Vérité n°3 mai/jun/jui 2012
Vérité n°3 mai/jun/jui 2012
  • Prix facial : 2,90 €

  • Parution : n°3 de mai/jun/jui 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 54

  • Taille du fichier PDF : 22,2 Mo

  • Dans ce numéro : « Mon fils couche avec une femme plus âgée que moi. »

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Ma Vie… « J’ai été l’homme le p 14 « Tout ce que je veux faire, maintenant, c’est être capable de marcher à nouveau et de vivre comme un être humain normal… » Paul Mason, 49 ans, ancien facteur, était ce que l’on peut appeler un super-obèse. En effet, il a pesé jusqu’à 444,5 kilos et mangeait jusqu’à 20 000 calories par jour, soit près de huit fois ce que doit ingérer, en moyenne, un homme normalement constitué. paul, habitant de Ipswich au Royaume Uni, a été désigné comme l’homme le gros du monde en 2009. « Je ne suis pas très fi er d’avoir ce record à mon actif mais je souffrais de troubles alimentaires compulsifs et je ne savais pas comment m’en sortir. » Sa vie est alors devenue très compliquée et très diffi cile. Ainsi, il a passé presque huit ans dans son lit, incapable de se lever et de se mouvoir. La facture de ses soins se montait alors à 100 000 livres par an et il a été calculé qu’en 15 ans, il a coûté plus de 1 million aux contribuables anglais. Paul s’est très vite retrouvé dans un cas d’obésité morbide, avec des risques très élevés de mort prématurée. Sa vie était devenue un enfer, sans vraiment d’avenir et il
lus gros du monde » coûtait cher, très cher à la société. « Je voyais les choses se dégrader mais je ne savais plus comment m’y prendre pour casser le cercle infernal dans lequel j’étais tombé. C’était à devenir dingue et je pensais ne jamais pouvoir m’en sortir et fi nir ma vie dans mon lit. » Dans un élan incroyable de générosité les habitants de son village et les amis de Paul ont réuni la somme nécessaire pour une opération bariatrique, vitale pour lui. Ainsi, les 20 000 livres sterling nécessaires à l’intervention ont été réunies, et Paul a pu se faire opérer. L’opération a été très compliquée, ne serait-ce que pour déplacer Paul et lui apporter les soins nécessaires. C’était aussi très risqué pour sa vie, mais c’était l’opération de la dernière chance. Malgré toute la douleur endurée et les risques encourus, l’opération est un succès : Paul perd 127 kg en un an. Il a peut de nouveau sortir de son lit et se déplacer dans un fauteuil roulant spécialement adapté pour lui. Il perd alors son titre d’homme le plus gros du monde, et il en est ravi. « Tout ce que je veux faire, maintenant, c’est être capable de marcher à nouveau et de vivre comme un être humain normal, confi e-t-il, c’est comme une deuxième naissance pour moi et je ne veux pas la gâcher. » Le chemin sera pourtant diffi cile mais Paul a l’air déterminé : « Je ne veux pas redevenir l’ancien Paul, avachi dans son lit et incapable de bouger. Je veux aller de l’avant et je suis déterminé à perdre encore du poids jusqu’à retrouver une taille normale. Je me sens déjà mieux et plus sain aujourd’hui. » Pourtant Paul ne peut pas encore marcher. « Lorsque je sors, les gens me reconnaissent et je suis content. Je leur dois tellement : ils se sont tous mobilisés pour me sauver la vie. Et, ça je ne l’oublierai jamais. » Alors pour ne pas les décevoir, Paul est fermement décidé à perdre le poids nécessaire pour qu’ils soient tous fi ers de lui. Aujourd’hui Paul se souvient avec émotion ce qui l’a conduit à devenir un « aspirateur à nourriture » comme il dit. « C’est une histoire triste qui pourrait arriver à n’importe quel homme : une déception amoureuse. Une véritable déchirure qui a fait que je me suis réfugié dans la nourriture et que je n’avais plus aucune estime de moi. » En effet, Paul était fou amoureux d’une femme plus âgée que lui mais qui l’a repoussé après plusieurs années de romance. Encore tout ému, Paul raconte son histoire : « J’ai rencontré une femme quand j’avais 21 ans. Elle a fait de moi l’homme le plus heureux du monde. Elle était vraiment différente des autres femmes que j’avais rencontrées jusqu’alors. Elle avait 39 ans et était belle. » Paul s’interrompt alors sous le coup de l’émotion. « J’ai encore du mal à en parler aujourd’hui... Je l’adorais et je pensais alors « ça y est, j’ai trouvé l’amour de ma vie et je vais passer le restant de mes jours à ses côtés. » Elle avait une maison où j’ai passé beaucoup de temps. J’ai fait tous les travaux nécessaires pour nous construire un vrai nid d’amour. Mais une fois le dernier coup de pinceau passé, elle a décidé de rompre. J’avais 26 ans... et le plus dur c’est qu’elle m’a très vite remplacé et elle s’est fi ancée peu de temps après... » Il retourne vivre chez ses parents, mais le père de Paul décède quelques mois plus tard. Une nouvelle rupture douloureuse et la lente mais sûre descente vers l’enfer de la boulimie incontrôlée et incontrôlable commence alors pour Paul. Sa mère raconte : « J’essayais de le raisonner mais chaque début de discussion se terminait en dispute, de plus en plus violente et surtout en quantité de plus importante de nourriture ingérée par Paul. C’était dingue ! Personne ne pouvait lui parler ! » Arrive le moment où Paul ne peut plus aller travailler. Il est dans un tel état physique et perdu dans une profonde dépression qu’il commence à ne plus vouloir quitter son lit. « Je lui expliquais que je ne lui apporterais pas sa nourriture au lit... et puis je cédais toujours. J’avais mal pourlui et j’étais triste de le voir souffrir et je me rendais compte que seule la nourriture pouvait l’aider à tenir, alors je cédais. » Mais la mère de Paul est à bout : son fils l’a même obligée à hypothéquer deux fois sa maison pour pouvoir acheter de la nourriture. C’en est trop ! Elle fait alors appel à des spécialistes et sa démarche conduit à l’opération de Paul et à sa deuxième vie. Aujourd’hui Paul pèse encore près de 200 kilos et ne marche toujours pas bien, car il faut que son corps se réhabitue tout doucement à la position verticale. En attendant, il s’investit dans la lutte contre l’obésité en Grande-Bretagne. 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :