Var-Matin n°2015-12-05 samedi
Var-Matin n°2015-12-05 samedi
  • Prix facial : 1,50 €

  • Parution : n°2015-12-05 de samedi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SCIC Nice-Matin

  • Format : (277 x 395) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 79,2 Mo

  • Dans ce numéro : feu mortel en centre-ville de Toulon... une 4e victime.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
la santé « Fairepeur est àlamode » Interview Présent àMonaco pour présenter son dernier ouvrage, le célèbre nutritionniste Jean-Michel Cohen pousse un vrai « coup de geule » contre cette tendance àdiaboliser les aliments L eplus célèbre des nutritionnistes français, auteur du récent Guide d’achat pour bien manger était l’invité, lundi dernier, de l’association les Rencontres littéraires Fabian Boisson àMonaco. Sans langue de bois, il commente « l’engouement » pour la nutrition. Pourquoi la nutrition occupe-t-elle une telle place dans le débat public ? Parce qu’elle s’articule, aujourd’hui, autour de la prévention santé. L’alimentation avec l’activitéphysique sont les seuls paramètres que l’on peut s’approprier,en faisant sa propre médecine préventive. Alors que l’on est totalement dépendant des médecins pour ses problèmes de santé… Mais n’en fait-on pas trop ? La nutrition étant devenue une discipline à la mode,il y a de plus en plus de gens qui l’utilisent àdes fins lucratives –des fabricants d’aliments,des médecins,des journalistes… Ou, plus simplement pour prendrelaparole… Qu’entendez-vous par là ? On aouvertlechamp àuntas de personnes qui souhaitaient parler, sans disposer de connaissances ni étayerleurs propos de données vraiment scientifiques. Ils racontent n’importe quoi, font de la com ! Comme ils ne savent pas, ils jouent beaucoup sur le sensationnel.Fairepeur est àla mode ; c’est ainsi que l’on affole en disant que les fruits et légumes sont pollués,que des produits, comme la viande,sont cancérigènes,que les œufs sont infectables,que le lait va tuer,qu’il ne faut surtout pas boire d’alcool, que le sucreest dangereux… Si on fait la synthèse,c’est simple,on ne peut plus manger ! On est dans un pays où c’est l’opinion qui fait la connaissance, et non les réalités ARTICULATIONS Avantque ça coince, ayez le déclic N°1 depuis * 10 ans Le D r Jean-Michel Cohen. (Photo Franck Fernandes) scientifiques,médicales, technologiques ou biologiques… Mais,on ne peut nier tout de même certains faits,comme les liens entre alimentation et cancer ? Le cancer étant devenu la maladie dont on parle le plus, lorsque quelqu’un a envie de fairepeur,il dit qu’un aliment cause le cancer ! Or, aujourd’hui, tout n’est que soupçon. On est en train de moduler,sur la base de paramètres incertains,la nourrituredes gens. Pourquoi les pouvoirs publics ne s’emparent-ils pas davantage du sujet ? L’Etat est pris en tenaille,comme pour le tabac,entre les ressources économiques,etlasanté publique.Difficile de se passer de certaines recettes. 94,8% ** de sasfacon Ingrédients d’origine naturelle Complément alimentaire disponible chez votre pharmacien www.phytalgic.com Actualité de la COP 21 oblige,un mot sur l’intérêt de manger bio ? Ça me fait un peu rire.Onn’a, aujourd’hui, aucune garantie. Comment le bio pourrait-il réellement l’être, alors que l’on « Le bio arestauré le plaisir du goût... » reproche à la France la présence de nitratesdans les eaux. Et c’est ce nitrate qui va inonder les légumes que l’on trouveaurayon bio.Quand on sait aussi que la pollution atmosphérique transporte des substances d’un endroit à l’autre, à une grande distance… Amon sens,le bio est inintéressant d’un point de vue santé, sauf pour les populations au contact direct avec les engrais et pesticides… Parcontre, le bio a ceci d’intéressant qu’il a restauré le plaisir du goût, la saisonnalité, Phytalgic ! Format 15 jours(ACL 520 420.4) -Format 1 mois (ACL 542 980.2) la production artisanale… Des vertus sociétales et non sanitaires ! Derrièrecet intérêt pour une « bonne alimentation », il ya quand même un objectif : vivre plus longtemps ! Si on arrête tout, on va peut-être vivreplus longtemps,mais la vie va paraître beaucoup plus ennuyeuse… Est-ce que ça vaut le coup ? Quant aux Cassandre qui disent nous vivons plus longtemps mais en mauvaise santé, c’est simplement parce qu’on ad’abord réglé le problème de vivre plus longtemps, aujourd’hui, on essaie de régler le problème de vivre plus longtemps en bonne santé ! On ne savait pas qu’il y avait des Alzheimer avant d’attendre les 80 ans… Un mot sur les enfants. Faut-il préférer les aliments adaptés ? Là aussi, il ne faut pas se laisser berner.Je vais vous raconter une anecdote. J’observais récemment Phytalgic estuncomplémentalimentaire qui ne se substue pas àunrégimealimentairevarié,équilibré et àunmode de vie sain. *Source:IMS base CPALCN –Marché des Reminéralisants Osseux –Ventesvolumes du CAMseptembre2006 au CAMseptembre2015 -**Source:testdesasfacon de 3mois -110 personnes -Août2013 - Huiledepoissons sauvages, ore, zinc, vitamine E P ,... var-matin Samedi 5décembre 2015 ma propre fille proposer à son enfant des yaourts spéciaux pour bébé. Surpris, j’aiinterrogé des industriels sur la composition de cesyaourts. Ils m’ont répondu qu’ils ne présentaient aucune particularité ; simplement, la production de ces produits est trop faible,et donc le turnover insuffisant pour qu’on les mette aux rayons frais. On les adonc totalement pasteurisés,ce qui permet une conservation plus longue et mis au rayonsous vide. Dedans,il n’y a plus grand-chose : un peu de protéines et du sucre. Alors que dans le vrai yaourt, il ya de nombreux micronutriments plus intéressants. On se retrouve ainsi avec un yaourt spécial bébé uniquement créé pour régler les problèmes de logistique industrielle,mais qui est beaucoup plus pauvre… C’est absurde. Mais cela a-t-il des conséquences ? Bien sûr,il existe des ferments lactiques dans les yaourts. Un yaourt aseptisé n’a plus ces propriétés. On fait ainsi des enfants aseptisés qui sont plus allergiques que les autres. Aux USA,on voudrait des enfants nettoyés àl’alcool. Non, l’enfant abesoin d’être immunisé grâceaucontactavec les animaux, l’air… Comment parvenez-vous à vous faire entendre dans ce brouhaha ? Les gens m’écoutent parce que j’ai une parole,sincèreetraisonnable. Je reprendrai cette tirade de l’Avare : « Lerepas doit êtrefrugal, sinon on risquerait grand mal… » et sa dernière sentence bien connue : il faut manger pour vivre et non pas vivre pour manger. PROPOS RECUEILLIS PAR NANCY CATTANncattan@nicematin.fr Cartilage Ossature La vitamine C contribue a la lorrnaton de collagène pour assurer le fonction normale des cartilages. Le zinc contribue au maintien dune ossature normale.
la santé Sensorialitéet Alzheimer : une leçon sur l’artd’aimer Les malades souffrant de cette pathologie peuvent aussi entraîner leur entourage vers des extases temporelles et artistiques. Telest l’opinion de Pierre Lemarquis, neurologue toulonnais Que voit-on, et qui sommes-nous devant une œuvre d’art ? Pierre Lemarquis aanalysé les effets de l’art sur tous les cerveaux et plus spécifiquement sur celui de personnes atteintes par la maladie d’Alzheimer.Leneurophysiologiste toulonnais, qui intervenait àNice au Centreuniversitaireméditerranée (CUM) la semaine dernière dans le cadre du Colloque international sensorialité et slzheimer organisé par le P r André Quadéri ad’abord posé au public cette question : « Quel aété votre dernier contact avec la beauté ? » Là tout le monde se retrouve soudain nu avec ses émotions et un désir de sincérité. Le neurologue s’est ensuite transformé en commentateur passionné des coups de cœur, des élans artistiques, ceux qui plaisent au plus grand nombre. « En tête, on retrouve la porcelaine chinoise, Rubens, Van Gogh, Degas et les arts premiers. Comme premier artiste contemporain on trouve Jeff Koons avec ses Flower Ballons àVersailles », assène le neurologue engagé dans une démonstration aussi artistique que philosophique. Jeff Koons, un chouchou Pierre Lemarquis n’a cependant pas tardé àdégainer les préférences de son groupe de 29 personnes atteintes par la maladie d’Alzheimer : « Toutes s’extasient devant Jeff Koons au même rang que la porcelaine chinoise ! » Pierre Lemarquis, àlarecherche d’explications, amultiplié les exemples, capté la pensée des philosophes, puis est revenu àlascène esthétique primitive : « Lapremière œuvre est le sein maternel. » Pierre Lemarquis avec une habile transition sur le miroir, apuévoquer les neurones miroirs, ceux qui dopent l’apprentissage, et ont été mis en évidence par Giacomo Rizzolati. Ces neurones de l’apprentissage, du désir mimétique, ce « wi-fi » entre cerveaux sont l’une des clés de l’empathie. Retour aux patients souffrant d’Alzheimer avec ce constat : « Lecerveau est au-delà des sens et il fait quelque chose de l’information qu’il reçoit », asouligné le D r Lemarquis en rappelant les effets connus de l’art sur l’anxiété et l’angoisse. Empathie et échange Et d’ailleurs l’empathie provoque fatalement « Je me suis intéressé aux artistes qui séduisaient cespatients. » D r PierreLemarquis Neurophysiologiste l’échange, peut-être imprévu. Curieux d’observer l’attraction de Mark Rothko, où les espaces se fondent avec une peinture enchamps de couleur,des bords incertains, Pierre Lemarquis avoulu comprendre lafascination de ses patients. Il a enquêté, a analysé les couleurs, le respect des proportions, a évalué la force mystique, la musique utilisé par l’artiste lorsqu’il travaillait. Et le neurologue s’est mis, lui aussi, àrêver devant Rothko. Il explique : « Jemesuis vraiment intéressé aux artistes qui séduisaient ces patients. Ce ne sont pas des personnes à remorquer mais des êtres qui ont des étincelles. Cela change la vision qu’on peut avoir du patient. » Ce qui semble rassurant pour tout le monde, c’est que nous conservons, en principe, un cerveau qui nous aide àvivre etun cerveau qui nous donne envie de faire… « Des bêtises pour que ce soit intéressant », aglissé avec gourmandise le neurologue. R.D PierreLemarquis aveclechapeau du neurologue ajetédes ponts très poétiques entre les œuvres d’art, le cerveau etles émotions. (Photo Jean-François Ottonello) LA PLANTE DU DOC’.46.immeeet -'4C "'‘17 Avec ARKOGÉLULES CHARDON MARIE, agissez sur les troubles digestifs. Enveloppe d'origine végétale Vendu en Pharrnac" Docteur Laurent Chevallier Botaniste etnutritionniste « La prêle, contre l’arthrose » La prêle (Equisetum arvense) apour caractéristique de contenir un grand nombre d’éléments minéraux. Parmi ces minéraux, on note une forte concentration de silice, réputée participer à reminéraliser les os en cas d’ostéoporose, mais également à renforcer le cartilage des articulations en cas d’arthrose. Un peu d’histoire Dotée par ailleurs d’un effet « tonifiant » sur les tissus, elle entre souvent dans la composition des tisanes anti cellulite. Elle exerce enfin une action diurétique qui impose une mise en garde contre un usage prolongé sans avis médical, notamment en cas d’insuffisance rénale et cardiaque. Tisane anti-arthrosique Frêne : 50g Prêle : 30g Cassis : 30 g Une pincée à3doigts du mélange pour un bol d’eau(250 ml). Porter àfrémissement, laisse infuser 10’, filtrer. A boire entre les repas. Par cures de 20 jours renouvelables après avis médical. 4 Moins de médicaments, plus de plantes LE POUVOIR DE LA NATURE A PORTÉE orrous Arkopharma CHARDON MARIE roubles digestifs origine hépatique, v e w All f Ni./" r1'\', r0 La prêle, curieuse par son aspect, les feuilles étant réduites à de simples collerettes,existait du temps des dinosaures,mais au lieu de mesurer 50 cm elle pouvait atteindre plus de 30 m de hauteur. Elle a, autrefois, beaucoup été préconisée en usage externe pour ses vertus cicatrisantes et hémostatiques (anti-hémorragique lors de blessures ou de saignements de nez). Elle a également eu un usage domestique : la dureté de cette plante permettait de récurer les ustensiles de cuisine rebelle aux simples lavages ! En pratique var-matin Samedi 5décembre 2015 Laurent Chevallier Moins de médicaments, plus de plantes 340 pages.édition Fayard 2015. IIA_Arkopharma 45 gélules ARKOGÉLULES a santé ar les lantes ARKOGÉLULES CHARDON MARIE est un médicament à base de plantes traditionnellement utilisé dans le traitement symptomatique des troubles fonctionnels digestifs attribués à une origine hépatique. Réservé à l'adulte. Demandez conseil à votre pharmacien. En cas de persistance des symptômes, consultez votre médecin traitant. Lire attentivement la notice. Médicament autorisé : n°3400933356750 - N°ref : 15/08/69615679/GP/002 À



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Var-Matin numéro 2015-12-05 samedi Page 1Var-Matin numéro 2015-12-05 samedi Page 2-3Var-Matin numéro 2015-12-05 samedi Page 4-5Var-Matin numéro 2015-12-05 samedi Page 6-7Var-Matin numéro 2015-12-05 samedi Page 8-9Var-Matin numéro 2015-12-05 samedi Page 10-11Var-Matin numéro 2015-12-05 samedi Page 12-13Var-Matin numéro 2015-12-05 samedi Page 14-15Var-Matin numéro 2015-12-05 samedi Page 16-17Var-Matin numéro 2015-12-05 samedi Page 18-19Var-Matin numéro 2015-12-05 samedi Page 20-21Var-Matin numéro 2015-12-05 samedi Page 22-23Var-Matin numéro 2015-12-05 samedi Page 24-25Var-Matin numéro 2015-12-05 samedi Page 26-27Var-Matin numéro 2015-12-05 samedi Page 28-29Var-Matin numéro 2015-12-05 samedi Page 30-31Var-Matin numéro 2015-12-05 samedi Page 32-33Var-Matin numéro 2015-12-05 samedi Page 34-35Var-Matin numéro 2015-12-05 samedi Page 36-37Var-Matin numéro 2015-12-05 samedi Page 38-39Var-Matin numéro 2015-12-05 samedi Page 40-41Var-Matin numéro 2015-12-05 samedi Page 42-43Var-Matin numéro 2015-12-05 samedi Page 44-45Var-Matin numéro 2015-12-05 samedi Page 46-47Var-Matin numéro 2015-12-05 samedi Page 48-49Var-Matin numéro 2015-12-05 samedi Page 50-51Var-Matin numéro 2015-12-05 samedi Page 52-53Var-Matin numéro 2015-12-05 samedi Page 54-55Var-Matin numéro 2015-12-05 samedi Page 56-57Var-Matin numéro 2015-12-05 samedi Page 58-59Var-Matin numéro 2015-12-05 samedi Page 60-61Var-Matin numéro 2015-12-05 samedi Page 62-63Var-Matin numéro 2015-12-05 samedi Page 64