Versailles Magazine n°2016-09 septembre
Versailles Magazine n°2016-09 septembre
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2016-09 de septembre

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Ville de Versailles

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 54,4 Mo

  • Dans ce numéro : une cité judiciaire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
Dossier Les affaires judiciaires qui ont marqué l’histoire Eugène Weidman (1908-1939), le « tueur au regard de velours », est le dernier assassin condamné à mort et guillotiné en public en France. L’exécution a lieu à 4 h 30 du matin, le 17 juin 1939 devant la porte de la prison Saint-Pierre (actuel 5, place André Mignot). Un désaccord entre le procureur de la République et le bourreau (faut-il exécuter le condamné à l’heure légale ou à l’heure solaire ?) occasionne un retard de 45 minutes qui permet à une foule nombreuse d’assister à la décapitation. L’exécution est filmée et photographiée, les images diffusées de manière à abonder les arguments des détracteurs de la peine capitale. Dès le 24 juin 1939, le président du Conseil, Édouard Daladier, promulgue un décret-loi qui abolit les exécutions capitales publiques : celles-ci auront désormais lieu à l’aube, dans les cours intérieures des prisons. Non seulement une publicité exagérée a été faite autour de cette exécution, mais elle a donné lieu à des débordements de la foule, composée en particulier de femmes, venues assister à la mort de cet homme au magnétisme singulier. Une légende prétend même que certaines d’entre elles auraient trempé leur mouchoir dans le sang du condamné qui, par ailleurs, recevait des lettres d’amour et de demande en mariage en prison ! Le « Tueur au regard de velours » est un séducteur professionnel. À l’aide de deux ou trois complices, il attire ses proies dans les divers pied-à-terre qu’il loue en banlieue parisienne. Le mode opératoire est presque toujours le même. Sous une fausse identité, Weidman abuse ses victimes, les séquestre, les violente, les exécute et les enterre. Six personnes succombent. Ses motivations demeurent inexpliquées. Sentiment de toute-puissance face à ses victimes ? Sadisme du serial-killer ? Il ne semble pas que l’argent fournisse un mobile suffisant. D’aucuns ont avancé l’idée qu’il serait fils de nazis, ce qui aurait permis à ce repris de justice allemand de quitter facilement son pays (malgré son casier judiciaire) pour venir en France en 1937. Le procès a lieu au terme de plus d’une année d’instruction et que Weidman ait avoué ses crimes et dénoncé ses complices. 32 Versailles Magazine septembre 2016 Eugène Weidman, dernier condamné à mort, guillotiné en public en France. François Achille Bazaine, le « traitre de Metz ». Henri Désiré Landru, assassin de 11 personnes. Des affaires antérieures… Les affaires jugées par le tribunal de Versailles sont nombreuses à partir des événements consécutifs à la Révolution de 1848 et à la Commune. François Achille Bazaine (1811-1888), « traître de Metz » a été accusé d’avoir précipité l’issue de la guerre franco-prussienne de 1870. La capitulation du maréchal Bazaine, le 28 octobre 1870 a permis à l’armée adverse de faire la jonction avec ses troupes à Orléans où elle a pu défaire l’armée française. Traduit devant le conseil de guerre réuni au Grand Trianon, Bazaine est condamné à mort par son président, le duc d’Aumale. Sa peine est commuée à 20 ans de prison, par le président de la République, Patrice de Mac Mahon. Henri Désiré Landru (1869-1922) est un tueur en série convaincu du meurtre de onze personnes. Il est exécuté devant la porte de la prison Saint-Pierre à 6 h 10 du matin, le 25 février 1922. Son procès a lieu du 7 au 30 novembre 1921, au terme de plus de deux ans et demi d’instruction. Après une première « carrière » durant laquelle il commet diverses escroqueries, Landru recrute ses victimes par des annonces dans des journaux. Ses proies sont des femmes de milieu relativement modeste (lingère, gouvernante, femme de ménage, secrétaire, domestique, couturière…) et isolées (séparées, en instance de divorce, veuves). Se faisant passer pour veuf et disposant d’une certaine aisance, il leur promet le mariage et les reçoit dans la maison qu’il loue à Gambais, les tue et leur soutire leurs biens. Assassin sans cadavre, il fait disparaître ses victimes qu’il dépèce. Son procès est riche en rebondissements et particulièrement médiatisé, d’autant que le prévenu bénéficie à la fois d’un ténor du barreau, d’un certain sens de l’humour et de l’absence de preuves. Le 24 février 1922, Alexandre Millerand, président de la République, rejette son recours en grâce. ­
Avocats et premiers magistrats versaillais Dossier Depuis la création de la municipalité de Versailles en 1787 et la désignation du premier maire en 1789, nombreux sont les avocats versaillais qui se sont engagés au service de la ville. Six d’entre eux ont exercé la charge de premier magistrat. Ovide Remilly (1800-1875) Avocat au barreau de Versailles (1829), Ovide Remilly est conseiller municipal et adjoint au maire de 1834 à 1837, puis maire de Versailles de 1837 à 1848 et de 1852 à 1861. Conseiller général, il est député de la Seine-et- Oise, de 1839 à 1851. Particulièrement préoccupé par les questions d’urbanisme (pavage de rues, aménagement de trottoirs, d’égouts et de fontaines), il engage des travaux de modernisation et d’extension de la ville, reconstruit les halles, fait ériger des statues à la gloire des grandes figures versaillaises (le général Hoche, l’abbé de L’Épée). Charles-Victor Chevrey-Rameau (1809-1887) Avocat au barreau de Paris en 1830, avoué à Versailles de 1834 à 1870, il est élu conseiller municipal en 1846. Le 5 septembre 1870, Charles-Victor Chevrey-Rameau est élu maire par le conseil municipal, dès la chute du Second Empire. La procédure étant illégale, son élection est validée à deux reprises, trois semaines plus tard ; par le suffrage universel puis par le conseil préfectoral. Alors que la France est envahie et en passe d’être occupée par l’armée allemande, il a la charge d’organiser les conditions de la capitulation de la ville et des réquisitions. En 1871, après la proclamation de l’Empire allemand dans la galerie des Glaces, il est élu député (8 février). C’est à ce double titre qu’il peut accueillir dans sa ville libérée, le chef du pouvoir exécutif et futur président de la République – Adolphe Thiers – et le président de l’Assemblée nationale – Jules Grévy – lors du transfert des autorités républicaines de Bordeaux à Versailles. Député de Seine-et-Oise de 1871 à 1885, il siège dans le groupe de la Gauche républicaine. Membre de la commission des quinze, Chevrey-Rameau épaule Thiers pendant la Commune. André Mignot (1915-1977) Avocat au barreau de Versailles, il appartient à une famille installée à Versailles depuis l’Ancien Régime. Son père, Émile Mignot (1882-1948), était conseiller municipal et adjoint au maire, avant la Première Guerre Mondiale. Membre de la seconde Assemblée nationale constituante (1946), André Mignot est maire de Versailles de 1947 à 1977. Conseiller général (1949-1977), député (1951-1962) puis sénateur (1968-1977), il accompagne la mise en place de la réforme territoriale et administrative du département de Seine-et-Oise qui devient André Mignot, maire de Versailles, inaugure le 6 février 1955 la future Maison de quartier de Jussieu. André Damien, maire de Versailles de 1977 à 1995. département des Yvelines (1964 et 1968). Une place de Versailles et un établissement hospitalier du Chesnay portent son nom. André Damien (né en 1930) Avocat au barreau de Versailles (1953), André Damien est bâtonnier de l’ordre des avocats de Versailles (1969- 1970 et 1973-1976), président de la conférence des bâtonniers de France (1979-1981). Maire de Versailles de 1977 à 1995, député des Yvelines de 1973 à 1997 et conseiller général, de 1979 à 1998, André Damien associe son engagement en faveur de la cité (sa cité) au service de l’État. Conseiller d’État (1981-1997), il est également conseiller chargé des cultes auprès du ministre de l’Intérieur : Charles Pasqua (1993-1995) puis Jean-Louis Debré (1995-1997). Membre de l’Académie des sciences morales et politiques (1994), André Damien est l’auteur d’une importante bibliographie dans le domaine du droit, de l’histoire du droit, de l’Église et de Versailles. ­ Les avocats engagés au service de Versailles • Albert Joly (1844-1880), député de Versailles et conseiller municipal. • Jean Lory, avocat puis bâtonnier, conseiller municipal. • Philippe Raoult, avocat, conseiller municipal. • Emmanuelle de Crépy, avocate, adjoint au maire (Affaires culturelles). • Thierry Voitelier, avocat, adjoint au maire (Sécurité, Voirie). Versailles Magazine septembre 2016 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Versailles Magazine numéro 2016-09 septembre Page 1Versailles Magazine numéro 2016-09 septembre Page 2-3Versailles Magazine numéro 2016-09 septembre Page 4-5Versailles Magazine numéro 2016-09 septembre Page 6-7Versailles Magazine numéro 2016-09 septembre Page 8-9Versailles Magazine numéro 2016-09 septembre Page 10-11Versailles Magazine numéro 2016-09 septembre Page 12-13Versailles Magazine numéro 2016-09 septembre Page 14-15Versailles Magazine numéro 2016-09 septembre Page 16-17Versailles Magazine numéro 2016-09 septembre Page 18-19Versailles Magazine numéro 2016-09 septembre Page 20-21Versailles Magazine numéro 2016-09 septembre Page 22-23Versailles Magazine numéro 2016-09 septembre Page 24-25Versailles Magazine numéro 2016-09 septembre Page 26-27Versailles Magazine numéro 2016-09 septembre Page 28-29Versailles Magazine numéro 2016-09 septembre Page 30-31Versailles Magazine numéro 2016-09 septembre Page 32-33Versailles Magazine numéro 2016-09 septembre Page 34-35Versailles Magazine numéro 2016-09 septembre Page 36-37Versailles Magazine numéro 2016-09 septembre Page 38-39Versailles Magazine numéro 2016-09 septembre Page 40-41Versailles Magazine numéro 2016-09 septembre Page 42-43Versailles Magazine numéro 2016-09 septembre Page 44-45Versailles Magazine numéro 2016-09 septembre Page 46-47Versailles Magazine numéro 2016-09 septembre Page 48-49Versailles Magazine numéro 2016-09 septembre Page 50-51Versailles Magazine numéro 2016-09 septembre Page 52-53Versailles Magazine numéro 2016-09 septembre Page 54-55Versailles Magazine numéro 2016-09 septembre Page 56