Var-Matin n°2015-11-30 lundi
Var-Matin n°2015-11-30 lundi
  • Prix facial : 1,20 €

  • Parution : n°2015-11-30 de lundi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SCIC Nice-Matin

  • Format : (277 x 395) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 76,3 Mo

  • Dans ce numéro : 150 chefs d’État réunis aujourd’hui à Paris pour négocier un accord sur le réchauffement climatique.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
l’économie Lundi 30novembre 2015 Lola’s Cupcakes se déploie dans les corners azuréens L’essor Titulaires de la master franchise pour l’Hexagone, Frédéric et Valérie Sciolla veulent faire de ce gâteau coloré la nouvelle madeleine des Français P our Valérie et Frédéric Sciolla, tout acommencé il yadeux ans lors d’un week-end à Londres. « Dans une boutique de vêtements, nous avons découvert l’un des 17 corners londoniens de Lola’s Cupcakes », serappellent-ils. Un mini-stand de 3m 2 où le couple goûte les délicieux et colorés gâteaux, très àlamode actuellement en France alors que de l’autrecôté de la Manche, ils accompagnent le traditionnel tea time depuis 1760… « Mon mari qui est dans la restauration a été surpris par ce produit haut de gamme, sans conservateur ni arômes artificiels », insiste Valérie. De retour àBiot où il vit, le couple prend contact avec Asher Budwig, le pdg de Lola’s Cupcakes, et de fil en aiguille, obtient la master franchise pour la France. Après un investissement de 45000 € en matériel professionnel pour fabriquer artisanalement ces gâteaux, Lola’s Cupcakes voit le jour àBiot en octobre2015. Le couple y installe un laboratoire deproduction de 70 m² et décroche un corner de 5m 2 au Printemps du tout nouveau Polygone Riviera à Cagnes-sur-Mer. À peine Valérie et Frédéric ont-ils installé les machines dans leur atelier qu’elles Venu àl’Hôtel du CapEden Roc à Antibes présenter la palette de solutions et de services d’Alcatel- Lucent, le vice-président monde des ventes grands comptes et verticaux hospitality du spécialiste des télécoms et des réseaux en a profité pour insister sur l’importance de la mobilité sur les infrastructures et le business de l’hôtellerie haut de gamme. Qu’est-ce qui a changé ces dernières années ? L’industrie hôtelière est bouleversée par la mobilité des clients qui voyagent avec de Valérie et Frédéric Sciolla necraignent pas que l’effet demode cupcakes s’estompe : « Le concept est en vogue en France mais nos gâteaux sont personnalisables et de qualité. » Et puis, ce serait oublier un peu vite que les cupcakes existent en Angleterre depuis le XVIII e siècle. (D.R.) sont inondées par les intempéries qui ont sinistré les Alpes-Maritimes il y a un peu plus d’un mois. BtoC et BtoB Ils se retroussent les manches, nettoient et sont fin prêts pour le lancement de la marque Lola’s Cupcakes en France et l’ouverturede leur point de vente dans le centre commercial cagnois. « ÀBiot, deux salariés fabriquent quelque 450 cupcakes par jour qui sont livrés ànotre point de vente du Polygone (Photo K.W.) nombreux appareils (smartphones,tablettes, ordinateurs). Près de huit millions de réservations sont effectuées viades appareils mobiles. Le check-in mobile est de plus en plus répandu. L’accès sans fil et la sécurité sont aussi devenus des servicesessentiels. Quelles solutions Alcatel-Lucent propose-t-elle àl’hôtellerie ? Nous proposons des solutions end-to-end unifiées,que ce soit en téléphonie,WiFi, data et cloud. Il y a quelques années,nous étions les premiers à installer dans les chambres des téléphones tactiles avec possibilitédeles personnaliser au nom du client, d’intégrer la domotique pour régler la climatisation, la lumière… Désormais,nos Riviera. Nous avons ouvert la semaine dernière un 2 e corner à NiceEtoile, également tenu par deux personnes. Nous produisons autour 1000 cupcakes par jour. » Outre les 22 variétés de cupcakes, l’enseigne propose aux particuliers des gâteaux à la commande pour les mariages, anniversaires, naissances. « Àchaque événement, il y a un gâteau pour vivre et partager des émotions. » Autre cible visée par le jeune couple : les entreprises qui organisent des conventions, salons, soirées… « Que ce soit pour les particuliers ou les entreprises, nous sommes à l’écoute de nos clients et personnalisons nos réalisations. Lors de l’inauguration du Printemps au Polygone Riviera, nous avons réalisé et servi un millier de cupcakes aux couleurs de l’enseigne : roseetdoré. » Quelques semaines après l’ouverture deleur 1er corner,le couple dresse un premier bilan positif et ades pistes pour ouvrir d’autres solutions sont adaptées à chaque étape du parcours du voyageur et ce,pour l’ensemble de ses appareils. L’objectif est de créer une expérience unique pour que le client revienne dans l’hôtel. Le parcours client débute à son domicile lorsqu’il se connecte sur le site de l’hôtel pour se renseigner et réserver. Il se poursuit à son arrivée à l’aéroport ou à la gare lorsque l’on vient chercher en limousine. Le client peut, grâce à un QR code,réaliser un check-in automatique,associer son téléphone portable avec le numérodesachambreetavoir accès à l’Internet de l’hôtel.C’est comme si la chambre était déportéedans la limousine.Et bien sûr,une fois à l’hôtel,il points de vente sur la Côte d’Azur. « Nous regardons du côté de Monaco et de Marseille, dans les zones où règne une forte activité commerciale, mais aussi les gares et les aéroports. On réfléchit aussi àdes corners éphémères. Et puisque nous détenons la master franchise, nous voulons aussi développer un réseau de franchisés. » Afin de régaler l’Hexagone entier de ces petits gâteaux venus d’outre-Manche. KARINE WENGER kwenger@nicematin.fr pourra, grâce à une application d’e-conciergerie téléchargée sur son smartphone,avoir accès à tous les services de l’établissement. Pourquoi les établissements hôteliers devraient-ils investir ? Pendant des années,les hôteliers ont négligé la téléphonie.Une enquête réalisée par hotels.com dans 28 pays montreque 67% des voyageurs d’affaires ne retourneront pas dans un hôtel équipé d’un WiFi de mauvaise qualité. Les hôteliers doivent répondre aux attentes de toutes les clientèles,surtout des Générations X etY qui préfèrent utiliser leur téléphone mobile à celui proposé dans la chambre. Notretravail chez Alcatel-Lucent est de mettreenplacedes outils Focus Les smart grids niçois àVienne Une délégation PACA – composée de l’ARII, Team Côted’Azur, Capénergies, le CEA, le démonstrateur NiceGrid et les PME GridPocket, GridBee et WattGo –était présente sur le salon European Utility Week qui s’est récemment tenu à Vienne. L’un de ses objectifs était de valoriser la candidature à l’appel à projet Réseaux électriques intelligents porté par la Région. Le salon viennois de l’électricitéetdes smart grids aaccueilli 420 exposants et plus de 10000 visiteurs venus du monde entier. Mobilité propre : Monaco récompensée Toujours dans le domaine du développement durable,mais cettefois dans la mobilité propre, c’est la Principautéde Monacoqui aété mise à l’honneur… àHong Kong. Dans le cadre du China New Energy Vehicle Show, Monacoareçu l’Europe- China Smart Mobility City Award des mains de Jean- PierreRaffarin, président de la fondaction ProspectiveetInnovation. Shenzen qui compte plus de 10 millions d’habitants a obtenu la récompense pour la Chine. Monaco et Shenzen ont par ailleurs signé un mémorandum d’ententedans le domaine de la mobilité propre, de l’efficacité énergétique et du développement urbain. Questions àThierry Bonin, vice-président monde des ventes grands comptes et verticaux hospitality chez Alcatel-Lucent « L’hôtellerie doit être de plus en plus connectée » pouvant être utilisés par des jeunes comme des plus âgées. II Qu’en retireront les hôteliers ? Nos solutions leur permettront d’augmenter la performance de leurs activités hôtelières comme les réservations,les outils de mobilité pour le back-office (gouvernantes,les techniciens...), les systèmes d’urgence. L’enregistreur numérique est très utile pour tout ce qui est room service.Dans les palaces,cela ne se fait pas de rappeler le client pour dire que l’on n’a pas compris sa commande. Enfin, il y a aussi les remontées de notifications (une alarmepour un frigo qui est ouvert, une climatisation qui ne fonctionnepas,une fuite d’eau…). K.WENGER
l’économie Lundi 30novembre 2015 VIPBox,l’animation photo qui tireleportrait Innovation La jeune société sophipolitaine, fondée par Guillaume Serfati, aeuledéclic en mettant ses clients en boîte. Elle acréé une cabine photo automatique... sans la cabine (Photo Thomas Rollant) L’équipe de VIP Box s’est fait tirer le portrait grâce à sa box. (D.R.) C ela fait quatreans maintenant que particuliers et professionnels flashent sur la VIP Box, un photobooth qui leur tire le portrait. Eclairage de Guillaume Serfati, fondateur et gérant de la société éponyme à Sophia Antipolis. « Notre société VIP Box est spécialisée dans les animations photos et vidéos, que ce soit pour l’événementiel privé (mariage, anniversaire, soirée) ou professionnel (séminaire, salon, soirée de fin d’année…), explique le Cannois de 36 ans qui est passé par la case enseignement avant de revenir à ses premières amours : lavidéo. Elle porte le nom du produit que nous avons créé il y après de cinq ans : laVIP Box, une cabine photo… mais sans la cabine ! » Face à la VIP Box, les clients déclenchent leurs photos qui s’impriment instantanément et/ou peuvent être publiées sur Facebook, Flickr, Twitter… Un concept tout simple mais en 2011, personne n’y avait encore pensé. « À l’époque, nous avions deux autres activités qui continuent aujourd’hui encore, explique Guillaume Serfati. Les films d’entreprise sous l’enseigne Dreamakers et la photo de mariage sous l’enseigne Love Story. Durant l’été 2010, de futurs mariés qui avaient vu ce genre de Photomaton en Angleterre sont venus nous trouver en nous demandant quelque chose de similaire. Nous avons bricolé une boîte en bois dans laquelle nous avons glissé un appareil photo et une imprimante. » La VIP Box était née. Le concept fait un tabac chez les futurs mariés et leurs invités –qui peuvent imprimer 500 photos – mais aussi chez les professionnels. « En novembre 2010, nous avons décroché un contrat avec Sony qui sortait son jeu vidéo Uncharted. Nous avons amené la VIP Box sur le Salon des jeux vidéo àParis. » Vite copiés Guillaume Serfati crée la société VIP Box en 2011. Et cette étrange boîte séduira, parmi d’autres, Facebook, Warner, Orange, Thierry Mugler ou encore Giorgio Armani... Le succès est là. Tout comme les concurrents. « Nous sommes le cliché même de la start-up, sourit Guillaume Serfati. Nous sommes jeunes – 28 ans de moyenne d’âge –, nous avons plein d’idées, travaillons dans une ambiance cool et communautaire… Àtel point que nous avons même expliqué sur notre site Internet comment fabriquer sa propre box ! Bien évidemment, nous avons été copiés. » Un mal pour un bien qui les a poussés à améliorer le concept. De nouvelles fonctionnalités ont fait leur apparition sur la box comme le partage sur les réseaux sociaux, envoi par mail de la photo avec collecte de données pour recontacter les clients sur un Salon, scénarisation des événements. « Les clients qui ont déjà fait appel à nous à plusieurs reprises veulent du nouveau, comme des animations de stand. Enfin, nous avons mis au point sur une machine autonome. » Là encore, une idée tout simple mais encorefallait-il y songer. « Les personnes louent la machine, elles la récupérent dans un point relais, l’assemblent facilement et la rendent après utilisation. En cas de dysfonctionnement, nous la dépannons à distance. Mais les problèmes sont rares car nous avons opté pour du matériel professionnel de qualité. » Avantages pour tous Les clients s’y retrouvent avec un coût de location divisé par deux : il n’est plus nécessairederétribuer àlafois le technicien à la soirée et les intermédiaires au point relais. « Leresponsable d’une boutique de robes de mariée dépositaire d’une box peut proposer de prendre la future mariée en photo et apposer le logo de son magasin sur le tirage. » Un bon plan aussi pour Guillaume Serfati et ses neuf collaborateurs dont cinq basés àSophia Antipolis. « Ces points relais nous permettent d’occuper des zones où une agence physique ne Aux Satellites* Philippe Vathananonh, Endofa France « Etre l’idole de soi-même » Philippe Vathananonh, français,crée VPBunker en 2010 et EndofaFranceen 2014. Entreprises spécialisées dans le Trading et la fournituredeproduits pétroliers raffinés pour l’avitaillement des navires. Quatrecollaborateurs. www.endofa.com Où en est tonentreprise ? Nous sommes en phase de développement. Àlafin de l’année,nous serons àprès de 500 000 $dechiffre d’affaires. On espère doubler l’an prochain. Quel entrepreneur es-tu ? J’étais bunker trader à Londres. J’ai créé mon entreprise à la suite de divergences de point de vue avec mon employeur. J’adorelecontacthumain. Dans le milieu du shipping, on voyage beaucoup,on rencontredumonde. J’aime développer des projets. As-tu une vieperso ? C’est très important. J’ai une épouse très compréhensive et deux jeunes enfants. C’est un équilibre. Quand je rentre, j’ai vraiment besoin de souffler. J’essaie de limiter mes déplacements à une ou deux semaines. La placeduréseau dans tonactivité ? Mon réseau, c’est les Satellites. Ça m’apermis de *En partenariat avec l’espacedecoworking niçois. www.lessatellites.fr sortir de mon isolement. Paradoxalement, lors de mes voyages,je rencontrais beaucoup de gens,età Nice, personne. AuxSatellites,j’airencontré du monde,j’y ai même recruté l’une de mes collaboratrices ! Et surtout, avec « Les BA des Satellites », j’ai contribué à un projet qui me tient à cœur : la création d’une école àNiellé en Côted’Ivoire. (www.badessatellites.com). Combien gagnes-tu ? Je me paye un minimum. Je privilégie mes employés qui gagnent deux ou trois fois plus que moi. Je veux qu’ils se sentent bien, y Repères Faiseurs de rêves Dreamakers,la société de Guillaume Serfati, regroupe : Dreamakers,créée en 2005, et spécialisée dans les films et photos d’entreprise. Love Story,fondée en 2007, qui propose des photos du plus beau jour de votre vie dans un style novateur, spontané. Une agence marseillaise ouvre en 2009, suivie d’une autre parisienne en 2011. Et enfin,VIP Box, née en 2011, réalise des animations photos et vidéos pour l’événementiel privé ou professionnel. Une agence à Lyon a ouvert en 2014. serait pas rentable. » Et donne l’opportunité à VIP Box qui a réalisé un chiffred’affaires de 800 000 € en 2014 de se concentrer sur l’étape suivante de sa croissance : « La mise en place d’une borne tactile de développement instantané, l’ouverture de nouvelles agences en France et en Europe, dont une àLondres d’ici début 2016. Pour ce faire, nous avons augmenté notre parc matériel avec 60 machines pour atteindre la centaine en fin d’année. Notre urgence : l’embauche de commerciaux pour nous faire connaître. » Et garder un déclic d’avance. KARINE WENGER kwenger@nicematin.fr www.vip-box.fr compris en travaillant dans un cadreagréable. Mes collaboratrices respectent cela. Je me paierai après, je sais que ça va rapporter. Je mise sur le long terme. Tonidole business ? Je n’ai pas d’idole à proprement parler. Je respecte énormément ceux qui réussissent mais on devrait être l’idole de soi-même. Croireensoi, se donner les moyens,saisir les opportunités. Quand on se lance,ilfaut se lanceràfond. Tonmantra ? Carpe diem.C’est ce que je dis à mes collaboratrices. On se batpour nous. III



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 1Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 2-3Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 4-5Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 6-7Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 8-9Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 10-11Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 12-13Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 14-15Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 16-17Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 18-19Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 20-21Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 22-23Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 24-25Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 26-27Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 28-29Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 30-31Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 32-33Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 34-35Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 36-37Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 38-39Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 40-41Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 42-43Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 44-45Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 46-47Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 48-49Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 50-51Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 52-53Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 54-55Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 56-57Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 58-59Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 60-61Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 62-63Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 64-65Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 66-67Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 68-69Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 70-71Var-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 72