Var-Matin n°2015-03-06 vendredi
Var-Matin n°2015-03-06 vendredi
  • Prix facial : 1,20 €

  • Parution : n°2015-03-06 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SCIC Nice-Matin

  • Format : (277 x 395) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 61,9 Mo

  • Dans ce numéro : 146 élèves-officiers ont appareillé hier pour cinq mois en mer.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
« var-matin Toulon Justice Vendredi 6mars 2015 Sous stups, il avait renversé et tué une octogénaire Terrible accident le 8décembre 2014 sur l’avenue Alphonse-Juin oùune dame de 80 ans aété percutée par un véhicule. Contrôlé positif au cannabis, le conducteur aété jugé et condamné Jenel’ai pas vue ! Jenel’ai pas vue ! » M. H., un pèrede famille de trois enfants n’a cessé de répéter ces mots, mercredi, à la barre du tribunal correctionnel. Ce chauffeur-livreur d’une trentaine d’années acomparu pour homicide involontaire par conducteur ayant fait usage de stupéfiants. Le 8 décembre 2014, l’homme aété impliqué dans un accident terrible qui acausé la mort d’une Toulonnaise de 80 ans. Ses analyses toxicologiques ont laissé apparaître qu’il était sous l’empire de cannabis au moment des faits. La consommation remontant vraisemblablement à la veille au soir. Près de l’église Saint-Pie X Le jour des faits, il est 13 h25lorsque CarmenC. qui arrive de la Rode, traverse la voie en direction de Saint-Jean-du-Var.Elle emprunte le passage piéton situé non loin de l’église Saint-Pie X en tenant deux sacs de courses alors que le feu est rouge pour les piétons. Un témoin attestera d’ailleurs que deux véhicules ont fait des écarts pour l’éviter.Mais la Renault Trafic conduite par le prévenu ne le fera pas. L’octogénaireest violemment percutée par l’avant gauche de la voiture. Transportée dans un état critique àl’hôpital, la malheureuse décèdera deux heures plus tard des suites de traumatismes thoraxiques et crâniens. Choqué, le conducteur était alors resté sur place, incapable de comprendre pourquoi il n’avait pas pu voir la victime emprunter le passage protégé. L’enquête a démontré que, venu du Mourillon, il avait tout juste démarré au feu vert, en direction de Nice. Son allure était normale. « Mais comment avezvous fait pour ne pas voir cette ‘"- frirt.L111111ititerrre,52"", 4 -^ -.7-",''dame traverser la voie ? », lui ademandé, à plusieurs reprises, M me Krumanecker,laprésidente du tribunal. Abattu, ce père de trois enfants, ne parvient pas à s’expliquer. Il avait fumé la veille La magistrate lui souffle alors une réponse : l’usage de stupéfiants susceptible d’avoir modifié les réflexes du conducteur.L’homme répète qu’il afumé la veille de l’accident. Pas le jour même. « Voilà pourquoi la consommation de cannabis est interdite aussi. Parceque cela reste dans le corps. Et puis, avoir moins de réflexe, c’est être moins attentif. Cela crée un danger supplémentaire ». Pour M e Pierre Lopez, avocat de la famille de la défunte, « rien ne lui permettait de ne pas voir la victime. Il roulait à une allure correcte.frit'tg Ir gr ii fi g T. — — - c1 « tc(crtrtmcryttrttirtrtnreirtrttrutirtri turfrtril Il n’a pas esquissé le moindre mouvement de freinage. Il avait les moyens de réagir. Laréponse àce comportement est dans le résultat de l’expertise toxicologique : il avait fumé du cannabis. » Un permis de conduire avec douze points Même constat réalisé par M me Somody pour le parquet de Toulon : « Le cannabis, bien que consommé plusieurs heures avant, acausé une altération franche sur sa façon de conduire. » Elle arequis trois ans d’emprisonnement, dont deux ans assortis d’un sursis, l’annulation (de droit) de son permis de conduire avec une interdiction de le passer durant plusieurs mois. Exprimant la peine ressentie par son client face au décès de CarmenC., M e Ali Khalfaoui, ainsisté sur la — — personnalité du prévenu. « Celuici n’est pas un délinquant de la route. Il est chauffeur-livreur et il a douze points àson permis. Depuis 2011, on ne lui connaît pas une seule infraction au code de la route. Il n’a pas fui ses responsabilités. Pour lui, ce décès est dramatique. Il n’a jamais caché qu’il avait fumé des stupéfiants le jour précédent. C’est vrai. Sa femme est atteinte d’un cancer. Iltravaille et il s’occupe de ses enfants et pour se détendre, il atrouvé ce palliatif : fumer.Cen’est pas excusable. mais la solution n’est pas la prison. » L’avocat a sollicité la clémence du tribunal. M. H. aété reconnu coupable. Il aété condamné àdeux ans de prison avec sursis simple, annulation de son permis de conduire (avec interdiction de le passer pendant huit mois). PEGGY POLETTO.. (Photo P.P.) Interpellé au péage de Bandol : « La cocaïne ? C’était juste pour fêter un anniversaire ! » Une découverte stupéfiante sur le tableau de bord d’une Fiat Punto. le 28 février 2014, lorsqu’une patrouille de policiers contrôle un automobiliste de 21 ans au péage de Bandol, il ne s’attendait pas à découvrir 83 gdecannabis –décliné en feuille, tête et herbe -– dans un sachet et 3mgdecocaïne. Employé dans la marine marchande – « àmoins que cela soit la narine marchande », a soufflé avec humour un avocat présent à l’audience –le jeune homme n’a pu que reconnaître les faits. Il les a d’ailleurs justifiés. « Le cannabis c’était pour mon usage perso et la cocaïne, c’était juste pour fêter un anniversaire ! ». Banga ou pas Banga ? Une drôle de façon de célébrer un tel événement aconstaté la représentante du ministère public. « À20 ans, on pourrait emmener du Banga àune fête. Non, vous, vous emportez de la cocaïne… ». Le jeune homme a admis être consommateur depuis quelques mois pour oublier le décès de l’un de ses proches et il aacheté son « stock » de produits à Marseille pour un montant de 700 euros. Le parquet a d’ailleurs fait un petit calcul. « Vous gagnez 1500 € et vous consacrez 700 € pour l’achat de stups. Donc, c’est rassurant pour la société. Nous savons que vous allez pouvoir mettre aussi de côté de l’argent pour payer une amende. » Il a été requis quatre mois de prison avec sursis et 5000 € d’amende. L’avocate de la défense atout d’abord interpellé le parquet sur sa façon de voir les soirées des jeunes de vingt ans. « Jenemesouviens pas, Madame, être allé à vingt ans boire du Banga lors de fête. -C’était mon avis personnel, le Banga. Je vous rassure. » Sur la personnalité du prévenu, il a été mis en avant une situation professionnelle stable, un casier judiciaire vierge. Une erreur de parcours « pour un jeune homme qui a mal vécu la disparition de sa grandmère. » Le tribunal lui a infligé un « avertissement ». Il devra payer 100 jours/amende à40 €. P.P. Alcool au volant, prison au tournant « J’enaimarrede boire » Trois verres de vinà table,deux d’alcool fort (et certainement bien d’autres)endiscothèque et huit mois de prison assortis d’un sursis avec mise àl’épreuve pendant trois ans. C’est l’addition judiciaireque devra payer le pilote d’un scooter de 36 ans, arrêté le 23 juillet 2014 à Toulon vers 5heures, avec un taux d’alcoolémie de 0,96 mg par litre d’air expiré. Récidiviste, il a indiqué êtrealcoolique depuis l’âge de 19 ans et son casier judiciaire porte traces de nombreuses mentions en relation avec cettedépendance. AssistédeM e Didier Hollet, il a dit s’être engagé dans un parcours d’abstinencealcoolique. « L’alcool.L’alcool.J’enai marre. Cela ne m’a rien amené de bon. Je suis déterminé àmesoigner. » Arrêté, il ne téléphonait pas au volant Un conducteur aété contrôlé le 22 avril 2013 àLaValettealors que les policiers le suspectaient de téléphoner.Ils avaient finalement découvert qu’il conduisait sans permis. Son avocat,M e Julien Besset a soulevé une exception de nullité, considérant que le contrôle étant à la base non justifié par une infraction. « Il ne téléphonait pas au volant ; il n’y adonc pas de contravention possible et rien ne justifie plus l’interpellation. Il faut en déduire que ce contrôle est nul. » Sileparquet abien relevé « une faiblesse » de la procédure, il a requis trois mois de prison avec sursis ou une peine d’amende.Le dossier aété mis en délibéré.
var-matin Grand Toulon Vendredi 6mars 2015 LE PRADET Tennis du Baguier,legrosprojet devient une rénovation aminima L esujet avait enflammé la campagne des dernières élections municipales : leprojet de construction d’une centaine de logements à la place de l’actuel club de tennis àBaguier, qui aurait été déménagé dans une nouvelle construction àlaDili- gence. L’ancienne équipe de Bernard Pezeryavait signé un protocole avec le groupe Arcade Vinci afin de céder le terrain des tennis du Baguier,mais s’était heurtée àlamobilisation des riverains. Hevé Stassinos, qui avait promis de revenir sur le dossier un fois élu, jugeant le projet de reconstruction des tennis àlaDiligence « trop coûteux » (2,5 millions d’euros àlacharge de la Ville), « clivant au sein du Tennis club et de la population qui ne voulait pas qu’on bétonne ce quartier ». Finalement, le maire actuel adonc renégocié le protocole du projet avec le promoteur. « On s’est réuni (l’année dernière, Ndlr), chacun afait des efforts. Arcade Vinci ajoué le jeu et apris acte du changement d’orientation de la municipalité. Le groupe aaccepté de passer un avenant pour que nous puissions trouver une solution au 1er juin 2015. Si nous ne trouvons pas d’accord, la Ville leur remboursera 40 000 euros pour les dédommager et le projet sera purement abandonné », indique Hervé Stassinos. Apriori, c’est cette issue qui devrait êtreretenue, même si le maire souhaite attendredeconnaîtreladécision de la justice, suite au recours contre lepermis de construire d’Arcade déposé par l’association des Amis du Baguier. Travaux en 2015... ou 2016 Lors de l’assemblée générale du CIL Infos villes LA GARDE Théâtre du rocher Jeudi 12 mars à20h30, « Ablaye Cissoko&Vol Ker Goetze »,concertWold Music,mariage harmonieux entrelejazz et la musique mandingue. Rens. et réservation au 04.94.08.99.34. Permanence Logements Sociaux Les permanences ont lieu les lundis de 14 hà17h30 et les jeudis de 8h30à12h et de 14 hà17h30au Centre Communal d’Action Sociale. Rens. au 04.94.08.99.96. Corps Autrement L’association propose des ateliers permettant de découvrir une méthode de détentemusculaireet d’amplitude respiratoire, les samedis au 91, avenue Sadi Carnot. Rens. au 06.37.05.31.14. Festival Présences Féminines Samedi 14 mars à20h30, Le projet de construction d’une centaine de logements sur l’emplacement des tennis Baguier et de la reconstruction, signé sous l’ancienne municipalitédes courts de tennis àlaDiligenceaété abandonné par le maire actuel. Une simple rénovation des installations existantes est prévue. (Photo M.V.) du Baguier,ilyaquelques jours, l’adjoint au maireLionel Riquelme, aconfirmé que la municipalité souhaitait maintenir le club de tennis sur son emplacement actuel, tout en se disant consciente que des travaux de rénovation sont nécessaires. « Il faut refaire les sanitaires et l’éclairage qui sont vraiment vétustes. Nous l’avons inscrit au budget, nous allons essayer de le faire en 2015, sinon 2016 si les finances ne nous le permettent pas. Je sais qu’il yaune grosse attente du côté du club de tennis », ajoute le maire. De son côté, le président du Tennis club pradétan, Denis Tendil, ne se satisfait pas de cette annonce. Il était l’un des fervents défenseurs du projet de reconstruction des cours de tennis àlaDiligence, qui devait comprendre aussi une salle pour le squash. « J’étais à150% pour ce projet, même s’il yaeudébat en interne au club. « Quatuor Varese », concert classique en la Chapelle Romane. Tarifs : de 8 € à 15 €. Rens. au 04.94.08.99.34. Lecture Dans le cadre de la semaine de la langue française et de la francophonie,du14au22 mars, « Dis-moi dix mots… que tu accueilles », lecture à la médiathèque. Rens. au 04.94.08.99.90. LA VALETTE Amicale des Philippevillois et Constantinois et amis L’association organise un loto pour ses adhérents,le dimanche 8 mars à 14 h 30 à la salle Costagutta suivi de la galette des Rois. Rens. au 04.94.27.11.61. CPAM Une permanenceauralieu tous les mercredis de 13 h 30 à 16 h au Centre Communal d’Action Sociale, impasse de la Farinette. Rens. au 04.94.20.92.70. ou 04.94.23.36.49. Médiathèque Chaque vendredi à 14 h 30, la médiathèque proposera dans son petit théâtre, une consultation gratuite d‘un film tout public (en DVD) nouvellement acquis. Rens. au 04.94.23.74.09. Association « Les tricoteuses du cœur » L’association recherche des tricoteuses volontaires ainsi que des pelotes de laine afin de confectionner de la layette pour des personnes en difficulté. Cette distribution alieu tous les mois à la maternité de Sainte-Musse. Rens. au 06.07.45.47.49. LE PRADET Week-end Cinéma Demain et dimanche à l’Espacedes Arts,projection d’une dizaine de films sélectionnés pour les Césars 2015. Tarifs : 1films 6 € ; 2 films 10 € ; 3films 12 €. Rens. au 04.94.08.69.48. Nous aurions eu des installations dignes de ce nom et notre club aurait pu se développer –nous avons 400 adhérents à ce jour. J’ai été très déçu qu’il soit abandonné. On nous adit que c’était trop cher, mais les 2,5 millions investis àlaDiligence auraient été compensés par la vente du terrain de tennis au promoteur pour 4,8 millions… », commente Denis Tendil. Il regrette que ce projet ait été « un enjeu politique » pendant la campagne des municipales. Aujourd’hui, il estime que les quelques travaux de rénovation qui sont annoncés « ne sont que des cache-misère ». Enfin, le club, qui compte quatre salariés, va devoir se séparer « d’un jeune qu’on formait et qu’on aurait embauché avec le projet de la Diligence », conclut Denis Tendil. Nous n’avons pas réussi à joindre le groupe Arcade. M. V. mvalmalette@varmatin.com Puces des Pitchouns Réservées aux enfants de moins de 6ans,les puces se tiendront le dimanche 15 mars de 9hà13hen centre-ville. 2 € par emplacement, réservés à l’Unicef pour aider les enfants victimes d’Ebola. Rens. auprès du service développement économique au 04.94.08.69.57. LE REVEST Atelier de Reine L’association reprend ses activités de « tous fils » (scrapbooking et couture) et cartonnage. Rens. au 06.81.33.66.66. CILduRevest Le CIL tient ses permanences,tous les jours de 14 hà19hpar téléphone au 06.08.10.14.70 ou 04.94.20.45.72 ou sur rendez-vous au 724, vieux chemin de la Ripelle,83200 Le Revest. Etat de catastrophe naturelle reconnu Parunarrêtédu3mars publié au journal officiel de la République,l’Etat a reconnu l’état de catastrophe naturelle suite aux intempéries survenues en fin d’année dernière. Sont concernées,les communes de La Garde (inondations et coulées de boues du 25 novembre), du Pradet (événements des 25 novembre, 4et 5 décembre) ainsi que LA VALETTE Une pétitioncontrela commercialisation du sang Lors des différentes collectes de l’Établissement français du sang, l’amicale des donneurs de sang bénévoles du canton La Valette - Le Revest aproposé aux donneurs de signer une pétition contre la commercialisation des produits sanguins et de leurs dérivés. Le président de l’amicale Jecques Sémenou et les membres de son équipe ont rappelé qu’ils effectuent des dons volontaires et non rémunérés dans le seul but de sauver des vies et de soigner des malades..10 000 dons sont necessaires chaque jour -, durée de vie des produits sanguins est - dans le ter,. Autun sulralitul ne remplacera le sang et pour ortgtemps encore. Avoir ordre 10 et 70 an, _Étnr apte merlIcalenrent. Peur 50 kg nvernum Arr. sa ta. dl.. mur. Le Revest (événements du 25 novembreau 27 novembre). Si vous avez étévictime de ce phénomène météorologique,ilfaut de touteurgenceque vous vous rapprochiez de votre assureur afin de procéder aux déclarations de sinistres dans les délais fixés,à savoir dans les 10 jours suivant la publication de l’arrêtéinterministériel. Ils sont donc fermement opposés à ce que le sang donné fasse l’objet de commercialisation et de profits et s’insurgent contreles projets de lois qui autoriseraient l’importation en France de produits issus de sang prélevé contre rémunération. Les donneurs de sang bénévoles appellent tous ceux qui partagent ces valeurs à s’associer à leur protestation et àsigner avec eux. Ils peuvent signer en ligne sur le site http://www.petitionpublique.fr MAGUY MarcelPécouyoul trésorier et Jacques Sémenou président de l’amicale des DSB ont proposé aux donneurs de signer une pétition contre la commercialisation du sang. (Photo Maguy) Essor commercial La maison de la presse d’Ollioules change de mains Olivier Pons a repris officiellement la maison de la presse le 24 février, le jour de ses 51 ans. « Depuis très longtemps, je rêvais d’ouvrir une presse, j’avais d’ailleurs quelqu’un de ma famille qui s’était lancé au Plan du Castellet »,explique le commerçant. Un rêve devenu désormais réalitéavecunmagasin dédié à la presse,la librairie et la papeterie mais pas que : « Je vais étoffer le choix des livres,notamment pour la jeunesse avec des mangas. Je vais aussi développer l’offre de services comme une borne photo ou un appareil effectuant le double des télécommandes. » (PhotoLAN) Ouverture du lundi au samedi de 7h à12h30 et de 15h à19h.Dimanche : 8hà12h30.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :