Var-Matin n°2015-12-03 jeudi
Var-Matin n°2015-12-03 jeudi
  • Prix facial : 1,20 €

  • Parution : n°2015-12-03 de jeudi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SCIC Nice-Matin

  • Format : (277 x 395) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 60,7 Mo

  • Dans ce numéro : demain le Téléthon... besoin de vous.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
var-matin Toulon Jeudi 3décembre 2015 Avec le Liberté,laculture partdans tous les sens ! Dans sa démarche d’accessibilité pour tous les publics, la direction du théâtre veut aujourd’hui adapter son site internet aux malvoyants et malentendants. Réunions de travail D errière son écran d’ordinateur, Thierry Jamen surfe sur le site internet du théâtreLiberté. Le président de l’association des Aveugles civils du Varsuit les instructions de son « guide » audio, un logiciel de traduction… Cliquer sur entrée, écouter et là… Buter. « Faudrait reconnaître de suite l’onglet accessibilité », lâche Thierry Jamen. Marie Quiniou et Eddy Tournier suivent de près chacun des gestes du malvoyant. MarieetEddy sont de l’agence « Silex, taille numérique » ettravaillent là pour le théâtre Liberté. « C’est l’agence qui aconçu notre site », précise Pascale Boeglin-Rodier,codirectrice du théâtre. Théâtrequi entend àprésent rendre son site accessible aux publics malvoyants et malentendants. En route pour le label Accessiweb Dès son inauguration, le théâtreLiberté marquait sa différence en ce sens : rendre la culture accessible à (presque) tous. Six spectacles (1) en tout, sur chaque saison, sont accessibles aux malvoyants et malentendants. Ce sera le cas d’ailleurs pour les sourds, vendredi soir,avec le spectacle de danse de la compagnie Kubilaï Khan puisque le spectacle sera suivi d’un échange traduit en langue des signes (lire par ailleurs). « Les malentendants disposent également de boucles magnétiques et de casques d’amplification sonore individuels, de dispositifs d’audiodescription également sur certains spectacles », ajoute la directrice. Labellisé « Tourisme et handicap » cette année, c’est à présent le label Accessiweb qu’entend décrocher le théâtreLiberté. Aussi, pour adapter le site internet, il faut « comprendre les besoins de ces publics spécifiques », ajoute Marion Barbet-Massin. Première étape de la démarche donc : rencontrer les populations concernées, comprendre et évaluer les besoins. Exemple : « A chaque fois qu’on a un visuel, on devra le décrire pour les nonvoyants, qui sont souvent équipés de logiciels de « traduction » », ajoute Joëlle Perrault. Logiciels qui restent « un peu galère » aux dires de Michèle, malvoyante. Pour les malentendants, il Derrière son écran, Thierry Jamen visite lesite du théâtre Liberté et explique àMarie Quiniou, de l’agence « Silex taille numérique », les plus et les moins du site duthéâtre Liberté. (Photo DR) Réunion de travail dans les bureaux de l’association des aveugles civils du Var entre le public malvoyant, le théâtre Liberté et l’agence « Silex, taille numérique », chargée d’adapter le site internet du Liberté. (Photo DR) faudra traduire en langage de signes. « Je pensais que ça serait « lisible » », confie Marie Quiniou, qui a conçu le site du théâtre Liberté. « On constate surtout des « maladresses » pour le moment. » Des maladresses de choix dans la hiérarchie des informations. « On va également s’entourer d’un consultant », poursuit la jeune femme. Olivier Giraud est La compagnie Kubilai Khan investigations présente sa dernière création, demain soir, au théâtre Liberté. Bien sûr les choses tournent mal,ou « quatre danseurs, quatre musiciens qui sondent en eux-mêmes les échos du bouleversement planétaire », une pièce qui tombe àpic en pleine Cop 21. « Musique et danse constituent une synergie très forte du spectacle », explique Frank Micheletti, son chorégraphe. Les quatredanseurs originaires du Mozambique, Mexique, Singapour, etBelgique symbolisent déjà à eux seuls les continents concernés. L’urgence qui existe dans le titre même de la création se retrouve dans « une certaine nervosité, dans le sens de vivacité dans la danse et la musique, qui nous met dans l’urgence du propos », confie le chorégraphe. professeur au CNEM et spécialiste en multimédia. Un appui non négligeable en la matière pour travailler sur ce projet. Car « le site fait partie de la vie du théâtre, poursuit Pascale Boeglin-Rodier. Avec l’onglet 4 E scène (scène virtuelle), nous avons beaucoup de contenus vidéos qui lèvent le voile sur la vie du théâtre et les coulisses. On peut également voir certains débats en replay, Crowdfunding lancé aujourd’hui ! L’accessibilité auncoût. C’est pourquoi le théâtre Liberté lance une opération de financement participatif pour récolter quelque 7000 euros sur les quelque 15 000 nécessaires pour adapter le site internet aux malentendants malvoyants et financer les contenus ; leur offrir une véritable lisibilité àtravers des vidéos en langue des signes, notamment pour les sourds, des contenus audio pour les malentendants, pour présenter la saison par exemple, explique Joëlle Perrault, chargée du mécénat, des partenariats et des relations entreprises au théâtre Liberté. C’est à elle que l’on doit cette opération de crowdfunding lancée aujourd’hui, etc. » L’objet est donc de « garder notre identité tout en se rendant plus accessible ». Réponse dans quelques mois. K. M. kmichel@nicematin.fr « Ce n’est pas catastrophiste » Même si « l’actualité et son lot de catastrophes » ont inspiré l’œuvre, « ce n’est pas catastrophiste, la pièce n’est pas apocalyptique. Il s’agit juste de lever les consciences pour dire « il est encore possible de faire des choses ». Le propos n’est pas de nous culpabiliser,mais d’allier les énergies pour rester sur un axiome de transformation. Il s’agit de « Tout peut changer encore » ». Un message adressé aux politiques cogitant entredeux bonnes tables ? « Notre levier d’action comme artistes est plus du côté de la société civile. Depuis 25 ans qu’existent les conférences des parties Journée nationale du handicap. Le budget global atteint 45 000 euros lorsqu’on englobe la formation d’une partie de l’équipe du théâtre, la création de contenus vidéos, audio et la mise aux normes du site, etc. Deux partenaires financiers sont aux côtés duthéâtre : la Société générale et la députée Geneviève Levy, par le biais de son enveloppe financière. Au-delà, le théâtre Liberté entend, par cette opération, toucher un public plus large en termes de soutiens, etsensibiliser àcette question. Pour soutenir cette opération : www.culture-time.com/projet/laculture-pour-tous-les-sens 1. Les spectacles accessibles aux malentendants et malvoyants cette saison : Bien sûr les choses tournent mal (lire par ailleurs) ; Les chevaliers de la table ronde (musique théâtre) les 17 et 18 décembre ; Trissotin ou les femmes savantes les 2 et 3mars ; Livingstone (théâtre) le 11 mars et enfin Yolé (danse) le 19 mars prochain. Bien sûr les choses tournent mal,demain Bien sûr les choses tournent mal, mais tout peut changer encore, avec Kubilai Khan. (Photo DR) (COP), les gaz àeffets de serre n’ont cessé d’augmenter.Si on attend des institutions qu’elles solutionnent les choses, on est dans l’illusion ». Alors action ! V. P.Bien sûr les choses tournent mal,le4décembre,à20h30, théâtre Liberté, rens et res.www.theatre-liberte.comTarifs de 28 à 16 euros,selon conditions.
var-matin Grand Toulon Loisirs Jeudi 3décembre 2015 Lesclownssont là ! Les énergumènes les plus variés montent sur scène àLaValette, Le Revest, Le Pradet et La Seyne pour ce temps fort organisé par le pôle jeune public : Clowns not dead L es clowns sont plus vivants que jamais, si l’on en croit le pôle jeune public qui propose,à partir de demain et jusqu’au 19 décembre, une première édition de « temps fort clown ». « En 2015, le clown refait son apparition tous azimuts, comme si l’atteinte à la liberté d’expression, àlasatire, et aux trublions,vécue cette année, n’avait fait qu’en régénérer la verve », avance l’organisateur. Effectivement, de La Valette, à La Seyne,en passant par Le Revest et Le Pradet, dans « Clowns not dead », ces sacrés bonhommes prendront àchaque fois des formes différentes : du clown musicien au clown baroque... Demain, le premier spectacle, sous un chapiteau à La Valette, inaugurera l’ouverture d’une école de cirque sur ce site. Lesclowns ne sont pas près de mourir ! V. P.Une nouvelle école de cirque sous chapiteau Un chapiteau jaune et blanc trône non loin de l’avenue Pablo-Picasso à La Valette, entre unétablissement scolaire etun stade. En place pour les trois ans àvenir grâce « à un vrai effort de la ville », salue Gilles Cailleau, directeur artistique de la compagnie de théâtre itinérant Attention fragile, il abrite depuis peu l’Ecole fragile, sous la houlette dupôle jeune public, enpartenariat avec la compagnie. Il s’agit « d’une véritable école de cirque et de théâtre, où se croisent des pratiques de tous niveaux et tous horizons. Une école différente, ouverte àla pratique scolaire, àla lutte contre ledécrochage scolaire, aux quartiers, à tous les publics... » Lieu de Les conférences « LaRégence » Jeudi10décembre, à l’Atrium du Conseil départemental,à 20 h 30. Animée par AlexandreDupilet. Entrée libre. Programme des Pss, Pss, Clinc, Bibeu et Humphrey... résidence d’artistes, elle a déjà accueilli une compagnie le mois dernier. Cinq spectacles et autant de formes de clowns différentes. (Photo DR) Ce chapiteau planté àLaValette accueille la nouvelle école du cirque. (Photo Luc Boutria) conférences au Centre Archéologique du Var Jeudi 17 décembre,à18h « Lamer est le plus grand musée du monde » par Martine Sciallano (Conservateur du Patrimoine, Musée et Site d’Olbia, Hyères). Jeudi 21 janvier à17h30 « Les bergeries romaines de la Crau et l’origine de la grande transhumanceenProvence » par Gaëtan Congès (Conservateur en chef du Patrimoine honoraire). Jeudi 3 mars, à17h30, « Les Le premier spectacle du festival alieu demain, sous le chapiteau Ecole fragile, àLaValette. (Photo DR) Gilles Cailleau yprojette l’organisation de festivals, etdenombreux partenariats avec les acteurs institutionnels de la culture sur l’aire toulonnaise. L’école sera inaugurée demain, lors de la soirée d’ouverture de Clowns not dead. Dans Le cabaret perdu, huit artistes issus du Centre des arts du cirque de Toulouse se mêlent, sans distinction, àdes habitants d’Auch àl’histoire particulière, comme un demandeur d’asile, unancien fouilles du Château féodal d’Hyères. Actualités de la recherche » par David Ollivier (Archéologue au Laboratoire d’Archéologie Médiévale et Moderne en Méditerranée/CNRS). Jeudi 28 avril, à17h30 « Histoirede Mardi 8décembre, Pss Pss,par Baccalà Clown à 19h30, à l’espace Chapiteaux de la mer,àLaSeynesur-Mer.Dès 9ans. « Un duo très très sensible », que celui de ces personnages sans parole, selon Patrice Laisney, directeur du Pôle jeune public. De véritables numéros d’équilibriste marquent cette histoired’amour. Vendredi 11 décembre, Le 6 e jour, par L’Entreprise - Cie F. Cervantes, à19h30, au Pôle jeune public, Le Revest-les-Eaux. Dès 10 ans. « Catherine Germain mène le clown plus loin qu’on ne l’a jamais fait », pour en faire « un clown extraordinaire ». Ce grand classique « n’est jamais le même. Toute notre vie résonne autour », estime Patrice Lainsey. Dimanche 13 décembre, Concerto pour deux clowns, par Les rois vagabonds, à17h, Espace Chapiteaux de la Mer, La Seyne-sur- Mer.Dès 8ans. « Clown blanc et Auguste musiciens jouent une partition musicale ». De la grande musique, avec au programme : Vivaldi, Strauss, Bach... « Dans ce spectacle, les Rois Vagabonds détournent la figure classique du clown et lui donnent plus d’envergure avec de jolies notes poétiques et une pétulance contagieuse », selon le Pôle jeune public. Samedi 19 décembre, Clinc par la Cie Pep Bou, à17h, au Pôle jeune public, Le Revest-les-Eaux. Dès 4 ans. Un spectacle d’humour visuel et de bulles. « Clinc raconte les péripéties vécues par deux personnages dans un monde qui leur est entièrement inconnu ». Ici pas de nez rouge, mais des bulles de savon ! Samedi 19 décembre, Bibeu et Humphrey, par L’Attraction Céleste, à19h30, Espace des Arts, Le Pradet. Dès 8ans. Deux clowns qui n’hésitent pas àdescendre dans une arène de spectateurs. Ces clowns musiciens « jouent avec le public, viennent dans les gradins ». « Derrière les grimaces et les facéties, on trouve la confrontation de deux être humains, leurs différences, leurs manières d’exister ». Tarifs 10 euros,12 euros,selon conditions. Rens et rés.sur www.polejeunepublic.com ou au 04.94.98.12.10. enfant soldat deGuinée Conakry... Un spectacle pour préfigurer l’esprit de la nouvelle école, lieu de rencontres et de « géographie et urbanisme artistique ». Le Cabaret perdu, Cie Attention Fragile, demain vendredi à19h30, chapiteau Ecole Fragile La Valette-du-Var,dès 12 ans. Tarif : 10euros. la mosaïque en Méditerranée et en Provence » par Béatrice Tisserand (Docteur en Archéologie, UniversitéParis I, Panthéon- Sorbonne). Rens. 04.94.41.04.35. ou http://centrearcheologiqueduvar.over-blog.com/



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :