Vibration Clandestine n°31 mai/jun/jui 2014
Vibration Clandestine n°31 mai/jun/jui 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°31 de mai/jun/jui 2014

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Vibration Clandestine Édition

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 8,3 Mo

  • Dans ce numéro : musique... Tiken Jah Fakoly.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
CHANSON FRANCAISE ALTERNATIVE Les Ogres de Barback Voilà 20 ans que l’autonomie et l’autogestion des Ogres de Barback font leur route comme bon leur semble. Air du temps ou effluves de nostalgie, poétique et/ou engagé, il n’y a aucune barrière à la frénésie créatrice des Ogres de Barback. 20 ans de scènes, de rencontre et de partage immortalisés par Vous m’emmerdez ! Les Ogres & Eyo’nlé www.lesogres.com Photo : C.Simeray &L.Le Guen Vous m’emmerdez (la chanson) est un constat, un coup de gueule sur divers sujets qui vous touchent. Est-ce pour vous un défouloir ? Fred : Je termine la chanson en avouant qu’il ne faudrait "jamais me donner le pouvoir" car "je serais plus loup que vos loups". Mais que ma seule raison d’être est de "faire des chansons, pour vous emmerder". C’est une chanson un peu provoc. Les manifestations contre le mariage pour tous nous ont profondément écœurés. Nous n’arrivons pas à comprendre pourquoi des milliers de personnes se sentent capables de manifester contre une liberté et une égalité de plus… Condkoi est presque un fantasme. Beaucoup de gens aimeraient pouvoir répliquer aux gendarmes (en évitant les coups). Y aurait-il un semblant de vérité sous vos paroles acérées ? Fred : Cette chanson est née après une énième histoire de procès contre un rappeur ZEP de Saïd, ex-M.A.P.). Nous, les Ogres de Barback, nous pouvons faire des chansons avec des flics qui se font tabasser, tout le monde s’en fout, probablement parce que nous faisons de la chanson française. Mais si un basané ose le faire en rap, alors immédiatement, "il y a toujours un connard pour sauver la France ! " (comme le dit Magyd Cherfi). Dès le 28 mars vous reprenez votre métier, la scène. Est-ce le partage avec le public qui vous nourrit ? Est-ce une source d’inspiration intarissable ? Fred : Depuis toujours nous disons qu’un concert c’est du voyage, des heures de route, des centaines de kilomètres, des rencontres, des associations qui nous accueillent, un public, des rencontres et encore des rencontres, des coups à boire après le concert, des amitiés qui se créent… Bref, les deux heures sur scène ne sont que la partie visible de cette vie de bohème qui, effectivement, nous nourrit et nous inspire ! Alice, Mathilde, Sam et Fred, cela fait deux fois que vous fêtez vos 20 ans. Quelles sont vos impressions ? Fred : L’impression de nous être beaucoup amusés, d’avoir beaucoup travaillé, et l’impression d’avoir commencé hier… le mot de la fin Fred : À dans 20 ans !!! 26



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :