Vive la Forme n°101 jun/jui/aoû 2019
Vive la Forme n°101 jun/jui/aoû 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°101 de jun/jui/aoû 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Reed Expositions France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 22,8 Mo

  • Dans ce numéro : mesurer son progrès.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
Expertise Par Christian Guérin, directeur général du CESA, Docteur en Sciences de l’Education DEVENIR COACH SPORTIF AUX USA ? En premier lieu, le paradigme culturel est très différent  : la France prône le « tout Diplôme » et la certification d’Etat comme seul garant de la compétence. Ainsi, tout « certifié » non diplômé d’Etat est considéré comme « non compétent à l’exercice » par l’Administration au regard des lois en vigueur. Il peut être techniquement compétent, expérimenté mais, sans le sacré saint « Diplôme d’Etat », l’autorisation d’enseigner contre rémunération est tout simplement interdite. Il encourt même jusqu’à 6 mois d’emprisonnement et 15.000 euros d’amende. Cette condamnation peut paraître sévère mais nul n’est censé ignorer la loi. Tel est le paradigme culturel français. Aux Etats-Unis, la compétence, c’est avant tout la spécialisation. Si le « certificate » en est le support, sa crédibilité passe moins par le tampon de l’Etat Fédéral que par le nom de l’école spécialiste, ou encore la spécialité mentionnée. Enfin, importance est mise sur l’actualisation des certificats  : l’expérience professionnelle est valorisée en lien avec un « update » ou supplément au certificat initial. Il n’est d’ailleurs pas rare d’observer des certificats à durée limitée. Lorsque l’on désire s’installer aux Etats Unis, et outre la problématique du Visa de travail, le _40 La majorité de stagiaires et professionnels désirant devenir Coach Sportif s’est un jour posée la question d’exercer son métier en dehors de l’hexagone. Il faut bien avouer que le vieux rêve américain reste d’actualité  : exercer en Californie, à New-York ou en Floride par exemple. Sans être exhaustif, le chemin initiatique pour arriver au graal reste complexe et surtout très différent du modèle français. professionnel français découvre en premier lieu que tous ses beaux Diplômes d’Etat ne valent (presque) plus rien... Il faut tout reprendre à zéro. Il est vrai que le manque d’image de marque de ces derniers n’aide pas son possesseur à obtenir une équivalence. Dans ce domaine, le détenteur d’un Master 2 ou d’un Doctorat aura plus de chance qu’un diplômé BPJEPS uniquement. Des débuts semblables Comme en France, ce métier s’aborde dès 18 ans donc, en étant encore mineur aux Etats-Unis (puisque la majorité est à 21 ans). Le chemin commence similairement  : être titulaire d’un certificat à une formation de secourisme. La formation de secourisme est un pré-requis obligatoire comme en France. Il n’y a aucune équivalence préétablie entre les formations françaises (et européénnes) et celles des Etats-Unis, et, inversément d’ailleurs. Le secourisme sans geste paramédical est appelé basic life support (BLS). Mais, pour espérer entrer en formation aux Etats-Unis, vous devrez passer le « CPR certificate », CPR voulant dire « Cardio Pulmonary Resuscitation » (« réanimation cardio-pulmonaire »). On suit une formation relative à l’étouffement, à l’état d’inconscience et aux mécanismes conduisant à l’arrêt cardio- respiratoire vu dans l’AFPS (devenu caduque) et le PSC1 (Prévention et Secours Civique de niveau 1). Mais, vous devez aussi suivre une formation pour obtenir l’« AED certificate », signifiant « Automated External Defibrillator ». Il permet d’acquérir les techniques de manipulation et de défibrillation. Attention  : la plupart des programmes exigent que vous soyez titulaire du Baccalauréat (le « High School Diploma » aux Etats-Unis) ou le GED (« General Educational Development ») , voire une équivalence au « High School Diploma » pour nous français (tout diplôme de niveau IV comme un Baccalauréat, un Brevet d’Etat ou un autre BPJEPS par exemple). Des formations privées, courtes et souvent online Dans le champ de la formation professionnelle aux Etats Unis, il existe des milliers de formation selon les Etats Fédéraux. Un diplôme floridien n’est pas obligatoirement reconnu en Californie et ainsi de suite. Pour se diriger et choisir une formation « reconnue », vous pouvez vous tourner
Expertise Par Christian Guérin, directeur général du CESA, Docteur en Sciences de l’Education vers les formations enregistrées aux NCCA (National Commission of Certifying Agencies). Le principe reste le même que notre RNCP (Registre National de Certifications Professionnelles). Ne soyez pas surpris de constater que la majorité des formations se présentent en format cours et souvent « online ». Là encore, ces dispositifs tranchent avec les vieux dispositifs français imposant des centaines d’heures en présentiels, des stages obligatoires et des épreuves encadrées par l’Etat. Aux Etats Unis, vous serez souvent évalués par des quizz en ligne après une formation à temps libre et souvent courte. Nous voyons déjà la critique s’élever dans nos rangs. Et pourtant, il suffit de passer quinze jours aux Etats Unis et s’entraîner dans une salle de sport pour constater le professionnalisme des « Personal Trainers » américains. La raison en est simple  : une actualisation constante des compétences par un contrôle du maintient de l’activité réelle, et des formations complémentaires très spécialisées amenant à des suppléments de diplômes. Les Ecoles  : privées, oui mais... Quelles écoles ? Vous pouvez en réalité choisir n’importe quelle école privée... et pourquoi pas française d’ailleurs. Dans ce cas, vous préfèrerez avoir un diplôme traduit en anglais. Les terminologies employées sont importantes  : le terme « Coach » sur un diplôme, malgré son étymologie anglo-saxonne, n’est pas la plus caractéristique au métier. Le terme « Personal Trainer » « Strenght Specialist » ou « Athletic Trainer » sont davantage usités. Le « Personal Trainer » correspond à un Coach Sportif tandis que le « Strenght Specialist » est un Educateur Sportif classique en France (titulaire d’un BPJEPS Force ou d’un BEES HACUMESE par exemple). « L’Athéltic Trainer » est plus proche du Préparateur physique de haut niveau au profil Bac +4/5 (avec des bases fortes en réathlétisation et rééducation post médicale). Si vous êtes sur place, voici quelques écoles reconnus sur le territoire américain  : La National Strength and Conditioning Association (NSCA) ‘(www.nsca.com) ; la National Academy of Sports Medicine (NASM) (http://www.nasm.org) ; la National Exercise Trainer Association (NETA) (https://www.netafit.org) ; la National Federation of Personal Trainers (NFPT) (https://www.nfpt.com) ; L’American Council on Exercise (ACE) (https://www.acefitness.org) entre autres. Pour plus d’informations, la NCCA recense 13 certifications intra muros reconnues aux Etats Unis. Vous les retrouverez sur leur site internet (http://www.credentialingexcellence.org). Question coût, comptez entre 400 et 2000 dollars pour financer votre « certificate » aux premiers secours (CPR et AED). Quant aux formations professionnelles de « Personal Trainer » (Coach Sportif), les prix varient de 200 dollars à 3000 dollars avec plus ou moins de justifications. Attention aux formations à bas prix. La durée de validité du diplôme est souvent courte et les suppléments (obligatoires à celui-ci) seront souvent onéreux par la suite. N’oubliez pas que le « business » est roi. U diplôme périmé n’est plus valable et vous devrez alors le repasser ! L’important est de viser l’adéquation entre vos besoins réels et vos objectifs professionnels. Pour conclure... Les temps de formation sont assez courts  : de quelques jours à quelques mois pour devenir « Personal Trainer », la majorité des formations ne dépassant guère un an. Mais le plus dur est de conserver son statut. C’est pourquoi, il est important de bien choisir son école afin de pouvoir continuer sa formation avec elle. Elle revalidera votre diplôme et vous apportera vos spécialisations. Un mot pour ceux qui veulent jouer la carte de l’équivalence des diplômes  : sachez qu’il n’existe pas d’équivalence établie avec nos BPJEPS. Les instances américaines ne savent même pas ce que signifie cet acronyme à la traduction incompréhensible. En réalité, du montage du dossier jusqu’au résultat final, en passant par les délais des commissions, vous pouvez attendre plusieurs mois voire années avec des frais significatifs d’avocat... Cette démarche dépend beaucoup de votre CV  : un coach sportif français détenant un Brevet d’Etat accompagné d’un MASTER 2 « entraînement sportif » par exemple ou d’un Doctorat STAPS aura plus de chances d’obtenir une équivalence (grâce à ses diplômes universitaires en définitive), tandis qu’un coach sportif français titulaire d’un BPJEPS AF aura intérêt à se diriger vers un nouveau parcours américain de formation. Le rêve américain est en partie à ce prix, le prix que chacun est prêt à « payer » pour entrevoir une rémunération dépassant à moyen terme les 5.000 dollars par mois. Mais, ceci est une autre histoire... _41



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Vive la Forme numéro 101 jun/jui/aoû 2019 Page 1Vive la Forme numéro 101 jun/jui/aoû 2019 Page 2-3Vive la Forme numéro 101 jun/jui/aoû 2019 Page 4-5Vive la Forme numéro 101 jun/jui/aoû 2019 Page 6-7Vive la Forme numéro 101 jun/jui/aoû 2019 Page 8-9Vive la Forme numéro 101 jun/jui/aoû 2019 Page 10-11Vive la Forme numéro 101 jun/jui/aoû 2019 Page 12-13Vive la Forme numéro 101 jun/jui/aoû 2019 Page 14-15Vive la Forme numéro 101 jun/jui/aoû 2019 Page 16-17Vive la Forme numéro 101 jun/jui/aoû 2019 Page 18-19Vive la Forme numéro 101 jun/jui/aoû 2019 Page 20-21Vive la Forme numéro 101 jun/jui/aoû 2019 Page 22-23Vive la Forme numéro 101 jun/jui/aoû 2019 Page 24-25Vive la Forme numéro 101 jun/jui/aoû 2019 Page 26-27Vive la Forme numéro 101 jun/jui/aoû 2019 Page 28-29Vive la Forme numéro 101 jun/jui/aoû 2019 Page 30-31Vive la Forme numéro 101 jun/jui/aoû 2019 Page 32-33Vive la Forme numéro 101 jun/jui/aoû 2019 Page 34-35Vive la Forme numéro 101 jun/jui/aoû 2019 Page 36-37Vive la Forme numéro 101 jun/jui/aoû 2019 Page 38-39Vive la Forme numéro 101 jun/jui/aoû 2019 Page 40-41Vive la Forme numéro 101 jun/jui/aoû 2019 Page 42-43Vive la Forme numéro 101 jun/jui/aoû 2019 Page 44-45Vive la Forme numéro 101 jun/jui/aoû 2019 Page 46-47Vive la Forme numéro 101 jun/jui/aoû 2019 Page 48-49Vive la Forme numéro 101 jun/jui/aoû 2019 Page 50-51Vive la Forme numéro 101 jun/jui/aoû 2019 Page 52-53Vive la Forme numéro 101 jun/jui/aoû 2019 Page 54-55Vive la Forme numéro 101 jun/jui/aoû 2019 Page 56-57Vive la Forme numéro 101 jun/jui/aoû 2019 Page 58-59Vive la Forme numéro 101 jun/jui/aoû 2019 Page 60