Var-Matin n°2015-11-26 jeudi
Var-Matin n°2015-11-26 jeudi
  • Prix facial : 1,20 €

  • Parution : n°2015-11-26 de jeudi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SCIC Nice-Matin

  • Format : (277 x 395) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 73,2 Mo

  • Dans ce numéro : le Var a chaud.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
SPÉCIAL COP21 Lesénergies renouvelables Elles transforment en électricité ce que donne la nature. Dans le Varetles Alpes-Maritimes, celle-ci restera généreuse en soleil, mais le vent sera toujours irrégulier, l’eau va poser problème, et les arbres seront un complément « L’évolution des températures annuelles en Provence−Alpes−Côte d’Azur montre unnet réchauffement sur les cinquante dernières années. Sur la période 1959−2009, la tendance observée des températures moyennes annuelles est proche de +0,3°C par décennie. Les années les plus froides depuis 1959 (1963, 1980, 1984) sont antérieures à1986. Les plus chaudes (2003, 2011, 2014) ont été observées durant les quinze dernières années ». C’est ce qu’indique le site Météo- France qui amis àdisposition du public des données sur les climats passés et futurs. A vec un tel réchauffement, on pourrait imaginer que la consommation électrique en PACA va diminuer.Ehbien non ! On chauffera certainement moins en hiver mais on rafraîchira plus en été et après 2070 peut-être dès le printemps. Or la loi de transition énergétique prévoit de réduire laproduction nucléaire française en passant de 77% aujourd’hui à 50% en2025. Les énergies renouvelables sont censées compenser et grimper de 17% à23%d’ici 2020. Les producteurs se mettent en ordre debataille. De nouveaux modes de production des énergies bas carbone sont testés ou mis en route, comme l’explique Luc L’Hostis, directeur d’EDF-collectivités territoriales Méditerranée. Avec toujours une problématique de taille : l’électricité ne se stocke pas facilement. Dans le Varetles Alpes-Maritimes, EDF n’a pas de ferme photovoltaïque*. Leur implantation est trop souvent confrontée àdes problèmes de disponibilité du foncier et d’acceptabilité par la population. Ceux qui existent comme àGinasservis sont ceux d’autres opérateurs. Le premier producteur et fournisseur d’énergie en France n’a pas non plus de parcs éoliens, pour les mêmes raisons mais aussi parce que le vent est trop irrégulier pour produire avec régularité. En fait EDF est en train de s’inventer un nouveau métier. « Demain, on restera producteur mais on sera aussi opérateur-énergétique »,annonce Luc L’Hostis. On apportera des solutions énergétiques au client, qu’il soit un particulier, une entreprise ou une collectivité. » Toulon fait du chaud avec du froid Et parmi ces solutions, le client fabriquera sa propre énergie. « Sur un immeuble par exemple, on peut installer de l’éolien et du solaire et récupérer la chaleur sur les eaux usées. On peut aussi comme à Roquebrune-Cap-Martin gagner des La production d'énergie en PACA 1% Eolien Thermique renouvelable (biomasse) ePhotovoltaïque -eu% calories à l’aide d’une pompe àchaleur installée sur la station d’épuration. À Toulon, dans l’Eco-quartier de Font-Pré, autour de l’ancien hôpital, on a créé un réseau entre les différents immeubles, sur le principe de l’échange thermique. » C’est quoi ? « Prenez votre réfrigérateur. Il produit du froid mais si vous passez la main derrière, c’est de la chaleur qui se dégage. Faire du froid produit de la chaleur.C’est le même principe pour les échanges thermiques. Par exemple, on récupère la chaleur émise pour refroidir l’unité centrale informatique d’une entreprise pour la réinjecter dans les bureaux qui ont besoin d’être chauffés », indique Luc L’Hostis. C’est la solidarité énergétique, le partage de calories. Bientôt les heures creuses solaires Les énergies renouvelables ont un inconvénient : elles ne produisent pas toujours quand on en aleplus besoin. Il n’y apas tous les jours du vent. Le soleil se cache derrière les nuages et va se coucher tous les soirs. Il faudrait stocker l’électricité –àmidi par exemple –pour qu’elle soit àdisposition quand on en a Hydraulique 6.9% 21% le plus besoin, –dès 19 heures. Mais aucune technique ne le permet pour l’instant -du moins à grande échelle. L’idée est donc qu’au moment où l’énergie solaire est produite en quantité, en milieu de journée, par un particulier, elle ne soit pas injectée sur le réseau qui n’en apas besoin àce moment-là. Mais que ce particulier mette en route sa machine àlaver le linge ou son chauffe-eau et l’utilise en direct. « Onréfléchit donc àl’invention d’un nouveau tarif préférentiel à midi sur le modèle des heures creuses la nuit. Toutes ces expérimentations mèneront à terme à des modèles d’autoconsommation »,annonce Luc L’hostis. Le changement climatique aprovoqué une prise de conscience : l’énergie ne se gaspille pas, sa production n’est pas si simple, elle a un coût et elle est responsable à 35%de l’émission de gaz àeffet de serre dans le monde. Le XXI e siècle est donc àlasobriété. Reste à inventer les batteries de stockage. Cette technologie s’affine. Il faudra ensuite les rendreviables et accessibles économiquement. Les premières pourraient faire leur apparition dans les cinq ans, àunprix acceptable. *Il en a construit plusieurs dans la vallée de la Durance. Thermique classique IL (centrale de gaz) 127-3, mie— !, mi Comme les autres, la centrale hydroélectrique de Breil au printemps. Investir dans le parc naturel régional des Préalpes d’Azur Enercop Paca est une coopérative qui fournit de l’énergie 100% renouvelable. On s’y abonne comme àEDF.L’électricité vient de producteurs indépendants surtout en hydraulique. Elle veille à ce que les installations aient un impact environnemental le plus faible possible. Pour développer de nouveaux projets, le réseau Énergie partagée fait appel au financement par les citoyens, qui peuvent acheter des parts et espérer 4%de rémunération par an sur dix ans. D’où la campagne Épargnons le climat, qui bat son plein juste avant la COP21 : déjà 500 000 euros de dons, selon Alain Messin. Cet ingénieur retraité du CNRS,s’est lancé dans l’aventure d’Energie partagée, qui l’a conduit à devenir président du pôle Energ’éthique des Préalpes d’Azur, basé à Saint-Vallier-de-Thiey,non loin de Grasse. Avec la chambre de commerce 06, il mène un projet d’installation de panneaux photovoltaïques sur les toits des maisons IV Alain Messin, président du pôle Energ’éthique des Préalpes d’Azur. (DR) du parc naturel des Préalpes d’Azur. L’école des Mines, chargée de déterminer ses gisements solaires, est aussi partenaire. Le projet sera financé par les investissements des citoyens. Une façon écolo de placer son argent. Pour en avoir + : pep2a.fr ; energie-partagee.org ; enercoop-paca.fr. Tél. : 04.22.13.04.71.
montent en puissance trea rklern-, erreg nii 1. 1 sa Cil If vie -sur-Roya devra s’adapter à la fonte plus rapide du manteau neigeux (Photo Jean-François Ottonello) Objectif 2020 Région Paca Depuis,2013, le conseil régional est engagé dans le Schéma régional du climat, de l’air et de l’énergie. La transition énergétique en fait partie. Sa mission : -20%deconsommation d’énergie par habitant. -20%d’émission de gaz àeffet de serre. +20%d’énergies renouvelables. France 17% d’émission de gaz àeffet de serre 20% d’économie d’énergie 23% d’énergies renouvelables dans la consommation finale. 130 familles volontaires participent à l’expérimentation Cityopt. Elles ont été équipées d’une tablette numérique et du compteur communiquant Linky déployé par ERDF.Une application mesurera leurs gestes quotidiens d’utilisation de l’électricité, émettra des alertes et leur donnera des conseils pour mieux maîtriser leur consommation, par exemple en planifiant l’utilisation de leurs appareils électriques. Ce qui permettra de gérer les pics de consommation entre 18h et 20h. Rendez−vous le 10 décembre àNice C’est la date du prochain forum annuel du Plan climat départemental des Alpes-Maritimes : une journée de débats, d’explications et de propositions organisés dans l’hémicycle du conseil départemental sur des thèmes en rapport avec l’adaptation au changement climatique : « lumière naturelle et développement durable », « préservation des eaux souterraines », « projets hydroélectriques à Guillaumes », etc. Ce jour-là seront remis les trophées Climat-énergie récompensant les projets innovants d’associations, d’entreprises ou de collectivités en matière d’économie.'tai=s L’hydraulique va devoir gérer le manquedeneige L’hydraulique est en tête des énergies renouvelables produites en PACA, comme dans le monde. Quinze centrales hydrauliques dont cinq rien que sur la Roya dans le département des Alpes-Maritimes – fragile électriquement –produisent suffisamment d’énergie pour 400000 habitants. Le Varencompte trois : celles de Saint-Cassien, Tanneron et la Siagne, qui contribuent à fournir de l’énergie dans toute la région. Si l’électricité ne peut être stockée facilement (voir page précédente), EDF joue sur sa matière première : l’eau en la retenant, grâce àdes barrages comme celui de Sainte-Croix dans les Alpes-de-Haute-Provence. C’est l’un des plus gros de la région. L’eau yest àdisposition pour être turbinée, '111 tilt massivement quand le réseau électrique français en a besoin. Sinon, la production d’énergie se fait au fil de l’eau comme sur la Siagne ou sur la Roya. Dans un cas comme dans l’autre, en plus des précipitations, le manteau neigeux des Alpes est indispensable pour approvisionner en eau ces sites, car il constitue àlui seul une énorme réserve naturelle. Reste à savoir comment il va évoluer avec le réchauffement climatique. En altitude, si la pluie remplace la neige, l’eau va s’écouler plus vite. Alors que la fonte des neiges offrait un écoulement plus régulier et surtout plus échelonné dans le temps. Les centrales hydroélectriques en profitaient tout le printemps et même jusqu’en juillet, quand les précipitations sont ki l'ar : 4 1 rH- moindres. « Silapluie remplace la neige ou si elle fond plus vite, les débits seront plus importants sur un laps de temps plus court »,explique Vincent Gabette, directeur EDF-hydraulique PACA. L’eau sera en partie perdue pour cette énergie notamment dans les Alpes- Maritimes où il n’y a pas depossibilité de stockage de l’eau à grande échelle, par un barrage. Nice Métropole : éviter le black-out Un clic suffit pour éteindre ces illuminations décoratives de la gare dusud àNice etalléger le réseau. (Photo J.-S. Gino-Antomarchi) Var:des collèges solaires Cinq collèges, un gymnase et six bâtiments du département ont été équipés de panneaux photovoltaïques. Quatorze autres opérations de ce type ont commencé ou sont à l’étude. L’heure est aussi aux économies d’énergie : peu àpeu les 70 collèges varois seront éclairés avec des lampes àleds. Seize le sont déjà. Alpes-Maritimes : 1,4 millions de mètres cubes d’eauàsauver C’est le but des travaux sur le canal qui va de la rivière La Vésubie à l’usine de potabilisation de l’eau sur les hauteurs de Nice. Car, 30%d’eau se perdent en cours de route, explique Hervé Paul, maire deSaint-Martin-Vésubie et aussi président de la commission Eau, assainissement, énergie de la métropole Nice Côte d’Azur. 500 000 € sont prévus pour la réhabilitation de ce canal qui alimente Nice. Cela permettra d’économiser 1,4 millions de mètres cubes d’eau. Un mix d’énergies renouvelables L’eau va se raréfier annoncent certains scénarios dans le rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat. EDF les envisagent aussi, consciente qu’il faudra faire avec tous les utilisateurs : débits réservés pour la biodiversité, pour le tourisme, pour la consommation, pour l’irrigation, etc. Une chose est sûre, les économies d’eau sont cruciales pour l’avenir. Etcela commence dans la salle de bain quand on se lave les dents : plus question de laisser le robinet ouvert. « EnPaca, c’est un mix d’énergies renouvelables qui est envisagé. Il faut dès maintenant préparer plusieurs actions dont les bénéfices seront pour les générations suivantes, dans trente ou quarante ans », souligne le directeur, tout en précisant que l’hydraulique pour l’instant maintient son rang. Une montée en puissance du solaire est à prévoir,mais une autre énergie veut s’imposer : la biomasse forestière oùlepin d’Alep devient un combustible producteur d’énergie (voir pages suivantes). Une gestion intelligentedela lumière Les 250 bâtiments les plus énergivores de la métropole Nice Côte d’Azur (bibliothèques, musées, bureaux, bâtiments), etc seront équipés de 100000 capteurs d’ici 2017. Cette gestion technique et intelligente des bâtiments permet la collecte en temps réel de plusieurs données notamment sur la consommation d’électricité ou la chaleur. Elle permet d’agir àdistance pour réduire par exemple l’intensité de l’éclairage et alléger ainsi le réseau en cas d’alerte ou de surcharge ponctuelle. Le but : éviter le black-out. Car l’est de la région Paca ne produit que 10% del’électricité qu’elle consomme. C’est une péninsule électrique, tributaire d’un seul axe électrique de 400000 volts. Un soir d’hiver particulièrement froid où les chauffages tournent à plein régime, le réseau pourra être allégé en un clic : encoupant par exemple l’éclairage ornemental des arbres du palais Masséna ou l’éclairage décoratif de la gare du Sud. Mieux vaut une nuit intelligente que la nuit noire. Laisser respirer les cours d’eau C’est ce que préconise l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse. « Avec le changement climatique, on sait que les rivières seront sujettes àdes phénomènes plus violents, indique la directrice de la délégation Paca- Corse. Il faut leur laisser plus de place, là où c’est possible sinon elles retrouveront leur lit, provoquant des inondations comme cela s’est produit dans les Alpes-Maritimes début octobre. Bien sûr,onnevapas raser les habitations. » A voir la vidéo sur http://www.eaurmc.fr/qui explique en un clic comment une ville peut-êtreinondée en un rien detemps. V



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :