Var-Matin n°2015-12-16 mercredi
Var-Matin n°2015-12-16 mercredi
  • Prix facial : 1,20 €

  • Parution : n°2015-12-16 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SCIC Nice-Matin

  • Format : (277 x 395) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 53,9 Mo

  • Dans ce numéro : me gazole à moins d'un euro dans le Var.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Le fait du jour Baisse du pétrole : les Varois Le diesel en dessous d’un euro : un seuil économique mais aussi psychologique est franchi. Le retour au juste prix, diront les associations de consommateurs. Mais faut-il s’en réjouir à l’heure du bilan de la COP21 ? Alors que des stations varoises commencent à afficher un diesel à moins d’un euro, le consommateur, qui avait l’habitude de pester sur la hausse discontinue des énergies fossiles, retrouve le sourire. « Là où autrefois le moindre soubresaut géopolitique voyait les prix du baril s’envoler, l’arrivée des États-Unis en premier producteur de brut, devant l’Arabie Saoudite et la Russie, bouleverse l’économie mondiale. À cela s’ajoute le ralentissement de la croissance économique en Chine, le retour de l’Irak sur le marché et l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) qui, pour préserver ses parts de marché, ne ferme plus ses robinets… Il y a donc plutôt pléthore de pétrole », note Éric Layly, porte-parole départemental de la Fédération des combustibles (FF3C). Coup de pompe dès le 1er janvier Une guerre économique dont profitent de multiples secteurs et bien entendu les particuliers. Mais comment ne pas s’interroger. Ce carburant à petit prix est-il soluble dans Repères 82% Part du gazole dans la consommation de carburants routiers en novembre 2015 qui atteignent un total de 3,9 millions de m 3 en France. +4,4% Livraison de gazole en novembre. +6,1% Livraison de supercarburants sans plomben novembre. +0,8% Hausse de la consommation de carburants routiers sur les onze premiers mois de 2015. Où trouver le gazole le moins cher dans le Var Ollioules-Carrefour La Seyne - Auchan La Seyne - Leclerc La Seyne - Leclerc (les Sablettes) Draguignan -Carrefour les Arcs -Hyper U Trans-en-Provence -Carrefourr Ollioules -Intermarché Ollioules -Total Access Draguignan -Esso Express l’accord de la COP 21 ? D’un autre côté, ce cadeau à la pompe s’étiolera avec la fin des fêtes de Noël. Dès le 1er janvier, les taxessur les carburants seront alourdies en lienaveclacontribution « climat énergie » censée défavoriser les énergies les plus polluantes. Une hausse de +3,5 centimes par litredegazole et +2centimes par litre desansplomb95 (SP95). Seul le SP-E10 (« bio-carburant » pouvant contenir jusqu’à 10% d’éthanol) n’aura pas sa fiscalité augmentée. « Nous verrons bien la suite des événements, mais la baisse du baril n’aura finalement que peu de répercussions sur le pouvoir d’achat en général », estime le Toulonnais Patrick Hautière, représentant régional de l’Association nationale de défense des consommateursetusagers (CLCV), qui réunit plus de 2500 adhérents. Les professionnels prédisent toutefois un brut àprix toujours très doux en 2016. Ce qui devrait mieux faire passer la pilule amère des « additifs taxés » qui doivent bientôt yêtreajoutés.L. A. +6,4% Livraison de fioul domestique depuis le début de l’année. -34% Baisse du tarif du litre de fioul par rapport à2014. 12000 € Économie annuelle en chauffage pour un immeuble de 50 logements sur la base d’une consommation de 800 litres de fioul par logement. Source : Union Française des Industries pétrolières (UFIP) et FF3C. G A Z O L E OLE En n euros/litre re En euros/litre PrixP àtitre indicatif 0,959 0,959 0,959 0,959 0,965 0,965 0,965 0,969 0,969 0,970 SP 95 1,234 1,279 1,234 1,234 1,245 1,245 1,245 1,240 1,199 1,237 (E10) (E10) Infographie Rina UZAN Chauffage, transports publics, agriculture... La valse des économies L’impactdelabaisse des carburants se répercute dans de multiples secteurs. À commencer par le chauffage individuel.René, Raphaëlois qui commande chaque fin d’année 1000 litres de fioul pour remettre à niveau sa cuve, a eu la joie de remplir un chèque auquel il a pu soustraire 300 € ce mois-ci. Le retour du fioul « Normal, le litre est à 60 centimes, soit 30 centimes de moins que l’andernier. C’est aussi un point positif pour nous, puisque cela redonne de l’intérêt au fioul domestique comme mode de chauffage. Aujourd’hui, il est au même prix, voire moins cher que le gaz de réseau, et 2,5 fois moins cher que l’électricité ou le gaz propane », observe Eric Layly, président azuréen de la Fédération française des combustibles,carburantset chauffage (FF3C).Pour autant, pas de débordements ces temps-ci au sein de sa sociétéFuel Littoral qui exerce entre Brignoles et Mandelieu. « Le gros des commandes a été passé entre août et septembre pour anticiper l’hiver. À l’époque, le litre était déjà à 65 centimes. Et comme depuis, le temps est relativement clément, il n’y a pas de bousculade », poursuit-il. -1500 € sur la facture Ce retour aux prix « historiques » de début 2009 a donc du bon pour la note de chauffage individuel, comme collectif. Ainsi que dans de nombreux secteurs, commel’industrie, l’agriculture, la viticulture… Exemple : une exploitation qui consommait annuellement 5000 litres de gazole non routier (GNR) voit sa facture fondre de 1500 €. Dans les transports publics aussi, on se frotte les mains, même si, pourl’usager, le prix du ticket demeurera inchangé en 2016… Bus : pas de ticket choc « Le carburant est l’un des cinq indices qui entre en jeu dans la révision de nos prix en janvier, mais les économies réalisées viennent compenser d’autres hausses, comme celles liées à de nouveaux services et au changement de rythmes scolaires qui ont obligé à ajouter des rotations. Donc, pas de baisse des tarifs à venir », confirme Audrey Borgo, directrice du réseau VarLib qui gère un parc de 650 bus. Une flotte propulsée quasiment à 100% au diesel et qui parcourt entre dix et douze millions de kilomètres par an. À raison d’une consommation évaluée à 20/30 litres aux 100 km, on imagine effectivement le gain pour le Département. L.A.
retrouvent de l’énergie « On profite de la diminution sur l’instant. Mais je ne vais pas changer mes habitudes pour autant », lâche, dans un sourire, Guillaume, Toulonnais. C’était un peu le Fabio Pedri, restaurateur au Mourillon, au relais Total Champ de Mars : « La baisse ne changera rien dans nos habitudes de consommation, car où on est tributaire de moyens de locomotion ». Dès le 1er janvier, les taxes sur les carburants seront alourdies en lien avec la contribution « climat énergie ». (Photo Frantz Bouton) sentimentdeceux et cellesinterrogés, hier matin, à Toulon, dans deux stations-service. Elles ne connaissaient pas de rush particulier, si ce n’est une fréquentation continue, et parfois soutenue chez celles qui affichent le passage à l’euro, voire même en dessous d’1 euro pour le gazole. C’était le cas, hier matin, à Total Access, avenue Infanterie-de-Marine, au Port-Marchand, célèbrement réputée pour être « la moins chère de Toulon ». « Cela ne m’incite pas à faire le plein » Gaby, commercial, travaillant sur le secteur de Bandol, qui roule en moyenne cinquante kilomètres par jour, n’a rien changé àses habitudes de consommation. Le curseur du gazole placé à 0,98 euro le litre n’est pas encore assez bas « pour l’inciter peut-être à mettre le plein d’un coup si le prix du carburant continuait à baisser ». À la station Total du Relais du Champ-de- Mars, boulevardGeorges-Clemenceau, « on remarque que les clients ont tendance à faire un peu plus d’essence que d’habitude », et notamment ceux roulant avec des moteurs diesel. Hier matin, le prix qui flirtait légèrement avec l’euro, soit 1,09 euro, n’a pas interpellé plus que cela Fanny. L’avis de l’expert Thomas Porcher, économiste « Ne pas jouer aux traders » Spécialiste du pétrole, Thomas Porcher est l’auteur de Vingt idées reçues sur l’énergie. Il nous explique les raisons de cette baisse du prix des carburants. Comment expliquer cette baisse ? La croissance mondiale restant faible, l’offre en pétrole est plus importante que la demande. L’excédent est aujourd’hui estimé à deux millions de barils par jour ! La baisse qui en résulte se retrouve mécaniquement à la pompe. Malgré les taxes. L’Opep aurait pu intervenir la semaine dernière pour tenter de faire remonter les cours du pétrole (actuellement à moins de 50 US$ – dollars américains – le baril), mais elle a décidé de ne rien faire, car sa stratégie est d’asphyxier la production américaine de pétrole de schiste. Jusqu’où vont descendre les prix et cela va-t-il durer ? Par rapport à la période 2004-2014 où le prix du baril avait atteint les 100 US$, on est sur un cycle où le prix du pétrole est extrêmement faible. Mais je ne crois pas que ça puisse durer. Tout va dépendre en fait de la résistance des producteurs de pétrole de schiste. Ce sont eux qui font le prix actuellement. Ils ont mieux résisté que prévu, mais ça Toulon : « Cette baisse n’incite pas à modifier les habitudes » Cette Niçoise, commerciale qui avale 4000 km par mois, avoue « ne pas prêter du tout attention à cela, dans la mesure où j’ai une carte professionnelle. Je fais de l’essence lorsque j’en ai besoin. En revanche, je m’attache à mettre du carburant de qualité supérieure pour moins de consommation et de fait dégager moins de Co2. J’essaie d’avoir un côté un peu écolo », dit-elle. var-matin Mercredi 16 décembre 2015 ne devrait pas durer encore bien longtemps. Déjà, on le voit, tous les investissements sont coupés, beaucoup de sociétés licencient… D’ici la fin du premier semestre 2016, je pense que les prix vont s’orienter à nouveau à la hausse. Mais le baril ne devrait pas aller au-delà des 70-80 US$. À qui profitent ces prix bas ? À ceux qui en consomment avant tout. Les prix bas améliorent le pouvoir d’achat des Français. Mais ça profite aussi aux entreprises de transports,aux compagnies aériennes,aux industries chimiques, ainsi qu’aux raffineries. Un bémol : c’est un vrai ballon d’oxygène, mais ça ne crée pas de croissance. Cesprixsont-ils compatibles avecles décisions prises à la COP21 ? C’est vrai qu’un baril de pétrole cher inciterait davantage àlatransition énergétique.Mais les politiques ne doivent pas oublier que le prix de l’énergie est très volatile. Ils ne doivent donc pas se comporter comme des traders,mais au contraire avoir une vision à long terme. PROPOS RECUEILLIS PAR P.-L. P.plpages@varmatin.com « Tributaire des moyens de locomotions » Si le week-end, cette automobiliste évite de « prendre la voiture », elle avoue « ne pas se ruer àlapompe parce que cela est moins cher ». La baisse du carburant, notamment celle du sans-plombà 1, 32 euro le litre, n’a pas, non plus, joué un rôle séducteur pour Fabio Pedri, restaurateur au Mourillon à Toulon, au guidon d’un deux-roues pour « ses déplacements en ville. » « Je ne me suis pas rendu compte réellement de la baisse dans ma consommation quotidienne. Cela n’a malheureusement pas changé mes habitudes de consommation. Il peut se passer n’importe quoi, mais rien ne changera, puisqu’on est tributaire de moyens de locomotion », avoue-t-il. Aziz, ce client toulonnais au Relais Champ-de-Mars, ne se sert pas à la pompe uniquement « en fonction du prix affiché, mais également aussi en fonction de la qualité du carburant ». Et il n’est pas le seul... C. P.Fanny, Niçoise, commerciale qui effectue 4000 km par mois, en réglant avec sacarte professionnelle, avoue « ne pas se ruer, le week-end, sur la pompe en raison de la baisse du prix du carburant ». (Photos Patrick Blanchard)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :