Var-Matin n°2015-09-16 mercredi
Var-Matin n°2015-09-16 mercredi
  • Prix facial : 1,20 €

  • Parution : n°2015-09-16 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SCIC Nice-Matin

  • Format : (277 x 395) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 74,4 Mo

  • Dans ce numéro : Coupe du Monde de Rugby... la french touch.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
L eballet des tracteurs et leurs remorques est ininterrompu. Chaque matin depuis une semaine,les coopérateurs se pressent àlacave du Baou, àPourcieux, pour déverser leurs tonnes de raisin fraîchement vendangé. Avec près de quinze jours d’avance, les viticulteurs en côte de Provence Sainte-Victoire ont pris les devants. « Les sols ont souffert delachaleur et de la sécheresse mais la vigne est très saine. » Jean-Jacques Balikian, le directeur de l’Association des vignerons de la Sainte-Victoire estime les conditions réunies pour un bon cru 2015. I var-matin CentreVar Mercredi 16 septembre 2015 Dix ans de terroirenS te -Victoire Lancée en 2005, l’appellation des Côtes de Provence qui s’étend sur neuf communes du Varet des Bouches-du-Rhône aacquis sa notoriété. Le cru anniversaire 2015 ne devrait pas démériter Les vendanges en Sainte-Victoire ont débuté cette année avec plus de dix jours d’avance en raison d’un été très sec et très chaud. Àlarecherche de l’excellence « Le rendement en jus n’est pas des plus conséquents mais le degré est très satisfaisant. » Après, la qualité dépendra des conditions météo qui influenceront les vendanges. À Pourcieux, les vingt coopérateurs sont tous professionnels. « Une structure très souple qui permet une grande réactivité et d’organiser au mieux le calendrier des récoltes », explique Laurent Basso, vice-président des Vignerons du Baou. « On peut gérer les apports en fonction de la maturité dechaque parcelle. » Etce, sur un même cépage et un même terroir.L’exposition au soleil, l’hygrométrie, les sols… chaque vignoble a ses spécificités. C’est cet assemblage qui fera la La Sainte-Victoire, chère à Cézanne, immortalisée par Van Gogh ou encore Picasso… un nom associé à la Provence dans l’imaginaire collectif. Accolé à son étiquette Côtes de Provence, la dénomination représente la valeur ajoutée d’une marque déjà renommée. De Pourcieux aux portes d’Aix-en-Provence au Tholonet, le vignoble de Sainte-Victoire s’étend sur près de 2225 hectares et inclut neuf communes des Bouches-du-Rhône (Châteauneufle-Rouge, Le Tholonet, Meyreuil, Peynier,Puyloubier,Rousset, Trets) et du Var(Pourcieux, Pourrières). Sur cette superficie, moins de la moitié des vins qualité des vins produits en coopérative. L’homogénéité est toutefois de mise en ce qui concerne les Sainte-Victoire. Une marque àpart, déposée en 2005, pour valoriser l’identité de ce territoire viticole. Dix ans de démarches « Cette appellation est née de la réalité d’un terroir. C’est la rencontre entre un sol, un microclimat et les Un nom quifleure bon la Provence en AOC Côte de Provence sont étiquetés Sainte-Victoire. « La sélection est bien plus rigoureuse et correspond notamment àlademande des négociants ». Au Baou, Laurent Basso peut s’appuyer sur le professionnalisme des coopérateurs pour toujours tirer la qualité vers le haut. « La richesse d’une cave comme celle de Pourcieux est qu’elle permet de trier pour être au top. On intéresse les viticulteurs, on les encourage àproduire tel ou tel cépage pour que les assemblages soient des plus réussis. » Une façon de travailler qui plaît àOlivia Florent, jeune viticultrice de 26 ans, qui adécidé de marcher sur les pas de son pèreetdeson oncle. Chez les vignerons du Baou, les coopérateurs ont en effet leur mot à dire sur la gestion de la cave ou les investissements àconsentir.Une démarche qui profite àtous et participe àla recherche de toujours plus de qualité gustative et d’efficacité. La cave coopérative produit 22000 hectolitres par an, à95% composés de vins rosés, « notre cœur de métier ». Les vingt viticulteurs qui ytravaillent mutualisent les coûts et se partagent cinq machines pour procéder aux vendanges sur les 380 hectares de la commune. hommes qui font la vigne. » Dès les années quatrevingt-dix, les viticulteurs de l’extrême ouest-Varet de l’est des Bouches-du- Rhône se sont regroupés pour engager une démarche de qualité et de reconnaissance de la marque. Arrivé en 2000 comme technicien pour l’association des Vignerons de la Sainte-Victoire, Jean-Jacques Balikian atravaillé à l’élaboration d’un cahier des charges rigoureux pour aboutir au dépôt du nom àl’Institut national des appellations d’origine (INAO, aujourd’hui Institut national de l’origine et de la qualité). En 2005, la production était encore confidentielle. Aujourd’hui, plus de 20 000 hectolitres sortent chaque année des caves particulières et coopératives des neuf communes du terroir. Dix ans après, la notoriété est donc au rendez-vous. « Le positionnement est assumé sur un prix plus élevé mais le consommateur ne s’y trompe pas et s’y retrouve. Sainte-Victoire est la garantie d’un produit de qualité. » Comme les appellations Fréjus, La Londe, Pierrefeu, ou bientôt Notre-Dame-Des- Anges, la marque apposée sur une étiquette de Provence fait bien la différence. Dossier : Étienne Charles echarles@varmatin.com Photos : Hélène Dos Santos Àpeine débarqués àlacave, les grains sont séparés de leurs grappes qui partiront en distillation. Marc, sa fille Olivia et Jean-Jacques Balikian.
Var P atrick Vincent, le gérant de la discothèque raphaëloise le Colisée, déplore toujours aujourd’hui, avec une apparente sincérité, la mort d’Ichem Guerriche, ce Fréjusien de 20 ans, tué dans d’atroces conditions, le 29 août dernier,àquelques dizaines de mètres de son établissement. Mais désormais, il doit engager un combat. Pour rétablir ce qu’il dit être « lavérité ». Pour éviter aussi un dépôt de bilan qui enverrait une cinquantaine de personnes au chômage. Des doutes sur le rôle de la police Àses côtés, M e Michel Mas, l’ancien bâtonnier de Toulon, appelé à la défense de ses intérêts. Tous deux ont appris, vendredi dernier,la décision de la préfecture de fermer le Colisée pour trois mois, au motif d’un risque élevé de troubles à l’ordre public. Une mesure qui s’ajoute àlaprécédente : 15 jours de fermeture, prononcés dès le lendemain du drame. Alors, le pénaliste toulonnais aformé une requête en référé auprès du tribunal administratif, demandant la suspension de l’arrêté. Un recours, dont l’issue sera connue àlafin du mois, qui se fonde sur l’urgence –la préservation de 49 emplois en CDI et des extra auxquels le Colisée fait régulièrement appel. Car, écrit l’avocat : « La perte des bénéfices escomptés à l’occasion de plusieurs soirées prévues entre le 13 septembre et le 13 décembre 2015 menace à très brève échéance son équilibre financier. » Les charges fixes de l’entreprise s’élèvent, en effet, à plus de 150000 euros par mois, le loyer à13000 euros. Michel Mas émet par ailleurs de sérieux doutes quant à la légalité de l’arrêté pris par la préfecture. Mais, surtout, il conteste l’appréciation qui, depuis le début de l’affaire, laisse entendre que le service de sécurité du Colisée n’aurait pas été àlahauteur. Etil rappelle que : – « La fréquentation de l’établissement, ce soir-là, était d’environ 800 personnes, pour une contenance autorisée de 1800. La discothèque n’était donc même pas remplie àlamoitié de sa capacité. » – « 20 agents de sécurité étaient présents dans la nuit du 28 au 29 août, soit 1pour 40 clients, outre les 49 autres employés, alors que la réglementation exige 1 agent pour 100 clients. » – « Les services d’ordre de la discothèque ne se sont en aucun cas contentés d’exclure les éléments perturbateurs de la discothèque puisque, dès l’apparition de tensions, ils ont appelé la police nationale et sollicité une intervention. » Et le rôle des services de police, précisément, est vivement critiqué par le conseil de Patrick Vincent. À ses yeux, « ils ont fait preuve d’une négligence manifeste [au contraire] de la sécurité du Colisée qui n’a eu de cesse de les appeler. » Il précise : « Les bandes de vidéosurveillance montrent que la police est arrivée sur les lieux à5h28. Or,selon les propres déclarations de la commissaire, « le drame s’est joué entre 5h25 et 5h32. » Les services de police étaient donc présents, à l’heure exacte où le jeune homme décédé aété frappé. » Des déclarations qui ont fait ELI 04/SERVICES IMMOBILIERS PALLADIUM GROUP HELION LA SEYNE S/MER HELION SAINT-MANDRIER 46, vieux chemin des Sablettes 32, quai Jules Guesde miantino@osimmo.coms.wanmeenenosimmo.com 06 61 65 13 34 06 69 49 85 34 04 94 94 80 14 04 94 63 62 39 www.oslmmo.com LAULLCILL,£6.afilljiaLeMiZli MeurtreduColiséeàS t -Raphaël : le gérant contre-attaque Patrick Vincent et son avocat, Michel Mas, ont formé une requête en référé pour réclamer la suspension de l’arrêté de fermeture administrative de trois mois pris par le préfet, à l’encontre de la discothèque Patrick Vincent (à droite), ici aux côtés de son avocat, ne veut pas assumer toutes les conséquences d’un drame dont il dit ne pas être responsable. (Photo S.B.) BATEAUX EXPERTISÉS CABINET FERNANDEZ MEMBRE DE LAC.N.E.M.P. bondir (notre édition locale d’hier), la commissaire divisionnaireBéatrice Fontaine. Un portique àl’entrée Côté sécurité, le Colisée dispose, àl’entrée, d’un portique semblable à ceux qui sont utilisés dans les aéroports. Difficile donc d’infiltrer la moindre arme à l’intérieur. Enfin, le parking sur lequel Ichem aété victime de ses bourreaux n’a pas de lien direct avec le Colisée. En conclusion, Michel Mas se dit persuadé « que la fermeture prononcée a un unique but de sanction, motivée par la nécessité de trouver un responsable aux événements dramatiques de la nuit du 28 au 29 août. Elle tend à éviter toute accusation de laxisme de la partdelapréfecture, alors même qu’aucun des individus responsables du décès du jeune homme n’a été interpellé et que les services de police ont manifestement manqué à leur devoir. » Il conclut, sans prendre de gants : « Ilexiste une collusion entre la préfecture et la police qui souhaitent infliger une sanction au Colisée et ce, pour des raisons bien éloignées d’un quelconque intérêt général… » Des raisons qui pourraient, selon lui et son client, relever du règlement de comptes politique entre « lamairie FN de Fréjus, qui aelle aussi un projet de discothèque, la préfecture socialiste et le maire Les Républicains de Saint-Raphaël. » Hier,David Rachline avivement réagi sur ce point, appelant l’avocat et le gérant « àun peu plus de raison et de décence. » ÉRIC FAREL efarel@nicematin.fr ExceptionnelleVenteaux Enchères Publiques Bateaux de Plaisance Dimanche 20 Septembre 2015 à16heures ALAREQUÊTE D’ÉTABLISSEMENTSFINANCIERS ET DIVERS GARE MARITIME -VIEUX PORT DE CANNES Exposition publique : dimanche 20 septembre de 10hà16h Renseignements : 0616199601 Commissaires-Priseurshabilités : Jean-Claude ANAF JeanMARTINON Christophe CHEVEU D’OR Frais de vente en sus 12%HT(14,40% TTC). Paiement par virement bancairepour l’enlèvement des lots. Liste complète disponible sur www.anaf-encheres-bateaux.fr Vente organisée par ANAF AUTO AUCTION 6rue Pierre et Marie Curie -69800 LYON/SAINT-PRIEST -Tél. 04 72 79 19 19 (agrément 2001-017) Photo non contractuelle



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Var-Matin numéro 2015-09-16 mercredi Page 1Var-Matin numéro 2015-09-16 mercredi Page 2-3Var-Matin numéro 2015-09-16 mercredi Page 4-5Var-Matin numéro 2015-09-16 mercredi Page 6-7Var-Matin numéro 2015-09-16 mercredi Page 8-9Var-Matin numéro 2015-09-16 mercredi Page 10-11Var-Matin numéro 2015-09-16 mercredi Page 12-13Var-Matin numéro 2015-09-16 mercredi Page 14-15Var-Matin numéro 2015-09-16 mercredi Page 16-17Var-Matin numéro 2015-09-16 mercredi Page 18-19Var-Matin numéro 2015-09-16 mercredi Page 20-21Var-Matin numéro 2015-09-16 mercredi Page 22-23Var-Matin numéro 2015-09-16 mercredi Page 24-25Var-Matin numéro 2015-09-16 mercredi Page 26-27Var-Matin numéro 2015-09-16 mercredi Page 28-29Var-Matin numéro 2015-09-16 mercredi Page 30-31Var-Matin numéro 2015-09-16 mercredi Page 32-33Var-Matin numéro 2015-09-16 mercredi Page 34-35Var-Matin numéro 2015-09-16 mercredi Page 36-37Var-Matin numéro 2015-09-16 mercredi Page 38-39Var-Matin numéro 2015-09-16 mercredi Page 40-41Var-Matin numéro 2015-09-16 mercredi Page 42-43Var-Matin numéro 2015-09-16 mercredi Page 44-45Var-Matin numéro 2015-09-16 mercredi Page 46-47Var-Matin numéro 2015-09-16 mercredi Page 48-49Var-Matin numéro 2015-09-16 mercredi Page 50-51Var-Matin numéro 2015-09-16 mercredi Page 52-53Var-Matin numéro 2015-09-16 mercredi Page 54-55Var-Matin numéro 2015-09-16 mercredi Page 56-57Var-Matin numéro 2015-09-16 mercredi Page 58-59Var-Matin numéro 2015-09-16 mercredi Page 60-61Var-Matin numéro 2015-09-16 mercredi Page 62-63Var-Matin numéro 2015-09-16 mercredi Page 64