Var-Matin n°2015-12-03 jeudi
Var-Matin n°2015-12-03 jeudi
  • Prix facial : 1,20 €

  • Parution : n°2015-12-03 de jeudi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SCIC Nice-Matin

  • Format : (277 x 395) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 60,7 Mo

  • Dans ce numéro : demain le Téléthon... besoin de vous.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Le dossier du jour Téléthon : l’heure de la Le compteur de l’édition 2014 s’était arrêté à 82,3 millions d’euros. Dès demain, il faut donner plus pour faire progresser la recherche et améliorer la vie des malades et leurs familles C omme chaque année, le premier week-end de décembre vavivre au rythme du Téléthon. Un moment de grande émotion pour Laurence Tiennot-Herment, la présidente de l’association française contre les myopathies (AFM), dont le fils unique aété emporté par la myopathie de Duchenne en 2003. « Lorsque le diagnostic aété posé pour mon enfant en 1987, il n’y avait pas d’équipe de recherche, pas de traitement, rien. Lors du premier Téléthon, la même année, j’ai fait l’autruche. En 1989, je me suis mise dans la bagarre, me suis engagée sur le terrain, pour récolter des fonds. Le fric, c’est le nerfdela guerre ». Cecombat, qui l’a amenée à la tête de l’AFM depuis douze ans, elle le poursuit avec la même détermination. Quel estvotrerôle ? Que ce qui est arrivé à mon fils n’arrive plus jamais. C’est le combat d’une vie. C’est celui de toutes les familles concernées. 99% des maladies rares n’ont pas de solution thérapeutique. Quel est l’apport du Téléthon ? Il finance la recherche, aide Innover pour guérir. C’est la devise d’I-Stem (1), un laboratoire créé par l’AFM-Téléthon et l’Inserm, financé pour moitié grâce au Téléthon. Le Dr Alexandra Benchoua, chargée de recherches, rappelle la vocation de cette structure qui fête ses dix ans : « Explorer le potentiel thérapeutique des cellules souches dans les maladies rares d’origine génétique ». L’idée est d’utiliser ces cellules pour comprendreles maladies génétiques et trouver des molécules susceptibles de les soigner. les malades et leurs familles. l’AFM-Teléthon, grâceaux dons du Téléthon, soutient 37 essais cliniques pour des maladies raresdelavision, des muscles,dusang, du foie,ducerveau. Plus de six cents experts travaillent dans nos laboratoires leaders dans le domaine des biothérapies innovantes : Généthon et I- Stem (à Evry), de l’Atlantic Gene Therapies(Nantes), de l’institut de myologie (La Pitié-Salpétrière, Paris). Nous finançons plus de trois cents équipes de recherches dans des grandes villes françaises y compris des programmes à l’international ainsi que la plate-forme maladies rares à Paris. Les maladies auxquelles on s’attaque sont riches d’enseignements pour des maladies plus fréquentes. Quels sont vos projets ? L’AFM va créer son futur labo pharmaceutique. Une structuredefabrication de médicaments de thérapie génique qu’on testechez l’homme. On anticipe la commercialisation avec le soutien de la Banque publique d’investissement, preuvedel’excellencede nos recherches. Construire Les propriétés uniques des cellules souches « Ces cellules souches embryonnaires humaines (CSEH) ont des propriétés uniques, poursuit-elle, en faisant visiter les installations d’Évry : l’auto-renouvellement car elles se divisent à l’infini à l’identique, et la pluripotence, c’est-à-dire la capacité de reproduire tous les types cellulaires d’un organisme. Il y en a 216 chez l’homme. Cela ouvre la possibilité en laboratoire de produire tous les tissus de l’organisme ». Les scientifiques travaillent sur trois champs d’application : produire des cellules saines pour faire de la thérapie cellulaire, exploiter des cellules porteuses de mutations et rechercher des médicaments cellulaires. I-Stem aréussi àfairedes CSEH des outils de compréhension des maladies neuromusculaires et neurodégénératives, mais également des maladies de peau, des yeux et du vieillissement, et ainsi identifier des traitements potentiels. Concrètement, les chercheurs ont identifié en 2012 « le mécanisme moléculaire qui, dans la progéria, protègeles cellules neuronales d’un vieillissement accéléré », rappelle le Dr Benchoua. Le laboratoire acontribué à d’autres avancées comme la des laboratoires c’est le passage obligé pour aller le plus vite possible. Quand on débute un essai chez l’homme,ilfaut 8à10ans avant d’arriver à un médicament. Nos chercheurs ont démontré chez des chiens modèles de la myopathie de Duchenne l’efficacité de la thérapie génique. Fortes de ce succès, les équipes préparent l’essai chez l’homme en 2016 (lire ci-dessous). Quels sont les besoins ? Pour 2016, il nous faut 70 millions d’euros pour la partie scientifique, 35 millions pour l’aide, l’accompagnement des malades et des familles. Des besoins en augmentation régulière. Un projet d’essai sur l’homme représente plusieurs millions d’euros et c’est un engagement pluriannuel.Pour la souris c’est plusieurs milliers d’euros. Il y a de plus en plus de projets, c’est la rançon du succès. On est condamné au succès, aux résultats positifs. Dossier : Véronique Georges vgeorges@nicematin.fr I-Stem, de la recherche fondamentale au médicament modélisation de CSEH de la dystrophiemyotonique de Steinert, qui permet l’identification de nouveaux mécanismes impliqués dans cette maladie touchant les neurones et les muscles. « Les équipes ont aussi trouvé un antidiabétique qui bloque ce mécanisme » ajoute-t-elle. Trois essais cliniques Grâce à l’obtention en 2009 d’un épiderme à partir de cellules souches, il est envisagé pour traiter les ulcères de la drépanocytose (une maladie du sang) « defaire des patches d’épiderme. C’est un projet pour 2016 » précise Alexandra Benchoua. I-Stem prépareunautre essai clinique pour une rétinite pigmentaire. Discrets, ces pionniers communiquent peu sur leurs réussites « pour ne pas compromettre la santé des malades et ne pas donner de faux espoirs ». Malgré tout « endix ans, on est passé Les sommes récoltées par le Téléthon servent notamment à financer des recherches, dont certaines ont déjà abouti à des découvertes très importantes. (Photo AFM-Téléthon/Christophe Hargoues) La solidaritépar le sport Bouger, c’est bon pour la santé, et ensemble pour le Téléthon 2015, c’est encore meilleur. Le D r Alexandra Benchoua, du laboratoire I-Stem, qui est à la pointe des thérapies géniques et cellulaires. (Photo V.G.) d’un domaine fondamental à trois essais cliniques (sur l’homme), dont deux en cours, et un très bientôt. Sans le Téléthon, on n’aurait jamais pu en arriver là », conclut la spécialiste. I-Stem fait partie de l’Institut des Biothérapies des Maladies Rares, qui regroupe à ce jour les quatre centres de recherche et développement directement financés par l’AFM-Téléthon. Une course connectée L’AFM-Téléthon et Running Heroes proposent aux coureurs débutants ou confirmés de courir pour leur région, chacune d’entre elles étant représentée par une personnalité sportive. C’est Pascal Gentil, champion de taekwondo, médaillé de bronze olympique en 2000 et 2004, qui est ainsi le capitaine de Provence-Alpes-Côted’Azur. Pour participer à cette course connectée, vous pouvez courir où vous voulez et quand vous voulez jusqu’au 8décembre en vous inscrivant sur www.telethon.runningheroes.com. Repères 3millions de Français sont concernés par 6000 à8000 maladies rares. La moitié des malades ont moins de 19 ans. 80,7% du budget de l’AFM ont été consacrés en 2014 à ses missions sociales : 55,5 millions engagés dans la recherche, 32,7 millions dans l’aide aux malades. 11,5% ont été employés aux frais de collecte et 7,8% aux frais de gestion. 15 C’est le nombre d’années de vie gagnées dans certaines maladies grâce à l’organisation du parcours de soins, l’accès à un diagnostic précis, à une meilleure prise en charge médicale et paramédicale. 18 logements accessibles et adaptés accueillent les malades en famille dans le premier Village Répit Familles dédié au handicap moteur avec troubles associés.Ilaété inauguré le 1er juillet 2014 à Saint-Lupicin (Jura). 3637 C’est le numéro qu’il faut appeler pour faire un don (appel gratuit depuis un téléphone fixe). Les dons se font aussi sur Internet : www.telethon.fr
mobilisation a sonné Les recherches financées par le Téléthon ont permis de grandes avancées, dont voici quelques exemples récents. En 2014, l’équipe d’Ana BujBello du Généthon et des chercheurs américains ont montré l’efficacité d’une thérapie génique chez des chiens atteints de myopathie myotubulaire, une maladie neuromusculaire enzymatique sévère (1). Ses résultats sont spectaculaires. Toujours en 2014, 15 ans après le début du financement par l’AFM- Téléthon du développement de l’Olesoxime, cette molécule ralentit l’évolution de l’amyotrophie spinale (2) chez les malades en 28 novembre au 20 décembre 2015 1 iiDu 49 € LE FAUTEUIL ÷ POUF CUIR D/PLOMAT À ALABLE DANS 4 COLORIS DE CUIR BATICK Au Muy,de l’espoir pour Emilien et ses parents Pour Dorothée et Thierry Fournet, un couple installé au Muy,le Téléthon va mettre un peu de lumière sur l’épidermolyse bulleuse, dont souffre leur quatrième fils, Emilien. La peau des personnes touchées par cette maladie rare est aussi fragile que les ailes d’un papillon, sensible à la moindre agression… Une simple couture de vêtement ou une feuille de papier font courir un risque àces enfants dont aucune partie du corps n’est à l’abri. Des plaies douloureuses Emilien, qui aura 2 ans dimanche, reste un petit garçon comme les autres, souriant malgré les vésicules épidermiques douloureuses. Il commence à bien marcher même si celles présentes sous ses pieds le font souffrir. « Et encore, la période est bonne. En août et septembre, à cause de la chaleur, il en avait beaucoup. On a tout essayé pour le soulager », disent ses parents qui l’entourent de tous les soins. Un budget conséquent pour cette famille, avec trois cents euros L CREAM I BLACK IBURGUNDYI BROWN ayant bénéficié dans le cadre d’un essai clinique. C’est pour cette pathologie un tout premier médicament qui s’engage sur la voie de la mise sur le marché. L’efficacité de la thérapie génique pour le syndrome de Wiskott-Aldrich, maladie rare qui altère les défenses immunitaires, a été démontrée chez six enfants traités. Généthon, le laboratoire de l’AFM aconçu, mis au point et produit le vecteur médicament utilisé. Il est également promoteur d’un essai clinique international (Paris, Londres et Boston). Ce succès de thérapie génique ouvre la voie pour d’autres maladies rares et moins D'autres modèles et coloris en promotion a ecouvrir en magasin et sur www.stressless.fr.Les innovateurs du confort.Prlx public conseillé 7C au 01/01/2015 hors éco.participation de 3,70E soit 1478,70E..Éco-participation Incluse, soit 329,70E d'économie pour l'ensemble fauteuil et pouf Stressless'Diplomat en cuir Badck, boiserie hêtre lamellé collé teinté, vernis à base d'eau. Dimensions fauteuil Stressless- Diplomat (L72, H94, P70 cm) et son pouf (L54, H38, P39 cm). Matières visibles de nos fauteuils et poufs en cuir Batick : cuir de vachette, tannage au chrome, fleur cordgée, pigmenté. Renseignez-vous auprès de votre revendeur pour connaître le délai de votre commande. Offre non cumulable valable dans 4 coloris de cuirs Batick : Cream/Black/Burgundy/Brown. RCS Pau 351 150 859 LEGÉAMTDUMEUBLE Invitée àParis pour le Téléthon, la famille Fournet espère que la recherche va progresser pour guérir Emilien, atteint d’épidermolyse bulleuse. (Photo Adeline Lebel) par mois de produits dermatologiques indispensables au quotidien, mais non pris en charge par la sécurité sociale… Emilien va aussi MIS ‘e àlacrèche du Muy quelques heures par semaine, et au centred’action médico-sociale précoce de Draguignan pour des séances avec/0$1- var-matin Jeudi 3décembre 2015 le kinésithérapeute et la psychomotricienne. « Lorsque nous avons su que le Téléthon allait mettre en avant l’épidermolyse bulleuse on a pensé : elle sera mieux connue. Ça va changer quelque chose pour nous », dit sa maman. Besoin d’un parrain « On espère qu’il y aura des retombées. Mais ce dont on a besoin, c’est d’un parrain, un artiste, une personnalité, qui s’engage. C’est un de nos espoirs sur le Téléthon, qu’un invité soit sensible à cette cause. La solution c’est la recherche, elle a besoin d’argent. On attend donc beaucoup… Sans se faire d’illusion », ajoute le papa, membre du conseil d’administration de DEBRA France, l’association dédiée à cette maladie. « Il ne faut pas oublier qu’on en meurt dans ces souffrances abominables », rappelle-t-il. En attendant, si le Téléthon peut déjà changer le regard méfiant, parfois hostile, de certains sur les plaies d’Emilien, ce sera déjà une victoire. Lui leur renvoie toujours son magnifique sourire. Un combat, des résultats pour les maladies rares, mais pas seulement rares du sang. L’autorisation conditionnelle de la mise sur le marché de l’Ataluren par l’Agence européenne du médicament constitue une première pour la myopathie de Duchenne (4). Cette molécule développée par PTC Therapeutics ralentit l’évolution de la maladie et améliore la marche chez les jeunes malades porteurs d’une mutation génétique particulière. Ce résultat intéresse d’autres maladies génétiques comme la mucoviscidose. « Ce n’est que la partie émergée de l’iceberg, note Serge Braun, directeur scientifique de l’AFM-Téléthon. Les premières victoires de la thérapie génique, c’est grâce au Téléthon. Mais ces recherches peuvent bénéficier à tout le monde. Les progrès de la thérapie cellulaire sont importants, notamment celle qui permet de régénérer les cellules de la peau,intéressantes pour les grands brûlés ». Enfin, un autreexemple est significatif de l’intérêt commun de ces recherches. Le gène défectueux responsable de la progeria (5), qui fait vieillir les enfants précocément, a été trouvé en 2003 par une équipe marseillaise avec les fonds du Téléthon. « La combinaison de deux médicaments existants pour d’autres maladies courantes, nous amène àtraiter la moitié des enfants européens concercés. Grâce à ce traitement, on peut mettre le doigt sur un mécanisme qui nous touche tous, et on peut envisager de mieux supporter les traitements de chimiothérapie ou à base d’antiviraux ». Sans compter le vieillissement… 1. Elle touche les garçons, à raison d’un sur 50 000 naissances. 2. L’une des maladies neuromusculaires les plus fréquentes chez l’enfant. 3. Elle touche quasi exclusivement des garçons. Sa prévalence est d’un cas pour 100 000 naissances. 4. La plus répandue des maladies neuromusculaires chez l’enfant. 5. Deux cas en France, 25 en Europe. THE INNOVATORS OF COMFORTTm tu LA VALETTE DU VAR - RUE AMPÈRE 200M A GAUCHE APRÈS DARTY



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :