Vérité n°6 fév/mar/avr 2013
Vérité n°6 fév/mar/avr 2013
  • Prix facial : 2,90 €

  • Parution : n°6 de fév/mar/avr 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (206 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 29 Mo

  • Dans ce numéro : « J'ai simulé des viols ! »

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
Ma vie… 24 avec mon pro « Je me suis enfuie À 14 ans, Kate Baillie était amoureuse de son prof de mathématiques, Paul Tamontini, de 17 ans son aîné, comme beaucoup de jeunes filles de son âge. Sauf que contrairement, aux autres, Kate a fugué avec lui. pendant 18 mois, Kate et Paul ont fugué ensemble et vécu dans les rues du Sud de l’Angleterre. La police avait pourtant lancé une recherche nationale pour les retrouver, les photos de Kate ont été apposées sur les bouteilles de lait et ses parents ont lancé des appels à la radio et à la télévision. Las de devoir se cacher, le couple s’est fi nalement rendu à la police et Paul a été arrêté pour enlèvement d’enfant. Aujourd’hui âgée de 27 ans, Kate raconte : « Ce fut un choc énorme - je ne pouvais pas croire qu’il y avait eu autant d’attention sur nous. Quand je lisais les journaux, j’étais en colère - ils ont tous dépeint Paul comme un monstre qui m’avait égarée, mais, si quelque chose m’avait égarée, ce n’était pas lui. C’était très
f de maths ! » traumatisant d’être séparée de lui après nous être rendus alors que nous venions de passer 18 mois ensemble sans nous quitter une seule seconde. C’était très agréable de revoir ma famille, mais il me manquait et heureusement, mes parents n’ont pas été rancuniers. » Paul a été jugé et emprisonné durant sept mois, et après sa libération, Kate et Paul ont décidé de vivre ensemble. Mais sept ans plus tard, ils se sont séparés défi nitivement, même s’ils sont toujours en bons termes et se parlent de temps en temps. Kate avoue qu’en regardant en arrière, elle se rend compte qu’il n’était pas un homme pour elle : « Je ne savais pas ce qu’était l’amour jusqu’à ce que je rencontre mon mari. J’ai toujours voulu un foyer stable et aimant. Et aujourd’hui je l’ai trouvé. J’ai eu tort de partir avec mon prof de maths mais à l’époque je ne le savais pas. J’avais 14 ans et pas l’expérience de la vie que j’ai maintenant. » C’est pourtant Kate qui avait pris les devants avec Paul et qui avait cherché à l’embrasser à plusieurs reprises avant qu’il ne cède à ses avances. Elle lui rendait visite chez lui, lui envoyait des lettres d’amour enfl ammées. « À l’époque, j’étais sûre d’être follement amoureuse. Nous avions tellement de points communs. C’était la seule personne qui me comprenait et voyait le monde comme moi ». Tout le monde commence alors à voir l’amitié qui rapproche l’écolière et son professeur et les commérages vont bon train. Les parents de la jeune femme lui confi squent son téléphone et lui imposent des horaires stricts. « Je ne blâme personne, dit aujourd’hui Kate. Ma mère était inquiète pour sa fille et c’était la meilleure façon de gérer la situation. Mais j’étais en colère et bouleversée que tout le monde s’en mêle. Je me suis enfuie seule une première fois et c’est Paul qui m’a convaincue de retourner chez mes parents. » Mais le professeur a été soupçonné d’enlèvement et arrêté une première fois avant d’être libéré. « Nous n’étions pas des criminels. Nous voulions juste être ensemble. » Alors ils sont repartis, tous les deux cette fois, et sont restés ensemble 415 jours. Ils ont connu la vie dans la rue, et se sont fait traquer par toutes les polices du pays. « J’avais coupé mes cheveux court et les avais décolorés à l’eau oxygénée et Paul s’était déguisé. Nous avions pris de faux noms. J’étais devenue Dionne et lui s’appelait Lee. J’avais dit à un ami de transmettre un message à mes parents pour dire que j’étais en sécurité et je pensais que l’affaire allait en rester là. J’avais un ami en qui j’avais toute confi ance qui envoyait des cartes postales d’Italie pour dire que tout allait bien. En fait, je n’ai pas vraiment eu le temps de penser à ma famille et à mes amis. C’était une question de survie pour nous. » Mais les recherches se sont intensifiées. Ils sont restés cachés jusqu’à ce que Kate apprenne que son père était gravement malade. Ils se sont alors rendus à la police et Kate a demandé à revoir son père. Celui-ci est décédé six mois plus tard, alors que Paul prenait le chemin de la prison. Kate a insisté à son retour de fugue pour dire que Paul n’avait pas abusé d’elle et qu’elle n’avait perdu sa virginité qu’à 16 ans, soit 10 mois après le début de leur fugue. Aujourd’hui, directrice d’une agence de spectacle, elle explique : « Tout ce que nous avons vécu a fait de nous les gens que nous sommes. Je suis toujours amie avec Paul, mais, en fi n de compte, ça n’a pas marché parce qu’il n’était pas l’homme qu’il fallait pour moi. » « Je ne savais pas ce qu’était l’amour jusqu’à ce que je rencontre mon mari. » 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :