Vérité n°4 aoû/sep/oct 2012
Vérité n°4 aoû/sep/oct 2012
  • Prix facial : 2,90 €

  • Parution : n°4 de aoû/sep/oct 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 26,9 Mo

  • Dans ce numéro : « J'ai perdu 60 kilos grâce au sexe ! »

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
« Ma maison d 18 Ma Vie… Depuis des décennies, Peggy Thomas ouvre son cœur et sa maison aux enfants du monde entier qui en ont le plus besoin, tout en élevant les siens. il y a huit ans, Peggy Thomas a commencé à adopter des orphelins en provenance du Kazakhstan, de Russie et de Thaïlande. Il s’agissait d’enfants pour lesquels les adoptions n’avaient pas fonctionné dans d’autres familles américaines, des enfants doublement déracinés et abandonnés. Peggy a su les accueillir. Et puis Peggy a connu un vrai drame dans sa vie personnelle. « Alors que je venais d’adopter mon septième enfant, j’ai appris que mon petit-fils de 3 mois, Logan était très malade. Il était atteint d’une maladie très rare, une amyotrophie spinale, alors en phase terminale qui l’empêchait de respirer normalement. » Pendant neuf mois, Peggy et sa fille Danielle passent des heures à l’hôpital
u bonheur » pour enfants d’Oakland, auprès du petit lit pour prendre soin du bébé. Elles apprennent alors à connaître le personnel de soins intensifs de l’unité néonatale. Jusqu’au jour où... « nous avons rencontré les médecins qui s’occupaient de Logan dans la salle de conférence. C’est généralement là que les parents entendent les mauvaises nouvelles. Les médecins nous ont appris que Logan ne pourrait pas vivre au-delà de son deuxième anniversaire. J’ai consolé ma fille qui était effondrée, et je regardais cette salle dans laquelle nous étions. Elle était dans un état lamentable et je me suis demandée combien de familles avaient connu ce que nous connaissions : un changement de vie radical quand on leur annonçait le triste diagnostic de leur enfant. Une bien triste nouvelle dans une bien triste salle. » Alors Peggy a une idée et demande à ses enfants à l’aider à récolter des fonds afi n de rénover cette salle de conférence et réaliser une peinture murale. « Je voulais qu’on puisse réaliser une fresque de la mer sur les murs pour la rendre plus douce et je voulais qu’elle respire la sérénité. » L’artiste retenue, Morgan Bricca s’est dite impressionnée par l’engagement de Peggy dans le projet : « Elle est intrépide et déborde d’énergie. Elle voulait tellement apporter de beauté et de lumière à cet endroit. C’est un ange et ce cher ange fait plus d’actes de bonté avant le petit-déjeuner que je n’en fais en un mois entier. Elle est un éclair de grâce qui n’hésite pas à donner de sa personne pour les autres. Elle chante pour les enfants malades, rend visite aux personnes âgées et était très protectrice avec moi, tout le temps où j’ai peint ma fresque. » Peggy est une vraie mère pour ses enfants adoptés. Pourtant, ce sont des enfants aux « adoptions perturbées » qui ont grandi dans l’isolement et ont du mal à s’adopter au mode de vie américain. Pourtant ils ont su s’épanouir au contact de la douce Peggy qui les embrasse comme ses propres enfants. Logan est sorti de l’hôpital et c’est elle qui s’en occupe. « Je dors environ quatre heures par nuit car Logan a besoin de soins constamment. Il ne peut pas rester longtemps sans surveillance. Tous les enfants sont à ses côtés et nous lui donnons tous de l’énergie pour réussir à se battre. » Lorsque ses enfants parlent d’elle ils disent qu’ils apprécient son énergie et son humour et sa fille Humphrey, infirmière, 31 ans aujourd’hui dit : « Je suis arrivée chez elle alors que j’avais 12 ans et je la bénis tous les jours car ma vie aurait été toute autre si je ne l’avais pas rencontrée. Elle a donné un sens à ma vie et a fait de moi ce que je suis. Je lui dois tout ! » Isaïe, 17 ans dit qu’il apprécie la créativité de sa mère : « Elle est toujours sur la brèche et elle n’hésite jamais à aider les gens. Elle est incroyable et toute la famille appris cela d’elle : donner aux autres. Et je peux vous dire que c’est tout simplement génial de l’avoir comme mère. » Peggy s’occupe elle-même de l’éducation scolaire de ses enfants et leur ouvre l’esprit à la musique, l’art, les animaux et au monde, tout simplement. « Peggy donne à ses enfants l’espace dont ils ont besoin, tout en leur fournissant un environnement familial favorable », a déclaré Georges Leonard, directeur exécutif de Famille Network Inc, une association à but non lucratif qui a facilité les adoptions de Peggy, « car c’était la bonne personne pour ces enfants en diffi culté. Elle prend chez elle des enfants dont d’autres ne veulent pas. Ces enfants arrivent chez elle avec leurs problèmes. Elle arrive toujours à créer un lien avec eux et n’attend pas d’eux ce qu’ils ne peuvent pas donner, ce que ne savent pas faire la plupart des gens. Au fi nal, ils se détendent, se sentent en confi ance, se rapprochent d’elle et sont alors capable d’apprendre. » Peggy est un esprit libre, pour le plus grand bonheur des enfants. 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :