Var-Matin n°2015-11-25 mercredi
Var-Matin n°2015-11-25 mercredi
  • Prix facial : 1,20 €

  • Parution : n°2015-11-25 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SCIC Nice-Matin

  • Format : (277 x 395) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 56,7 Mo

  • Dans ce numéro : faut-il réinstaurer un service national obligatoire ?

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
var-matin Var Mercredi 25 novembre 2015 Lesdrapeaux bleu-blancrouge ont le vent en poupe Le sursaut républicain, consécutif aux attentats du 13 novembre, a multiplié par quatre la demande de drapeaux français dans les ateliers de fabrication de Macap, entreprise basée à Cuers Entreprise familiale fondée en 1967, Macap Pavoisement est l’un des cinq acteurs majeurs en France de la fabrication de drapeaux et fanions. Ses clients sont tout àlafois des PME régionales comme des poids lourds de l’industrie, à l’instar de Total. Des ambassades, des collectivités de France métropolitaine, des Dom-Tom et dernièrement la République Démocratique du Congo, font appel àMacap pour confectionner leurs drapeaux officiels. L’entreprise basée à Cuers était aussi àlamanœu-vreen2011 lors du G20 àCannes et pour pavoiser la principauté de Monaco lors du mariage d’AlbertetCharlène. Depuis les attentats du vendredi 13 novembreàParis et Saint-Denis, la demande de drapeaux français aété multipliée par quatre, passant de La soirée de dimanche aété mouvementée, autour d’un bar du quartier festif du Mourillon à Toulon. Pour une histoire de mauvais regards soi-disant échangés, deux amis qui avaient bu généreusement ont entamé une expédition armée. Le ton est monté avec d’autres clients de ce bar, que le duo a quitté en menaçant de revenir armé. Les deux hommes ont pris voitureetautoroute jusqu’à Cuers, 400 à 1600 demandes hebdomadaires. Un sursaut républicain par lequel le peuple de France se rassemble sur les valeurs symbolisées par son drapeau. Macap –etses 39 salariés – sait répondre àcette demande inopinée, fort de son expérience lors des grands événements sportifs (l’Euro 2016 de football) qui dopent sa production. « Les attentats ont renforcé les couleurs du drapeau » « Notre valeur ajoutée repose sur la qualité de nos matières premières, du tissu polyester qui vient d’Allemagne et du tissé italien de moindre résistance. Mais surtout sur nos délais de livraison : nous avons un carnet de commande à3- 4 semaines », confient Yves- Marie Maréchal et Alexandre Praneuf, directeur général et où vit l’un d’eux. Là, ils ont récupéré deux fusils de chasse et ont fait le trajet retour vers Toulon. Toujours en état de forte alcoolémie. Le drapeau français reste len°1des ventes, afortiori après les attentats qui ont frappé Paris. (Photos Luc Boutria) marketing de Macap. La moitié de la production de drapeaux étant indirecte, difficile de cibler d’où vient la Voilà un an, de dramatiques inondations frappaient le Var et particulièrement les secteurs de Hyères et La Londe. Témoignages, solidarité, indemnisation, point sur les travaux... Retrouvez un dossier spécial de 8 pages, vendredi prochain dans Vat, matin demande individuelle. Des mairies ont renouvelé leurs drapeaux au moment de les mettreenberne, pendant le Armes exhibées Ils ont été vus ensuite, en train de tourner autour du bar,enexhibant leurs armes – « mais ne pointant personne en particulier »,indique un policier. Le gérant a aussitôt prévenu la police nationale, qui a envoyé un équipage de la Bac (brigade anti-criminalité). À leur approche, les hommes ont pris la fuite, ou plutôt tenté de le faire. Dans une manœuvre, ils ont vite fait d’emboutir trois véhicules en stationnement. C’est là que s’est terminée leur équipée, à0h45. Ils ont été interpellés et placés en cellule de dégrisement, vu qu’ils étaient toujours ivres. Il s’avère que le conducteur était aussi sans permis et sans assurance. En ce qui concerne les faits reprochés, le duo a d’abord tenté de faire croire que les armes étaient déjà dans la voiture. Mais les enquêteurs ont la certitude qu’ils sont bien allés les chercher à Cuers. Un élément de préméditation. Les policiers de la sûreté départementale ont bouclé l’enquête. Hier après-midi, les deux hommes ont deuil national. « Il y a un effet « après 13 novembre », que l’on ressentplus fortqu’après Charlie Hebdo ». Macap commercialise aussi des drapeaux munis d’un symbole inspiré du motif « Peace for Paris », créé par le graphiste Jean Jullien, qui afait le tour du monde. Comment, chez Macap, viton ce retour au bleu-blancrouge ? « Le drapeau tricolore appartient à tous les Français, il faut l’utiliser à bon escient. » Si des partis politiques ont pu se l’approprier,c’est aussi parce que tous les Français n’avaient pas pris conscience de la force de ce drapeau. « Ces attentats sont perçus comme une atteinte à notre liberté,concluent les responsables de Macap. Ça arenforcé les couleurs du drapeau, en lui donnant une vision différente, plus forte ». SYLVAIN MOUHOT Soirée arrosée àToulon : ils vont chercher deux fusils, pour en découdre été présentés au parquet de Toulon. Il s’agit d’un Cuersois et d’un Brignolais, tous deux âgés de 24 ans, connus des services de police et sans profession déclarée. Ils devraient être présentés aujourd’hui en audience de comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Toulon, pour violences avec arme, transport d’armes, et menaces de crime. SO. B.
Var Hier soir, letireur de Saint-Jean-du-Var gardait le silence sur le geste fou et meurtrier qui acoûté la vie àundouanier mardi matin àToulon, avant d’en blesser un autre ainsi qu’un policier L’homme de 33 ans, soupçonné d’avoir tué àbout portant un douanier,mardi matin àToulon, dans le quartier de Saint- Jean-du-Var,mais aussi blessé un autre douanier et un policier,reste en garde àvue dans les locaux de la police judiciaire. Hier soir, les raisons de son tir meurtrier restaient toujours incompréhensibles. Nicolas Philippe « atiré pour tuer »,confie un douanier.Ilvenait de recevoir par colis une culasse de fusil d’assaut et possédait deux armes àfeu à son domicile –dont il afait usage (nos éditions d’hier). Certain mutisme Devant les enquêteurs, le suspect ferait preuve d’un certain mutisme et « ne donne pas d’explication ».Rien dans l’enquête ne permet de le rattacher à un quelconque projet criminel ou de banditisme. La piste de la radicalisation religieuse avait été écartée, dès lundi. Quartier bouclé et forces de l’ordre en alerte maximale. Mardi midi, le tireur aété interpellé dans un parc duquartier Saint- Jean-du-Var, oùils’était enfui. (Photo Laurent Martinat) Gemey Maybelline Garnier - SNC au capital de 49 500 euros, 16 place Vendôme 75001 Paris - RCS Paris 339 419 962 On sait que Nicolas Philippe a travaillé par le passé sur la base navale de Toulon, chez l’industriel civil DCNS. Il s’agissait « demissions de durée déterminée, notamment dans le domaine de la mécanique », répond DCNS, qui présente « toute sa compassion aux familles ».Dans le cadredecerecrutement, « ses accès au sein de la base navale avaient été validés par les autorités selon la procédure réglementaire en vigueur ». Qui comprend des entretiens et l’aval des autorités militaires. « C’est un grand professionnel qui est tombé » Le douanier décédé, âgé d’une quarantaine d’années et père d’un enfant, est décrit comme « un grand professionnel ».Toute la famille des douanes est choquée, explique Vincent Thomazo, secrétairegénéral d’Unsa Douanes. En poste à Marseille, à la direction des opérations douanières, Pascal Robinson « avait l’habitude de ces opérations. Il était moniteur de tir, formateur sécurité ». « C’est quelqu’un de très expérimenté qui est tombé ». Avec la conviction que « cela peut arriver à n’importe lequel d’entre nous ». Le syndicaliste explique que les collègues ne sont absolument pas allés de manière légère sur cette var-matin Mercredi 25 novembre 2015 Douanier tué àToulon : toujours aucune explication DES CHEVEUX BLANCS SUBLIMÉS, UN RÉSULTAT NATUREL, ET LE CHARME QUI VA AVEC. Une formule prête à l'emploi qui déjaunit et ravive l'éclat, pour un résultat lumineux et naturel en 2 minutes seulement. Existe en 3 nuances pour embellir toutes les tonalités de blancs et gris. DISPONIBLE AU RAYON COLORATION. intervention. « Cetype d’opération est pratiqué régulièrement, le plus souvent, d’ailleurs, pour de la drogue ». Les cinq douaniers étaient armés. L’ironie cruelle est que les douanes « viennent d’être refusées dans le dispositif d’État d’urgence, contrairement à leur demande. Et qu’on arefusé aux douaniers le port de l’arme en dehors du service, comme accordé aux policiers », développe l’Unsa Douanes. Pourtant, les douaniers font face « aux mêmes risques que les policiers ». Hier, le syndicat Alliance Police nationale soulignait, dans un communiqué, « l’engagement sans faille des forces de l’ordre, qui n’ont pas reculé face àlamenace, afin de protéger la population ». Les deux blessés, un douanier et un policier, étaient toujours hospitalisés hier.Leurs jours ne sont pas en danger. SO. B.ETP.-L. P.BetieColor Perle d'Argent, entuig.41-2MIN m'une



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :