Vérité n°2 mar/avr 2012
Vérité n°2 mar/avr 2012
  • Prix facial : 1,90 €

  • Parution : n°2 de mar/avr 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 27,7 Mo

  • Dans ce numéro : prête à tout pour s'en sortir... « Je me suis mise en vente sur Internet ! »

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
MA VIE… « J’ai fait cuire 14 « À cette époque j’ai compris que j’avais des varices, malgré mon jeune âge, car mon père avait souffert de varices… » Si des millions de personnes souffrent de varices à travers le monde, il existe quelques techniques médicales pour soulager la douleur. Le traitement au laser conventionnel est l’un des plus efficaces mais des plus douloureux, et comporte des risques de contusions importantes. Qu’à cela ne tienne, Mark Leis, écrivain londonien de 31 ans a décidé de bénéfi cier d’une nouvelle procédure améliorée. « Il y a cinq ans, lorsque je suis parti enseigner l’anglais à l’étranger, je restais debout une très grande partie de mes journées, le plus souvent à piétiner sur place. Un jour, j’ai repéré une veine plus importante que les autres sur le devant de ma cuisse. J’étais certain de ne jamais l’avoir vue auparavant. J’ai donc surveillé ma cuisse pour constater au cours des mois suivants que la veine augmentait et devenait de plus en plus grande et importante. Mais le plus gênant était que je la sentais palpiter lorsque j’étais debout trop longtemps. Il fallait que je m’assoie pour faire cesser la
mes veines » désagréable sensation qui se transformait en douleur. » À l’époque Mark ne s’inquiète pas plus que cela et fi nit par s’accommoder de la gêne, bien que cela devienne un peu handicapant dans sa vie de tous les jours. « Deux ans plus tard, des veines ont commencé à apparaître sur le dos de mon mollet. À cette époque j’ai compris que j’avais des varices, malgré mon jeune âge, car mon père avait souffert de varices lui aussi et j’en avais déjà vu. J’ai alors compris que l’état de mes veines allait se dégrader et que je devrais rapidement subir un traitement. » Vivant toujours à l’étranger, Mark ne voulait pas se faire soigner en dehors de chez lui et il a attendu son retour au Royaume-Uni pour aller consulter. « Je ne pouvais plus me mettre en short ou en maillot de bain et je sentais mes veines palpiter de plus en plus, jusqu’à l’année dernière où le mal était tel que je ne pouvais faire ce que je voulais de mes journées. J’aime aller au marché, jouer au golf mais je ne pouvais pas à cause de mes veines douloureuses. Je passais le plus clair de mon temps les jambes surélevées pour les soulager. » Marlconsulte alors régulièrement un médecin qui lui confirme qu’il s’agit de varices mais qu’elles sont bien trop importantes pour les traitements possibles. Mark ne se contente pas de ces explications car il veut trouver une solution. Impossible pour lui de rester comme ça. Après tout, il n’a que 30 ans, et il ne veut pas fi nir cloué au lit. Il fait des recherches et apprend l’existence de la chirurgie laser qui peut être douloureuse mais qui donne de très bons résultats. Mark consulte un nouveau médecin qui lui apprend de plus que tous ces problèmes de varices entraînent un mauvais fonctionnement de son cœur et qu’il faut faire quelque chose avant qu’il ne soit trop tard. « Le docteur m’a alors parlé d’une nouvelle technique pratiquement indolore pour retirer les veines malades. J’avais lu de telles horreurs sur internet que je fus content d’entendre parler de cette technique. » Mark, qui souffre trop, décide de se faire opérer rapidement. « Juste avant l’opération, j’ai pris un léger sédatif. Pendant l’opération, j’ai senti une entaille faite dans mon genou et quelques tiraillements dans ma jambe, mais aucune douleur. En fait, j’étais tellement détendu que j’ai passé la plupart du temps à bavarder avec les médecins. Après une heure, ma jambe était recouverte d’un bandage et j’ai été amené dans une salle de réveil. Là, on m’a montré comment mettre des bas de contention que j’ai dû porter pendant deux semaines. Je pouvais voir plusieurs petites coupures le long de ma cuisse et de ma jambe. Deux heures plus tard je me sentais tellement bien que je suis allé faire une promenade avec ma mère, quoique lentement. Le lendemain je me sentais raide et douloureux, mais je suis allé travailler comme d’habitude, sans même avoir besoin de prendre des comprimés contre la douleur. » Aujourd’hui, fi nies les jambes disgracieuses et gonflées. On devine juste l’endroit des incisions : Mark rejoue au golf, va à la piscine et s’est même remis à courir, sans avoir à se soucier de ses jambes endolories. Le médecin qui a opéré Mark explique son cas : « On pense souvent que les varices sont un mal des femmes âgées mais beaucoup d’hommes en souffrent. La chirurgie laser est une très bonne chose pour soulager les patients et les guérir. En fait, on fait littéralement cuire la veine afi n qu’elle se rétracte jusqu’à empêcher le sang de circuler à travers elle. Pour détruire les veines, le faisceau du laser doit les chauffer jusqu’à une certaine température. Jusqu’à présent, il y avait un risque de faire chauffer le sang et donc de faire éclater la veine. Aujourd’hui nos lasers sont moins puissants et ne font chauffer que l’eau du sang. Cela est suffi sant pour tuer la veine avant de la retirer à l’aide de petits crochets. » Une technique indolore qui a convenu à Mark et qui devrait enchanter beaucoup de personnes souffrant de varices, comme lui. « On pense souvent que les varices sont un mal des femmes âgées mais beaucoup d’hommes en souffrent… » 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :