adaptées sont déjà mises à la disposition des patients pour leur permettre de maintenir une activité physique régulière. Mais une fois hors des milieux hospitaliers, il est très difficile pour les personnes en situation de handicap moteur de maintenir une activité physique quotidienne, en raison de l’absence de lieu proposant des appareils adaptés. Un matériel technique et adapté La salle est dotée de matériel de musculation signé Cybex et d’équipements spécifiques comme Vélo stationnaire à électrostimulation Ce vélo à SEF (stimulation électrique fonctionnelle) permet la contraction des muscles plégiques par stimulation électrique. Le mouvement de pédalage est recréé via des électrodes de surface non-invasives. Un courant électrique stimule les nerfs moteurs des muscles paralysés afin de déclencher des contractions musculaires, dans un ordre permettant au pratiquant de pédaler à nouveau. www.ants-asso.com La mobilisation des membres inférieurs via la pratique régulière de vélo à électrostimulation permet d’améliorer la santé des pratiquants. Plus de détails sur les bienfaits. Autre matériel adapté, le Berkelbike Le berkelbike est un vélo à électrostimulation permettant de pédaler à la fois avec les jambes et les bras. C’est un vélo qui peut être utilisé à l’extérieur bien sûr, mais nous l’avons installé dans notre salle avec un home-trainer connecté à un logiciel simulant le déplacement sur un vrai parcours avec des images réelles sur grand écran ! De son côté, le Carbon Trike tricycle en fibres de carbone qui équipe la salle de sport, a été réalisé en vue de la participation de l’équipe de l’ENS de Lyon au Cybathlon 2016, à l’épreuve de vélo à stimulation électrique. Le cadre a été réalisé en collaboration avec l’entreprise suédoise Carbontrikes, qui fabrique les tricycles couchés les plus légers au monde. Ce modèle spécial a été encore plus allégé, car il est destiné à une utilisation exclusivement sur piste et en intérieur. Il a par la suite donné lieu à un modèle de série commercialisé par l’entreprise CARBONTRIKES. Le cadre a été signé par les célèbres cyclistes Raymond Poulidor, Eddy Merckx et Jean-Christophe Petit. _37



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Vive la Forme numéro 99 déc 18/jan-fév 2019 Page 1Vive la Forme numéro 99 déc 18/jan-fév 2019 Page 2-3Vive la Forme numéro 99 déc 18/jan-fév 2019 Page 4-5Vive la Forme numéro 99 déc 18/jan-fév 2019 Page 6-7Vive la Forme numéro 99 déc 18/jan-fév 2019 Page 8-9Vive la Forme numéro 99 déc 18/jan-fév 2019 Page 10-11Vive la Forme numéro 99 déc 18/jan-fév 2019 Page 12-13Vive la Forme numéro 99 déc 18/jan-fév 2019 Page 14-15Vive la Forme numéro 99 déc 18/jan-fév 2019 Page 16-17Vive la Forme numéro 99 déc 18/jan-fév 2019 Page 18-19Vive la Forme numéro 99 déc 18/jan-fév 2019 Page 20-21Vive la Forme numéro 99 déc 18/jan-fév 2019 Page 22-23Vive la Forme numéro 99 déc 18/jan-fév 2019 Page 24-25Vive la Forme numéro 99 déc 18/jan-fév 2019 Page 26-27Vive la Forme numéro 99 déc 18/jan-fév 2019 Page 28-29Vive la Forme numéro 99 déc 18/jan-fév 2019 Page 30-31Vive la Forme numéro 99 déc 18/jan-fév 2019 Page 32-33Vive la Forme numéro 99 déc 18/jan-fév 2019 Page 34-35Vive la Forme numéro 99 déc 18/jan-fév 2019 Page 36-37Vive la Forme numéro 99 déc 18/jan-fév 2019 Page 38-39Vive la Forme numéro 99 déc 18/jan-fév 2019 Page 40-41Vive la Forme numéro 99 déc 18/jan-fév 2019 Page 42-43Vive la Forme numéro 99 déc 18/jan-fév 2019 Page 44-45Vive la Forme numéro 99 déc 18/jan-fév 2019 Page 46-47Vive la Forme numéro 99 déc 18/jan-fév 2019 Page 48-49Vive la Forme numéro 99 déc 18/jan-fév 2019 Page 50-51Vive la Forme numéro 99 déc 18/jan-fév 2019 Page 52-53Vive la Forme numéro 99 déc 18/jan-fév 2019 Page 54-55Vive la Forme numéro 99 déc 18/jan-fév 2019 Page 56-57Vive la Forme numéro 99 déc 18/jan-fév 2019 Page 58-59Vive la Forme numéro 99 déc 18/jan-fév 2019 Page 60