Vérité n°6 fév/mar/avr 2013
Vérité n°6 fév/mar/avr 2013
  • Prix facial : 2,90 €

  • Parution : n°6 de fév/mar/avr 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (206 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 29 Mo

  • Dans ce numéro : « J'ai simulé des viols ! »

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
ZOOM SUR… Un amour de matelas ! Mehdi Mojtabavi, un designer iranien, a conçu un matelas expressément pour les amoureux qui aiment être dans les bras l’un de l’autre tout en étant confortablement installés. Grâce à ce matelas, dont le premier prototype a été créé en 2008, fini les bras engourdis, les épaules douloureuses, les pieds qui sortent du lit et autres mauvaises positions. Le matelas de Mehdi Mojtabavi propose une partie centrale conçue dans un bloc unique de mousse alors que chaque extrémité est constituée de dix lamelles rapprochées mais qui permettent de loger un bras, une épaule, une main ou un pied. Son créateur explique que ce matelas a été conçu pour resserrer les liens du couple qui peut s’enlacer sans se lasser d’aucune position ou ressentir de la fatigue ou des fourmis dans les membres. Le couple peut ainsi dormir sur le côté, lové, sans ressentir la moindre douleur à l’épaule ou à la colonne vertébrale qui peut rester bien droite. Les membres ne sont plus comprimés et le sommeil est réparateur. Cette invention a reçu de nombreux prix et commence tout juste à être fabriquée alors que l’invention date de plusieurs années. Il faut dire que si le prototype n’a pas été si difficile à mettre en place, la fabrication à grande échelle semble être plus compliquée pour assurer une vraie solidité des lattes de mousse. Quoiqu’il en soit, le problème semble avoir été résolu et l’on verra bientôt le matelas des amoureux sur le marché ! 10 Froid, moi ? Jamais ! À Frensham, en Angleterre, deux couples forment la Team Aquatic Frensham, l’équipe aquatique de Frensham, qui nage deux ou trois fois par semaine dans le lac de la ville, et ce quelle que soit la température. Ainsi, lorsque la température a brusquement chuté en décembre dernier, pour passer en dessous de zéro, le quatuor n’a pas hésité un instant et n’a pas annulé pour autant son bain. Ils ont ainsi dû briser la glace du lac pour effectuer leur bain matinal qui n’a cependant duré que huit minutes trente cette fois-ci. L’une des participante à ce bain gelé, Lucie Petrie, 47 ans, a déclaré : « C’est très revigorant et cela vous rend euphorique pour toute la journée. Même si c’est un peu dur de rentrer au début, c’est en fait très agréable. Après le bain, il me faut plusieurs heures pour me réchauffer vraiment mais c’est bon pour le corps et le cœur ! ». Il faut dire que ce matin-là, l’eau affichait 4° en dessous de zéro et peu de personnes auraient supporté un bain à cette température, mais le soleil était de la partie pour rendre l’épreuve plus agréable. Il n’est pas sûr que l’équipe, toute téméraire qu’elle soit, se soit jetée à l’eau s’il avait neigé. Et dès le lendemain, il s’est d’ailleurs mis à pleuvoir et les nageurs ont remis à plus tard leur prochain exploit. Un bain gelé, oui, mais trop souvent quand même !
Le chemin rebondissant ! Une exposition d’art russe a accueilli un trampoline de 52 mètres, le plus long du monde, construit au milieu d’une forêt. Si l’on n’y prête pas attention, on pourrait croire qu’il s’agit d’un long chemin goudronné, alors qu’il s’agit en fait d’un long trampoline. La piste de caoutchouc a été installée dans le cadre de l’exposition russe ArchStoyanie 2012 et permet aux visiteurs, en mal de sensations fortes, de rebondir sur toute la longueur de la route, au sein du parc où différentes expériences dans le domaine de l’art étaient proposées pendant plus d’un mois. Le festival a été l’une des rares occasions pour les architectes russes et étrangers de s’exprimer comme des artistes, en dehors d’un contexte urbain, et dans un espace de verdure accueillant. Le Commissaire général du festival, Anton Kochurkin a déclaré : « Le festival a obtenu un nouveau niveau de qualité incroyable pour cette nouvelle édition et est prêt aujourd’hui à dépasser le format annuel. Sur le terrain, les choses utiles pourront s’enraciner, les choses qui sont nécessaires à cet endroit et pour les gens qui protègent ce lieu. Sur le territoire de l’exposition ArchStoyanie, il reste des objets conformément à l’idée spatiale du parc. Bien sûr, l’art n’a aucune valeur pratique, mais la tâche sur laquelle nous travaillons est d’étendre l’art pour qu’il devienne irremplaçable ». À poil dans le métro de bon matin ! zoom sur… Dès le matin, Butsy est une jeune femme qui n’a pas froid aux yeux -ni au corps- puisqu’elle se déshabille dans le métro mexicain pour le plus grand plaisir des voyageurs masculins. Après être montée dans la rame en pantalon de pyjama et en sweat et avoir déclaré à la cantonade « Bonjour tout le monde, je vais tourner une vidéo pour un clip, ne paniquez pas si vous voyez mes seins, et les enfants, couvrez vos yeux ! » Butsy enlève tous ses vêtements en se trémoussant sensuellement, pour se retrouver en petite culotte et se frotter aux voyageurs sous le regard médusé des voyageurs. Si certains hommes n’hésitent pas à prendre des photos, les femmes sont, pour leur part, plutôt gênées et ne veulent pas être assimilées à cette voyageuse si peu pudique et si particulière. Lors de sa dernière prestation, la jeune femme a été priée de se rhabiller au bout de quatre minutes par un voyageur choqué de voir la jeune femme se trémousser nue alors que des enfants étaient dans le compartiment. C’est alors qu’elle a déclaré avoir réussi son pari en prouvant que le métro de Monterrey, au Mexique n’était pas surveillé et pas sûr et que la sécurité n’était absolument pas présente. Une démonstration osée et quelque peu choquante pour les voyageurs du matin qui n’en demandaient pas tant. 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :