Vérité n°2 mar/avr 2012
Vérité n°2 mar/avr 2012
  • Prix facial : 1,90 €

  • Parution : n°2 de mar/avr 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 27,7 Mo

  • Dans ce numéro : prête à tout pour s'en sortir... « Je me suis mise en vente sur Internet ! »

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
MON AMI… « Notre chien s 30 « J’ai toujours adoré les Shar Pei mais nous n’aurions jamais eu les moyens d’avoir un tel chien. Je suis aux anges... » Shankly est un chien de la race des Shar pei, d’origine chinoise, qui se caractérise par sa peau ample qui retombe en plis sur l’ensemble du corps et notamment sur la tête. mais Shankly avait tellement de plis sur la tête qu’il lui était devenu impossible de voir. Il était devenu presqu’aveugle, les yeux recouverts de peau. Le Shar Pei est la race de chien la plus ancienne en Chine et il sert généralement soit au combat, soit de chien de garde. Le chien a des rides profondes et la langue bleu-noir. Si les chiots naissent avec de nombreuses rides, celles-ci s’estompent lorsque le chien grandit et fi nissent presque par disparaître : une chance que n’a pas eue Shankly. À l’origine, l’indéfectible loyauté du Shar Pei a fait de
’est fait lifter » lui le protecteur de la famille royale chinoise. C’est un chien qui se laisse dépérir si son maître l’abandonne et il est parfaitement adapté pour la défense, grâce à ses petites et profondes oreilles diffi ciles à saisir. De plus, s’il est saisi par la peau, ses rides lui permettent se retourner. À un moment, cette race était proche de l’extinction, et elle a été inscrite dans le Livre Guinness des records comme étant « Le chien le plus rare dans le monde ». L’histoire de Shankly est totalement incroyable. En effet, Shankly, dont le nom vient du célèbre entraîneur de football de Liverpool Bill Shankly, a été trouvé dans la rue, errant, sale, affamé et complètement perdu, ce qui est parfaitement incroyable car c’est un chien de race dont les chiots sont vendus environ 900 euros. Il est alors recueilli par une association anglaise qui s’occupe des chiens et des chats perdus et abandonnés. En mauvaise santé, Shankly est pris en charge par des médecins qui s’occupent de lui et de cette peau qui lui cache les yeux. Et bénéfi cie ainsi d’un lifting, telle une star hollywoodienne. Et maintenant, non seulement il est beau, il voit beaucoup mieux, mais en plus il a retrouvé une nouvelle maison et des maitres adorables. « Quand nous nous sommes rendus à l’association pour voir Shankly pour la première fois, il était très maigre et couvert de cicatrices avec des points de suture, mais nous sommes tombés en amour pour lui tout de suite. Pour nous, il est absolument splendide et c’était lui que nous voulions adopter », a déclaré Adrien Duncan, son nouveau maître, avant que sa femme, Susan, n’ajoute : « J’ai toujours adoré les Shar Pei mais nous n’aurions jamais eu les moyens d’avoir un tel chien. Je suis aux anges. » Shankly a lui aussi été ravi de trouver une famille si accueillante et si aimante, et son opération n’est plus qu’un mauvais souvenir. « C’est la deuxième fois seulement en dix ans de carrière que j’effectue une telle opération. Pour Shankly, bien que les rides soient très typiques de la race Shar Pei, le problème était qu’il était complètement aveuglé par les replis de peau qui recouvraient ses yeux. La seule façon de lui redonner la vue était de procéder à un lifting canin » a déclaré le vétérinaire Shaun Opperman qui a opéré le chien pendant près d’une heure. L’opération a consisté à retirer une large bande de peau sur le front et entre les yeux du chien. « Les suites opératoires se sont bien passées, il a juste fallu empêcher que Shankly ne se frotte la tête mais cela a été facile avec une protection et il n’a pas souffert. Une semaine après, il était déjà très beau et les cicatrices s’estompent maintenant peu à peu. » Le chien a également repris du poids, et n’a pas l’air de garder de mauvais souvenirs de sa vie d’errance. Il est très affectueux : « Ce qui est incroyable, c’est qu’il n’aime pas rester tout seul. » Heureusement, Susan travaille de chez elle et peut passer beaucoup de temps avec lui. « Au début, nous avions peur qu’il reparte pour retrouver ses anciens maîtres mais rien de tout cela n’est arrivé. Les deux premiers mois il dormait beaucoup. Je me disais sans cesse qu’il se reposait, reprenait des forces pour repartir sur les routes, mais je crois qu’il est bien à la maison. Il a trouvé sa place et il est maintenant le plus heureux des chiens. » 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :