Var-Matin n°2015-12-01 mardi
Var-Matin n°2015-12-01 mardi
  • Prix facial : 1,20 €

  • Parution : n°2015-12-01 de mardi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SCIC Nice-Matin

  • Format : (277 x 395) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 69,2 Mo

  • Dans ce numéro : Monoprix ouvre à Toulon demain.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Toulon Place Vu, lu... entendu Coupure de courant : les militants CGT se sont rendus aux convocations C’est passé inaperçu après les attentats de Paris... La CGTavait annoncéqu’elle appellerait àun rassemblement devant le commissariat, le 16 novembre, pour soutenir les quatorze salariés d’EDF convoqués parlapoliceaprès la coupuredecourant intervenue en octobre dans le cadred’une grève. Le rassemblement aété annulé, suiteaux attentats,mais les cégétistes d’EDF ont bel et bien étéentendus par la policedans le cadrede l’enquête. En revanche, comme le secrétairede l’UD CGTSylvain Brossaud l’avait recommandé, ils n’ont pas donné leur ADN. « Onattend maintenant les suites que le Procureur donneraàcette affaire, mais nous demandons à la justiceunclassement sans suite »,indique Sylvain Brossaud qui voit dans l’affaireune « criminalisation de l’action syndicale ». Les Insus (ex-Téléphone) àToulon le 22 mai ! Ils n’ont pas tout-à-fait raccroché ! Alors que les fans n’ycroyaient presque plus,trois anciens membres du groupe Téléphone (Jean- Louis Aubert, Louis Bertignac et Richard Kolinka), regroupés sous le nom « Les Insus » viennent d’annoncer leur tournée nationale. Tournée qui fera escale par Toulon et son Zénith Oméga, le 22 mai prochain. Autant direque les places risquent de s’arracher. Leur mise en venteest programmée,cevendredi 4décembre, àpartir de 10 heures. Rendez-vous dans les magasins spécialisés et sur Internet. (Photo DR/Brice Robert) Besagne, Bât. A,Z.A.C. Besagne Tél. 04.94.93.31.00C.C. Le Grand Cèdre - SAINT-MAXIMIN Lesjeunes parentsinvités àprendrela « pause » Elever un jeune enfant peut être source de bien des inquiétudes. L’association la « Pause parents » propose écoute, soutien et accompagnement E n2002, la « Pause parents » Toulon ouvrait ses portes, place Martin-Bidouré, face à l’église du Pont-du-Las. Elle fonctionne sous l’égide de l’Association familiale laïque Transition (1), qui s’est donnée pour but de promouvoir la bientraitance et l’égalité éducative, de favoriser le lien social et familial, d’accueillir, accompagner et soutenir l’éducation des enfants. Prévention primaire précoce Elle accueille parents, grands-parents et autres personnes en charge d’enfant(s) jusqu’à six ans. Des psychologues et infirmières puéricultrices y proposent des ateliers d’éveil et de soins adaptés aux petits. Elles conduisent également, sur demande, des entretiens psychologiques et l’accompagnement dans l’allaitement puis le sevrage de l’enfant. Hier àl’occasion de la journée portes-ouvertes, les accompagnantes ont renseigné les visiteurs. Katia Hrdlicka, psychologue, expliquait la démarche. « Celieu d’accueil facilite la socialisation et l’éveil de l’enfant. Il les prépare doucement àlatransition et la séparation qui interviendront, lors de l’entrée àl’école maternelle. Il permet, aussi, aux mamans de se rencontrer, d’évoquer leurs expériences, leurs difficultés. D’y apporter des réponses. En partageant des activités communes, enfants et parents se découvrent, apprennent SUR LA ROUTE DE NOËL Le Christ dans les prophéties hébraïques Si aucun texte neprécise la naissance duChrist le 25 décembre, l’Ancien Testament et les livres sacrés du Judaïsme font état delavenue àBethléem d’un homme sauveur du Peuple hébreu. Ces prophéties messianiques ont lieu huit siècles avant la naissance de Jésus. Chronologiquement Michée 750 av-JC et Jérémie (VIe siècle av-JC) en font constamment état dans leurs écrits. Que disent-ils ? Sans entrer dans l’exégèse des textes, tous évoquent la venue « d’un libérateur puissant capable de sauver le peuple, il rassemblera et réconciliera, il projettera satan et ses anges sur la terre (l’enfer), les L’antenne du Pont-du-Las organisait hier une journée portes-ouvertes. (Photo M.Sk.) beaucoup l’un de l’autre. Tout ce qui est réalisé ici contribue àla prévention primaire précoce, facilite le vivre-ensemble, dans le respect des principes de laïcité. Le programme mensuel offre un large panel d’activités, de thèmes de discussions (téléchargement www.afltransition.fr). Ce n’est plus la maison et pas encore l’école. » Venue avec sa petite Myriam guerres seront bannies et les hommes cultiveront leurs champs… » Mais pourquoi tout cela ? Pour cause des conflits entre les tribus qui ont affaibli le royaume assiégé par les Assyriens. On rêve donc d’unité, de réconciliation, d’un nouveau monde. On voit bien qu’il n’y a rien de nouveau. Attendue tout au long des jours de l’Avent, et célébrée depuis plus de 2000 ans, la Nativité duChrist est encore d’actualité, comme symbole d’espérance etd’un mieux vivre pour tous « les hommes de bonne volonté ». M. S. (13 mois), Emna complétait : « Je viens depuis sa naissance. Son frère de 3ans est scolarisé. Nous avons eu du mal lors de la séparation. En découvrant ce lieu, qui permet de rencontrer d’autres mamans, d’autres petits, nous nous ypréparons. Les échanges sont riches, chacune apporte ses expériences... » M. SK. 1. L’association familiale laïque Transition gère aussi : « Les Pauses parents » La Beaucaire (Espace enfance et famille), d’Ollioules et de Brignoles. La Pause parents Toulon est ouverte les lundis et jeudis de 9hà13h.Les mercredis et vendredis de 9hà13het de 14 hà17h. La fréquentation est gratuite. Une adhésion (de 5à20 €) est demandée.Tél.04.94.92.74.21. Michée (à gauche) ou Jérémie prophétisent dans leurs écrits la venue du Christ àBethléem. (Repro. DR)
var-matin Toulon Mardi 1er décembre 2015 Le retour de Monoprix, « lacathédraleducommerce » Vingt ans après avoir fermé ses deux magasins toulonnais, l’enseigne signera, demain aprèsmidi, son retour en centre-ville. Rencontre avec le président du groupe, Stéphane Maquaire « Elle » était attendue, la fin des travaux titanesques, engagés, sur l’ex-bourse du travail, en novembre2013, par la société publique locale Méditerranée (SPLM) (1), porteuse de la concession d’aménagement du centre ancien avec la ville. Tout comme l’arrivée du premier occupant. L’ancien bâtiment du XIII e siècle, ceinturé par les rues Ferdinand-Pelloutier, Félix-Piat et Baudin, et l’édifice mitoyen, l’ancienne prison, revisités architecturalement par Jean-Michel Wilmotte, va écrire, dès ce mercredi, une nouvelle page de son histoire. L’enseigne nationale Monoprix, comptant 600 magasins en France et ses 800000 clients par jour,sera la première locataire des lieux (lire ci-dessous) àouvrir ses portes au public, ce mercredi, à 14h30. À 24 heures de l’inauguration du magasin (2), sous la direction d’Eric Pacsa, en présence du sénateurmaireHubertFalco, rencontreavec le président du groupe Monoprix, Stéphane Maquaire. Vingt après, vous signez, ainsi, votre retour ? Le magasin Prisunic a fermé en 1991 et Monoprix en 1994. Monoprix, présent au cœur des villes depuis 1932, adéjà vécu des tas d’aventures dans un certain nombredevilles en France. C’était aussi l’époque où, dans celles-ci,la périphérie s’étant très largement développée,le commerce du centre-ville s’était paupérisé. Pourquoi avoir choisi Toulon ? Nous avons la volontédenous étendresur l’ensemble du territoire. Notreambition est d’êtreprésent dans 250 villes. Toulon, Saint-Etienne et Bourges où le groupe était absent -c’est encorelecas de Metz -sont des villes qui viennent un peu en priorité d’analyse de potentiel et de perspectives d’implantation. Nos études de marché (profil des résidents,du commerce existant, et de son développement, Ndlr) ont montré que nous pouvions nous implanter à Toulon dans un tissu relativement dense et aussi, dans un cœur historique. Être présent dans l’ex-bourse du travail et ancienne prison, cela rajoute un peu de sel àl’ensemble de l’histoiredeMonoprix, faitede lieux déjà chargés d’histoire. Considérez-vous l’enseigne comme une locomotive commerciale ? Monoprix, par sa présence en centre-ville et, par son développement, continue à être un fixateur de commerces. On parle de la « cathédrale du commerce ». C’est un point d’ancrage important. On voit un certain nombredemunicipalités nous accompagner et vouloir permettrequ’un Monoprix puisse s’implanter en centre-ville. Et ce, pour aider à redynamiser, aussi, le commerce.On a aussi un rôle de lien social,de lien et de présence commerciaux sur les centresvilles. Au fil des ans,vous êtes montés en gamme... C’est montéengamme en terme de qualité d’accueil de nos collaborateurs,auprès des clients, de la diversitédes offres. Monoprix, c’est une proposition comme nulle part ailleurs où vous pouvez trouver tout sous le même toit en alimentaireetnon alimentaire,qui s’adresse à tout le monde. Il n’est pas vrai de direqu’on ne s’adresse qu’à une clientèle aisée. Àtravers nos promotions,on peut avoir des produits de qualité à des prix tout-à-fait accessibles et compétitifs. La diversité de l’offre comme c’est le cas, par exemple, Un rayon emploi bien garni Sur les trente-trois salariés qui démarrent aujourd’hui l’aventure Monoprix à Toulon, une vingtaine vient de l’extérieur. « Nous avons recruté vingt-et-un employés, se félicite le directeur du magasin, Éric Pacsa. Huit en direct, par nos propres canaux et treize en passant par Pôle emploi ». Pôle emploi, où dix recrues signaient justement hier leurs tout nouveaux contrats de travail. « Des contrats longs à Toulon, c’est difficile » Parmi les sept employés commerciaux libre-service recrutés en CDI, Maeva, 34 ans se réjouissait de pouvoir « travailler pour une enseigne proche de sa clientèle », tout en se « Onaaussi un rôle de lien social et commercial sur les centresvilles », explique Stéphane Maquaire. (Photo doc. P.L.) Piloté par Pôle emploi, le recrutement de 13 salariés (dont 7 CDI) s’est concrétisé hier. (Photo Luc Boutria) satisfaisant bien entendu de la durée indéterminée de son contrat. « J’étais intérimaire et dans le bassin toulonnais, des contrats longs, c’est difficile à trouver ici ». Une satisfaction partagée par Pôle emploi qui concède que les campagnes de recrutement d’une telle enverguresont plutôt rares. LAURENT SEGUINlseguin@nicematin pour le textile ou le maquillage, c’est aussi celle des prix. On fait un « voyage » en termes d’offres inégalées car on va chercher de nouvelles marques à l’étranger qu’on vient implanter en France. Ou dénicher des marques plus spécifiques françaises qu’on fait découvrir ou redécouvrir au plus grand nombre. Votre arrivée est attendue dans un centreancien L’enseigne Monoprix est la première àinstaller son magasin dans le bâtiment historique de l’ancienne bourse du travail. Si elle est la seule entité commerciale, elle ne sera pas la seule locataire des lieux. Près de 600 mètres de surface debureaux divisible -de60m 2 à230 m² -, situés entre le2 e et le 3 e étage donnant sur la rue Baudin, attendent désormais leurs occupants. D’ores et déjà, des professionnels du secteur libéral et tertiaire, et métamorphosé. Cela vous surprend-il ? On en est toujours autant surpris. Qu’il y ait cette énergie collective à la fois de la part des habitants toulonnais,etdelapartde Monoprix, qui asouhaitérevenir àToulon, je trouvecela intéressant. Le commerce est finalement un lieu de rencontres entre des collaborateurs en magasins,fiers en terme de parcours et d’offres,et de leurs clients. En terme d’emplois,quelle est la part de création ? Nous avons travaillé avec l’antenne locale de Pôle emploi (lire ci-dessous Ndlr). Une grande majorité des collaborateurs vient d’êtreembauchée (33 salariés, Ndlr). Le directeur et une partie de l’équipe qui viennent de l’interne ont souhaité se lancer dans l’aventure. Il se murmureunprojet d’implantation dans la haute ville,non loin de la placedela Liberté.Qu’en est-il ? On regarde dans la ville différents lieux pour voir s’il y a possibilité d’implanter nos autres enseignes de proximité-comme un Monop’ou un Naturalia -ou compléter l’offreavecunautreMonoprix. On n’a pas encore abouti à ce stade. CATHERINE PONTONE 1- Coût de l’opération de la SPLM : 16,5 millions d’euros avec le concours d’un pool bancaire et d’un prêt « renouvellement urbain »,accordé par la Caisse des dépôts et consignations. 2-LeslocauxontétévendusparlaSPLMàunefoncière Patrimmo-commerce qui le loue à Monoprix via un bail commercial. 600 m² de bureaux sont mis à la vente notamment dans le domaine médical, sesont rapprochés de la Société publique locale Méditerranée, propriétaire du site. Ces futurs acteurs du tissu économique ne sont sans doute pas indifférents àlacarte maîtresse de cet espace immobilier, mis àlavente, et situé à deux pas de la place Puget, et àproximité des parkings : lepérimètre de la zone franche du centre ancien qui est prolongée jusqu’en 2020.C. P.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :