Vérité n°4 aoû/sep/oct 2012
Vérité n°4 aoû/sep/oct 2012
  • Prix facial : 2,90 €

  • Parution : n°4 de aoû/sep/oct 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 26,9 Mo

  • Dans ce numéro : « J'ai perdu 60 kilos grâce au sexe ! »

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
grâce à un lubr 30 MOn aMi… « nous avons sauvé un chaton Quelle ne fut pas la surprise de Stephen Parker lorsqu’il découvre qu’un chaton s’est coincé la tête dans le moyeu de sa roue de secours. Il fait alors tout pour le sauver, mais ce ne fut pas si simple que cela ! lLorsque Stephen Parker prend sa voiture ce matin-là, il ne pense pas fi nir à la journée à l’hôpital. Il monte dans sa voiture de société qui n’a pas servi depuis deux semaines et alors qu’il croit entendre le moteur ronronner, il tend l’oreille et croit percevoir les miaulements d’un chat. Mais il ne s’en inquiète pas plus que cela. « Je suis arrivé au péage et là, alors que le moteur tournait au ralenti, l’employée du péage me dit qu’elle entend un chat miauler. Mais je ne me suis pas plus inquiété. Je partais à un gros rendez-vous et j’étais préoccupé. De plus, je ne voulais pas me mettre en retard. » Stephen ne prête plus attention aux miaulements jusqu’à son rendez-vous qui se termine par un déjeuner. Mais sur le chemin du retour, il les entend de nouveau. « J’ai de nouveau entendu des cris de chaton et je me suis rappelé le voyage aller. Je
ifiant sexuel » trouvais que la coïncidence était grande alors je me suis arrêté pour inspecter la voiture. J’ai ouvert le capot mais je ne voyais rien et je n’entendais plus rien. J’ai tendu l’oreille mais plus de miaulement, j’ai donc décidé de reprendre la route. » Quelques centaines de mètres plus loin, Stephen entend de nouveau les cris de chat, mais il ne « comprenait pas d’où ils pouvaient provenir. C’était à devenir dingue ! » Arrivé près de chez lui, Stephen se rend chez son garagiste et lui demande d’inspecter la voiture pour trouver d’où vient le bruit qu’il entend depuis le matin. Et là, ils trouvent un chat avec la tête coincé dans le moyeu de la roue de secours placée près du moteur. « Il a eu beaucoup de chance car il aurait pu se faire très mal. Nous ne savions pas comment enlever sa tête qui était coincée. Nous avons donc essayé de la faire glisser en l’enduisant de margarine, mais impossible de le sortir de là. Le chat criait et se débattait tant qu’il pouvait. Il m’a griffé la main à plusieurs reprises et je commençais à saigner. J’ai alors compris que je n’allais pas m’en sortir tout seul et que j’allais avoir besoin d ‘aide. Et puis je ne savais pas si je lui faisais mal ou s’il était simplement fâché. De plus, je perdais patience. J’ai donc décidé de l’emmener, toujours coincé dans la roue, à Birmingham Animal Hospital. J’ai un peu hésité à faire appel aux pompiers, mais j’ai opté pour l’hôpital. » Lorsque Stephen arrive, avec la roue et le chat, le personnel de l’hôpital reste circonspect sur la suite des événements et sur la bonne attitude à adopter, surtout lorsque Stephen raconte qu’il essaie de dégager le chat depuis un bon moment. « Nous avons essayé de nouvelles solutions, le but étant de réussir à faire sortir le chat le plus naturellement possible en faisant glisser sa tête hors du trou. Après environ une heure nous avons fi nalement réussi à libérer le chaton en utilisant la gelée KY, un lubrifi ant sexuel. » « À un moment donné, je me suis dit que nous n’y arriverions jamais et que nous allions devoir découper la jante mais je ne voyais pas comment sans faire de mal au chaton. Nous avons donc tous été très soulagés quand le chaton a été correctement libéré. » Aujourd’hui, le chaton, âgé de dix semaines, termine son séjour à l’hôpital où il reprend des forces car l’expérience a été traumatisante pour lui et les vétérinaires n’arrivent à déterminer combien de temps il a pu rester coincé. De plus, il est soigné pour des problèmes aux yeux. À sa sortie de l’hôpital, il ira vivre chez Susan, la réceptionniste de la société de Parker qui est tombée sous le charme du chaton. « Il se porte très bien et récupère de sa mésaventure. Il manquait de vitamines mais tout va bien maintenant. Je suis content que Susan s’occupe de lui par la suite car je sais qu’il sera entre bonnes mains et que j’aurai de ses nouvelles. Il sera choyé et va avoir une vie bien différente de celle qu’il a menée jusqu’à présent, mais il sera heureux et n’aura pas besoin d’aller se cacher dans une roue pour trouver un peu de chaleur. » « Nous avons essayé de nouvelles solutions, le but étant de réussir à faire sortir le chat le plus naturellement possible en faisant glisser sa tête hors du trou... » 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :