Vérité n°2 mar/avr 2012
Vérité n°2 mar/avr 2012
  • Prix facial : 1,90 €

  • Parution : n°2 de mar/avr 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 27,7 Mo

  • Dans ce numéro : prête à tout pour s'en sortir... « Je me suis mise en vente sur Internet ! »

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
MA PSY… « J’ai eu une histoire avec 40 « Mes parents ont divorcé quand j’avais 7 ans. À l’époque, ils m’avaient tout simplement dit qu’ils ne s’aimaient plus... » L’homosexualité d’un parent est souvent déroutante pour un enfant. L’intrusion dans la cellule familiale d’un nouveau compagnon est également difficilement acceptée… mais pas pour tous. C’est l’histoire de Jennifer qui, après avoir dû affronter les nouvelles orientations sexuelles de michel, son papa, s’est retrouvée malgré elle embarquée dans une histoire d’amour avec son beau-père. si aujourd’hui la jeune femme, désormais mariée et mère de famille, parle de cette période de sa vie avec détachement, elle n’a pas toujours été aussi sereine. Jennifer nous raconte l’étrange histoire d’amour qu’elle a vécue alors qu’elle n’avait que 19 ans : « Mes parents ont divorcé quand j’avais 7 ans. À l’époque, ils m’avaient tout simplement dit qu’ils ne s’aimaient plus. Malgré mon jeune âge, j’ai vécu la situation du mieux que je le pouvais. Ils ne se sont jamais déchirés et le système de garde convenait à tout le monde. Si ma maman a plutôt rapidement refait sa vie, mon
le petit ami de mon père » père, de son côté, était toujours resté célibataire. Si bien que quand je passais le week-end chez lui, il était toujours aux petits soins pour moi. Pourtant, en grandissant, je n’arrêtais pas de lui dire qu’il fallait qu’il refasse sa vie. Quand j’abordais le sujet, il restait très discret. Il a attendu que je fête mes 18 ans et que je commence mes études supérieures pour m’annoncer une nouvelle à laquelle je ne voulais pas croire. Il m’a avoué qu’il était homosexuel, que c’est pour ça qu’il s’était séparé de ma mère, qu’il entretenait une relation avec un homme plus jeune, Marc, et qu’il allait emménager chez nous. Toutes ces années mon père m’avait caché ce qu’il était, et je devais du jour au lendemain accepter sa relation avec un homme. Pendant un mois, je n’ai pas pu le voir. La nouvelle digérée, j’ai demandé à mon père de me parler de son histoire et d’organiser un déjeuner pour que je rencontre son « mec ». Le jour est arrivé et là, deuxième choc ! Le petit ami de mon papa était effectivement plus jeune, 27 ans, et surtout excessivement beau. Drôle, gentil, doux, il m’a tout de suite plu. En plus, je voyais que mon père était aux anges à ses côtés. Les week-ends se succédaient et je prenais de plus en plus de plaisir à passer du temps avec mon nouveau « beau-père ». Je sentais que lui aussi appréciait ma compagnie. Un après-midi nous nous sommes retrouvés tous les deux alors que mon père était parti faire des courses. On rigolait et à un moment, il s’est rapproché de moi et m’a embrassée. J’avais les jambes en coton. Je suis partie immédiatement. Il a alors commencé à m’envoyer plein de textos. Moi, je n’arrêtais pas de penser à lui. Je lui ai donné un rendez-vous pour que nous puissions parler. Il m’a avoué qu’il avait des sentiments pour moi, et qu’il n’était pas attiré que par les hommes. Malgré les interdits, j’ai décidé d’entamer une relation clandestine avec lui. On se retrouvait à l’hôtel pour des après-midi coquins, on se racontait nos vies, bref, j’étais sur mon petit nuage. Mais un jour, mon père m’a appelé pour me dire que ça n’allait pas fort avec Marc. Prise de remords, mal dans ma peau, j’ai décidé de mettre fi n à cette relation. Cela n’a pas pour autant sauvé le couple de mon père. Aujourd’hui, je crois encore être la cause de cette rupture. J’ai également revu Marc. Il a compris ma réaction et je ne lui en ai pas voulu d’avoir quitté mon père. Il vit aujourd’hui avec un autre garçon et j’ai moi-même un homme dans ma vie. Mon père, en revanche, n’est pas encore passé à autre chose. Une culpabilité qui me rongera toujours je pense… » Si Jennifer a fait face à ces grands bouleversements, Marc, le petit ami adultérin, semble moins impliqué. Pour lui, sa sexualité ou sa relation teintée de tabous, il n’y a jamais réfl échi. « J’entretenais une relation de type amitié amoureuse avec le père de Jennifer. Du côté de ma sexualité, j’ai toujours été plus sûr de ma bisexualité que de mon homosexualité. Alors quand j’ai vu la fille de Michel pour la première fois, j’ai craqué. Jolie, marrante, intelligente, je n’ai pas pu m’empêcher de la séduire. Elle était aussi plus jeune et donc plus facile à amadouer. Je garde un très bon souvenir de nos rencontres secrètes et de nos étreintes passionnées. Je ne pense pas qu’elle soit la cause de ma rupture avec son père mais elle a été certainement l’élément déclencheur. J’ai été triste quand elle m’a annoncé qu’elle ne voulait plus me voir. Mais une histoire se termine, une autre recommence. J’ai pris mes distances avec Michel et suis retourné chez moi. Il n’a jamais été au courant de notre aventure. Heureusement, je crois que cela l’aurait détruit sinon… En somme, j’ai rompu avec la famille ! » L’aVis du psY Ce qu’a traversé Jennifer n’est pas facile. Un enfant se sent toujours coupable du divorce de ses parents. Quand le couple que formait son père a éclaté une deuxième fois, la culpabilité a dû la submerger puisqu’elle en était indirectement la cause. Un poids très lourd à porter pour une jeune fille. Sans compter qu’elle a dû faire également face à l’homosexualité de son papa. Or pour chaque enfant, un couple c’est un papa et un maman. Ses repères ont été totalement bouleversés. Pas facile de se construire après ça. Elle est allée de tabou en tabou jusqu’à ne plus en pouvoir. Elle a pris la meilleure décision avant que la situation ne devienne inextricable. 41



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :