Vérité n°6 fév/mar/avr 2013
Vérité n°6 fév/mar/avr 2013
  • Prix facial : 2,90 €

  • Parution : n°6 de fév/mar/avr 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (206 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 29 Mo

  • Dans ce numéro : « J'ai simulé des viols ! »

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
nos enfants Ma vie… 20 « Mon mari a poignardé Michael Pedersen était un homme brisé qui a perdu tout contrôle de lui-même au point d’assassiner ses deux jeunes enfants. Mais avant d’être un meurtrier, Michael avait été un fier soldat, une célébrité nationale, une fierté pour sa famille et un vrai papa poule. Mais que s’est-il passé pour que cet homme se transforme en meurtrier ? Un soir, alors que Michael et son épouse Erica sont séparés, ils se disputent au sujet d’un soi-disant baiser entre Erica et un autre homme échangé lors d’une fête. L’ancien sergent de cavalerie utilise alors sa page Facebook pour dire à ses amis que ce 31 août est la « pire journée de (sa) vie », avant d’ajouter : « Malheureusement, depuis ma séparation d’avec Erica, je suis complètement bouleversé je l’aime encore beaucoup et je donnerais n’importe quoi pour revenir en arrière et essayer de faire les choses différemment. » Ses amis sont très touchés par ces mots et répondent massivement qu’ils seront
à mort ! » toujours là pour lui s’il a un jour besoin d’aide. Tous pensent alors qu’il s’en sortira et qu’il traverse juste une mauvaise passe. Personne ne se doute qu’il est capable du pire, car c’est un homme fort qui a connu des choses dures par le passé, mais aussi la gloire et la reconnaissance de tout un pays. Il a toujours fait preuve d’un mental très fort et avait su se remettre de l’attentat de Hyde Park en 1982, où il a vu tous ses camarades mourir. Ce jour-là, plus de 50 personnes ont été blessées dans les deux attaques de l’IRA. Mais Michael Pederson et son cheval Sefton ont survécu au carnage. Ce dernier avait 34 blessures, y compris des éclats d’obus profonds et une artère sectionnée, et a subi une opération de huit heures, ce qui était un record pour la chirurgie équine de l’époque. Le vétérinaire qui s’est occupé du beau cheval noir disait qu’il avait une chance sur deux de survie, mais il s’est lui aussi miraculeusement rétabli pour reprendre du service militaire auprès de son maître. Sefton et Pedersen sont alors devenus des célébrités nationales, avec des apparitions à des émissions télévisées, et Sefton a été nommé Cheval de l’Année en 1982 avant d’être placé dans une maison de repos, où il est mort en 1993, tandis que Pedersen a quitté l’armée en 2001 pour commencer une carrière de chauffeur routier. Michael Pedersen, 21 ans au moment de l’attentat de Hyde Park, a épousé, l’année suivante, à peine remis de ses graves blessures, sa première femme, Susan Day, avec qui il a eu une fille, Laura, maintenant âgée de 25 ans. Il est alors au faîte de sa gloire. Son premier mariage se termine par un divorce et, en 2002, il épouse sa seconde femme, Erica Arundale, monitrice d’auto-école, à St Austell, Cornouailles. Le couple s’installe rapidement à Ashford, Middlesex, pour monter une entreprise de transport logistique appelé Highroad. Les affaires marchent bien et ils ont deux enfants, Ben et Freya. Les voisins disent encore aujourd’hui de Pedersen qu’il était un vrai papa poule et un « bel homme », toujours prêt à aider celui qui en avait besoin. Que c’était un homme bien et qu’ils ne comprennent pas ce qui a bien pu se passer dans sa tête avant de réaliser que cela pourrait arriver à n’importe qui. Ils reconnaissent également que les disputes étaient de plus en fréquentes chez les Pedersen au point de demander à plusieurs reprises à la police d’intervenir. Le couple fi nit par se séparer, et tout le monde pense alors que c’est mieux ainsi, surtout pour les enfants. Mais Michael, lui, devient amer et mélancolique. Après avoir surpris Erika dans les bras d’un autre homme à une soirée un peu arrosée, c’est donc sur son profi l Facebook qu’il s’interroge : « Pourquoi est-ce que lorsque vous demandez à une personne si elle cache quelque chose, pourquoi elle a agi comme elle l’a fait, elle soutient qu’elle était ivre, mais quand quelque chose de terrible arrive, elle soutient qu’elle n’y est pour rien ? » Il termine également son message par un énigmatique : « Je demande pardon à tout le monde. » L’explication viendra peu après. Un dimanche, il passe prendre ses deux enfants pour rendre visite à leur grand-père à Andover, Hants. Il était convenu qu’il devait les ramener à son ex-femme ce soir-là. Mais ils ne sont jamais rentrés. Au lieu d’aller chez son père, Michael, 51 ans, a conduit ses enfants, six et sept ans, sur un chemin de campagne près du village de Newton Stacey. Et là, dans la voiture, il les a poignardés à mort avant de se suicider. Le couple était séparé depuis seulement trois semaines. « Malheureusement, depuis ma séparation d’avec Erica, je suis complètement bouleversé » 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :