Vérité n°6 fév/mar/avr 2013
Vérité n°6 fév/mar/avr 2013
  • Prix facial : 2,90 €

  • Parution : n°6 de fév/mar/avr 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (206 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 29 Mo

  • Dans ce numéro : « J'ai simulé des viols ! »

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
MOn aMi… 28 « Un aigle Royal pris au piège dans n « Il est fortement improbable qu’un aigle attaque un humain... » En Galles du Sud les pompiers ont sauvé un grand Aigle Royal qui s’était empêtré dans un arbre par sa ligne de dressage. L’aigle s’était échappé d’une volière située dans une ferme de Pontycymer, à Bridgend County et l’arbre dans lequel il s’était refugié a dû être abattu pour sauver l’oiseau qui s’est débattu toute la journée et une bonne partie de la nuit. Une unité spécialisée de Newport a été appelée pour aider les pompiers locaux à la rescousse. Et il a fallu près de trois heures pour sauver l’oiseau. Un peu plus tôt dans la semaine, l’alerte du départ de l’oiseau avait été donnée et la police a averti les gens pour l’aider à retrouver l’Aigle Royal, l’un des quatre vivants en captivité dans le pays, en restant à l’affût de son passage. Surtout que l’oiseau s’étant enfui avec ses lanières de cuir encore attachées aux pattes risquait de se blesser. Et si les offi ciers ont demandé l’aide de la population, ils ont formellement interdit à quiconque de s’approcher de l’oiseau qui mesure près d’1,95 m d’envergure pour un poids de 7,2 kg, ce qui en fait un oiseau relativement dangereux, surtout s’il se sent en danger. L’offi cier Mark Goulding, du PC relevant de
otre arbre ! » la Faune et de l’environnement a déclaré : « L’aigle royal provient d’un élevage en captivité et est familiarisé avec les hommes, cependant, c’est un oiseau très grand et puissant et ne doit donc pas être approché car il reste dangereux. Quand l’aigle s’est échappé il venait tout juste d’être nourri, il était donc probable qu’il ne se montre que quand il se sentirait épuisé et affamé, ce qui pouvait prendre jusqu’à 10 jours. » Lors de son annonce à la population, il a été très clair sur l’attitude à avoir et sur ce qu’il fallait faire : « Je demande aux gens de rester vigilants et de nous appeler s’ils voient l’animal. Bien que l’aigle ne soit pas une menace directe pour la sécurité publique, s’il vous plaît n’essayez pas de le capturer si vous le voyez. En effet, seuls des manipulateurs d’oiseaux professionnels et expérimentés doivent aborder l’aigle. » Les aigles royaux sont généralement présents en Amérique du Nord, mais sont également présents en Eurasie et dans certaines parties de l’Afrique. Selon la RSPB, l’espèce vit également dans les landes ouvertes et les montagnes de l’Écosse, car les îles et les vallées reculées sont favorables à leur développement. C’est Andrew Smith qui a découvert l’oiseau, pris au piège dans l’un des arbres de son jardin, alors qu’il était sorti vider son sac à compost. Sa femme raconte : « L’oiseau était extrêmement impressionnant car très grand et il se débattait furieusement. Nous n’avions jamais vu un oiseau aussi grand. Nous n’avions pas vu l’oiseau avant mais l’alerte était donnée depuis deux jours et je serais incapable de dire s’il était déjà là depuis longtemps lorsque nous l’avons remarqué. Les pompiers et les services d’urgence ont travaillé plus de trois heures pour sauver l’oiseau et ils n’ont pas baissé les bras, même à la nuit tombée. Par contre, ils ont été contraints d’abattre notre arbre et de le déposer au sol par un système de poulies assez sophistiqué. Ils avaient tout essayé mais il leur était impossible d’approcher l’aigle autrement. » Richard Jenkins, le propriétaire de l’oiseau, qui travaille dans le cadre d’un programme de reproduction de l’espèce, a tenu à rassurer Mr et Mme Smith : « Il est fortement improbable qu’un aigle attaque un humain car son instinct est d’attaquer ce qui se déplace à quatre pattes comme les lapins. En revanche, il pourrait attaquer un chien ou un chat par exemple. » Il s’est dit ravi aussi de savoir que son aigle avait été retrouvé car il a craint ne jamais le revoir : « Je me sens un peu comme si j’avais gagné à la loterie car je pensais ne plus jamais le revoir sain et sauf. Les services d’urgence ont effectué un travail magnifi que et très diffi cile pour sauver et récupérer l’aigle. Je leur en serai éternellement reconnaissant. » 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :