Var-Matin n°2015-12-02 mercredi
Var-Matin n°2015-12-02 mercredi
  • Prix facial : 1,20 €

  • Parution : n°2015-12-02 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SCIC Nice-Matin

  • Format : (277 x 395) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 60,6 Mo

  • Dans ce numéro : des bénévoles ont répondu au SOS de la famille Sanz et ses deux enfants handicapés pour achever leur maison.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Var Vidauban : ces bénévoles écrivent un vrai contedeNoël Un formidable écho de générosité a suivi le SOS des Sanz et leurs jumeaux handicapés. Une mission : achever avant les fêtes la maison de la famille vivant dans un garage U ne maison avant Noël ? La gageure n’effraie personne, dans la propriété des Sanz, àVidauban. Surtout pas les dizaines debénévoles déjà àpied d’œuvre, depuis quelques jours. « Cequi est en train de se passer c’est un peu l’émission « Tous ensemble » deTF1 sans les caméras », se réjouit Severine Vargas. C’est elle qui atiré la sonnette d’alarme dans notrejournal (notre édition du 2novembre) pour venir au secours de son oncle Jean et sa femme Twiggy. Une centaine de bénévoles apportent leur soutien àlafamille. (Photos P.M. et DR) Du pain sur la planche Un couple allant de Charybde en Scylla depuis la naissance, voici 17 ans, de leurs jumeaux, lourdement handicapés. Aujourd’hui, la famille est contrainte de vivreàcinq, dans le garage aménagé de 60 m² attenant à leur maison en construction de Vidauban depuis deux ans. Un chantier stoppé pour des raisons économiques notamment. Dès lors, les Sanz vivotent avec leur fille et leurs jumeaux handicapés qui suivent des soins quotidiens à Hyères. Mais c’était sans compter la vague de solidarité qui vient de déferler sur les réseaux sociaux. « Suite à la parution de l’article, en seulement trois jours, plus de 30 professionnels et autant de particuliers ont proposéleur aide sur Facebook (1892 personnes aiment la page). Même des Parisiens en vacances nous ont contactés. Et Twiggy (alors salariée précaire) aobtenu un CDI à l’Hyper Udes Arcs », s’enthousiasme Severine Vargas. Une somme de solidarité qui pourrait venir àbout des galères et quelques mauvais choix des Sanz. Mais il yadupain sur la planche. L’ensemble de l’intérieur de la maison ainsi que l’extérieur est à réaliser.Del’électricité àlaplomberie, en passant par les sols jusqu’à l’accessibilité des handicapés et le jardin. « Nous espérons achever les travaux avant les fêtes pour que toute la famille puisse célébrer Noël, chez elle, dans sa maison », ambitionne Severine Vargas. Laquelle est àlarecherche de partenaires pour alimenter le chantier le midi, durant les travaux de décembre, mais également de matériel : électricité et agglos. Outre la grosse centaine de bénévoles, la famille peut compter sur l’association Solidarité Michel, lamairie de Roquebrune-sur-Argens. Ou encorelesoutien d’une décoratrice ayant justement participé à l’émission « Tous ensemble » de TF1, Sandrine VandeVen. ÉLECTIONS RÉGIONALES LE GRAND DÉBAT DIFFUSÉ SUR FRANCE 3 À 22 H 50 LE MERCREDI 2 DÉCEMBRE 2015 REDIFFUSION A 00H15 SUR LCP EN PARTENARIAT AVEC armatin Un parrain de poids « Nous travaillons sur le plan d’agencement intérieur de la maison. En particulier la décoration de la chambre des jumeaux. J’espère que le projet avancera vite. » Et un parrain de poids apporte également sa pierre à l’édifice. Il s’agit de Philippe Streiff. Cet ancien pilote de Formule 1, victime d’un terrible accident en 1989 lors d’une course au Brésil, qui l’a laissé tétraplégique. Après trois ans d’hospitalisation et de rééducation, il s’est lancé dans un combat pour l’autonomie des handicapés et la prévention routière auprès de différents gouvernements. « Je soutiens entièrement le projet des Sanz. J’espère que ma notoriété va les aider. Pour eux, ce n’est pas facile. Moi j’ai eu la chance d’avoir « Touché par l’appel » Benjamin Briatore, 21 ans,gérant de Dragui plomberie J’ai été touché par l’appel à l’aide de cettefamille.Nous apportons notreaide pour la plomberie de la maison. Nous commençons par tracer à la bombe avant de passer aux travaux sérieux pour raccorder les pièces de la maison. Il yenapour au moins une semaine de boulot. l’aide du milieu automobile ».Et d’ajouter : « Le projet de vie et l’autonomie sont primordiaux pour les handicapés ». Auréolés de tels soutiens et avec l’appui des bénévoles, les Sanz espèrent assister,avant l’heure, àunmiracle de Noël. En ces temps troubles, voici en tout cas un projet salvateur. P.MACHINOT Pour apporter votre aide ou soutenir le projet, contacter le 06.75.76.54.71 ou la page Facebook « S.O.S pour des jumeaux handicapés ». Un gala de soutien est en outre programmé, le 4 décembre à La Valette du Var, salle Couros à 19h30. côte d'azur var-matin Mercredi 2décembre 2015 Ils ont dit « Sedéplacer facilement » Stéphanie Allard, infirmière chez Domosud technologie Je m’occupe de toute la partie handicap.Nous allons notamment installer des rails au plafond pour que les jumeaux puissent se déplacer plus facilement. Mais aussi des chariots de douche et une chambre domotisée. Je me bats pour le maintien des malades àdomicile. Mike etAllan Sanz, les jumeaux handicapés
var-matin Var Mercredi 2décembre 2015 Tentatived’assassinatà Tourves, la victime confirme Devant la cour d’assises du Var, Laurent Gentiluomo, maintenant invalide, amaintenu que ses deux agresseurs n’étaient pas venus chez lui pour le voler mais pour le tuer.Déposition Ambiance électrique hier soir à la cour d’assises du Var, quand Laurent Gentiluomo, cloué dans son fauteuil roulant, et les deux hommes qu’il accuse d’avoir tenté de l’assassiner,ensont venus à s’invectiver,sous les yeux ahuris des jurés. La présidente Michèle Lis- Schaal a dû user de son autorité pour ramener le calme dans le prétoire. Prisonnier àperpétuité Cet incident est intervenu au moment où les avocats de la défense multipliaient leurs questions àlavictime, dont ils mettent en question la sincérité quant àsareconnaissance des deux accusés. Laurent Gentiluomo, un grand gaillarddeprès de 2met 110 kg, qui a un temps travaillé comme physionomiste de boîtes de Un homme âgé de 39 ans a été présenté hier aprèsmidi au parquet de Toulon, dans le cadre d’une enquête pour homicide volontaire. Dimanche en fin de journée, un quinquagénairefaisait une chute mortelle en tombant dans une cage d’escalier, depuis le palier du deuxième étage. Les faits se sont produits au domicile du suspect, dans un petit immeuble situé en bas du cours Lafayette (lire notre édition d’hier). Les trois autres hommes, qui étaient en garde àvue lundi au commissariat central ont été libérés, sans qu’aucune charge ne soit retenue contre eux. Ils sont considérés comme témoins. L’enquête a été menée par la sûreté départementale du Var. Chute d’une hauteur de huit mètres Le groupe de ces cinq hommes, des Tunisiens en situation régulière en France, avait passé l’après-midi de dimanche ensemble, à s’alcooliser. Vers 18h30, une dispute a éclaté, pour des motifs mineurs : la qualité de l’alcool et le bruit occasionné au voisinage. La dispute s’est continuée nuit, araconté ce qui est désormais son quotidien, depuis cette nuit du 28 août 2012, où il aessuyé deux tirs de 38 spécial à son domicile de Tourves. Il ne marchera plus jamais, l’un des projectiles ayant sectionné sa moelle épinière. Handicapé à 85%,il subit des soins tous les jours. Sa femme est devenue son infirmière et l’assiste dans tous les actes de la vie courante. Il ne peut plus sortir de chez lui. Il passe la plupart deses journées alité, et ne supporte guère plus d’une heure de rester dans son fauteuil. « Jesuis prisonnier de mon corps et de ma maison, a-t-il résumé. Ils m’ont condamné àperpétuité. » Accusations maintenues Laurent Gentiluomo arépété à la cour que les deux accusés sur le palier. Onsebouscule et on se pousse mutuellement. C’est àcemoment que la victime a basculé dans le vide. Une chute de 8mde hauteur. Si l’homme mis en cause reconnaît avoir poussé la victime, il nie avoir voulu la fairetomber àlarenverse. Les analyses ont révélé qu’il avait plus de 2grd’alcool dans le sang. avaient forcé sa porte. « Mehdi Benyamina était devant, et AhmedEl Boussamaki derrière. C’est El Boussamaki qui a tiré le premier, avec un pistolet d’alarme de type Beretta. L’autre m’a tiré une balle dans le genou, avec une arme que je n’ai pas vue. Je suis tombé, j’ai vu quelqu’un passer derrière moi, et dix secondes après, il yaeuun troisième coup de feu, et je n’ai plus senti mes jambes. » Laurent Gentiluomo n’a pu identifier ses agresseurs sur le moment. « Jeles ai reconnus au réveil à l’hôpital, neuf jours plus tard. Ça m’est revenu petit à petit, à mesure que l’effet de la morphine se dissipait. » Quant aux 650 gderésine de cannabis trouvés à son domicile, la victime n’a pu donner d’explication logique. Pour lui, la drogue avait été laissée sur Chutemortelle àToulon : soupçons d’homicide volontaire Dimanche soir, l’arrivée des secours n’avait pas permis de sauver l’homme blessé, âgé de 50 ans, qui est décédé alors que l’équipe médicale d’urgence tentait une réanimation. Hier en fin de journée, le principal suspect était présenté àlajustice en vue d’une possible mise en examen. SO. B. Le palier du deuxième étage,d’où la victime (50 ans) abasculé dans le vide. (Photo So. B.) place par ses agresseurs. Drogue mystérieuse Pourquoi auraient-ils apporté de la drogue s’ils venaient pour le tuer ? « Jenesais pas, mais s’il yaune histoire de drogue, je ne suis pas dedans. Ces jeunes sont cintrés, je ne sais pas ce qu’ils ont dans la tête. Il n’y avait pas de drogue chez moi. Je ne sais même pas pourquoi ils sont venus. « Manifestement, le but n’était pas de me voler, puisqu’ils ont tiré tout de suite. Le seul litige qu’il y avait, c’était les 3 500 € que me devait AhmedEl Boussamaki. » La cour entendra aujourd’hui le jeune témoin, mineur au moment des faits, qui adit avoir remis aux deux accusés la voiture volée qui aurait servi pour le crime. G. D. wom NON coNmemair PHOTO NON CONTRACTUELLE JUSQU’AUDIMANCHE 6DECEMBRE 2015 PHOTO NON CONTRACTUELLE HYPER Q -SUPER Offrevalable jusqu’au dimanche 6décembre2015dans lesHYPER UetSUPERUdes départements : 04 -05-06-07-09-11 -12-13 -15-19-24-26-30-31-32-33-34-40-47-48-64-65-66-81-82-83-84 De lourds cabas selon les témoins Si l’hypothèse d’un règlement de comptelié aux stupéfiants alavie dure, c’est aussi en raison des témoignages des riverains qui ont assistéàlafuitedes agresseurs de Laurent Gentiluomo. « J’aientendu deux coups de feu, et j’ai vu deux personnes passer en courantdans la rue,aindiqué l’un d’eux. Deux hommes tout en noir,dontonnevoyait pas les visages. Ils portaientdes cabas de supermarché qui avaientl’air lourd. Un sac chacun, serrécontreleur poitrine. » « Ils avaientpeut-êtredes cagoules,a rapporté un autretémoin. Ils couraient en file indienne. Ou plutôt ils trottaient tout doucement. Ils n’étaientpas en mesured’aller vite,parce que les sacs étaientlourds. » Selon la victime,rien n’aété volé àson domicile. Le lotde4 2 € LE COMMERCE QUI PROFITE À TOUS * ECLAIRS ASSORTIS* LE LOTDE4 (300 G) LeL kg 6,67 € enFRANCE Transformé Le kg 5 € , 50 SAUMON ENTIER ATLANTIQUE VIDÉ Elevé enNORVEGE magasins 0 corn



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :