Var-Matin n°2015-03-06 vendredi
Var-Matin n°2015-03-06 vendredi
  • Prix facial : 1,20 €

  • Parution : n°2015-03-06 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SCIC Nice-Matin

  • Format : (277 x 395) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 61,9 Mo

  • Dans ce numéro : 146 élèves-officiers ont appareillé hier pour cinq mois en mer.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Toulon Place Vu, lu... entendu Décriés à Toulon, les nouveaux feux font des émules... àNantes Comme de nombreuses grandes villes de France, l’agglomération nantaise est régulièrement confrontéeàdes problèmes de circulation automobile. Pour remédier à cette problématique,lapréfecture de LoireAtlantique annoncelamise en place de feux tricolores au niveau des bretelles d’entrée sur le périphérique nantais. « Le résultat donne de bons résultats à Toulon »,pouvait-on lire hier dans les colonnes de Ouest-France. Depuis un an, ce type de feu a en effet étéinstallé sur l’A57 aux sorties est de Toulon. Sauf qu’ils sont loin de fairel’unanimité, àenjuger par les multiples témoignages d’automobilistes excédés. Des plaintes d’ailleurs relayées par les élus locaux qui ont affirmé leur souhait de les voir disparaître ! Collecte pour les Restos du cœur àCarrefour Aujourd’hui et demain, des bénévoles des Restos du cœur seront présents dans les magasins Carrefour et Carrefour Market de Toulon. Ils collectent conservesdelégumes, viandes,poissons,desserts,produits d’hygiène... Des produits qui permettront àl’association de poursuivreses actions tout au long de l’année. Var-matin cherche des correspondants dans l’aire toulonnaise La viedevotrecommune vous passionne,vous aimezécrire, disposez d’un ordinateur,d’une liaison internet, d’un appareil photonumérique,d’un véhicule,d’unpeu de temps libreetvous cherchezune source de revenus complémentaires… Votreprofil nous intéresse pour renforcernotre réseau de correspondants locaux de presse sur Toulon et ses environs. Si cetteactivitévous intéresse,merci d’adresser votrelettredemotivation et votrecurriculum vitae avec photopar mail àtoulonloc@nicematin.fr A près d’importants travaux de remise en état, le sanctuaire Notre-Dame du Faron est à nouveau ouvert au public. Cette petite chapelle nichée dans la verdure, sous la masse rocheuse, afait peau neuve avec un sol nouvellement enduit et poli, des murs blanchis àlachaux et de belles ferronneries rajeunies. La façade aété également nettoyée, débarrassée de ses salissures végétales. La chapelle appartient àlaRedif (régie du téléphérique) et Jérôme Navarro, son président, a veillé sur les travaux. Ceuxci ont été réalisés en interne par les équipes municipales, en partenariat avec le service Vie des quartiers. Un lieu insolite Située à 600 mètres au-dessus de la mer, cette petite chapelle est une curiosité qui attire de nombreux promeneurs. Le lieu est insolite, tout en longueur et voûté. En réalité, il s’agit de l’ancienne poudrière qui alimentait la tour Beaumont. En 1958, ladite tour aété transformée en mémorial du débarquement, Besagne, Bât. A,Z.A.C. Besagne Tél. 04.94.93.31.00 2014 2015 à7, àlasuite d’une visite du maréchal Juin et sous l’initiative du créateur du téléphérique, Monsieur Roussel. Afin d’honorer la mémoire des morts pour la libération, la poudrière est peu de temps après devenue sanctuaire, en1959. La chapelle Notre-Dame du Faron est lieu de culte placé sur le territoire de la paroisse Saint-Vincent de ELECTIONS DEPARTEMENTALE Coussins microbilles Poufs géants $AII JARMO° N°1 en Europe 1101 ROUTE OE LA GARE 83110 SANARY SUR MER (en face Interrnatch é) www.bigbao.fr 20 La chapelle du Faron est ànouveauouverte Ce lieu de culte insolite sur les hauteurs du Faron vient d’être rénové. C’était jusqu’en 1959 un magasin àpoudres qui alimentait la Tour Beaumont. L’UMPlancesa campagne dans l’ouest Affluence inhabituelle sur la petite place Regouffre, à deux pas de l’école maternelle des Routes, hier soir. Les candidats de l’UMP dans le 20 e canton (Toulon ouest) y inauguraient leur permanence électorale, en présence de nombreux amis et élus, au premier rang desquels le sénateur-maire Hubert Falco, les députés Geneviève Lévy et Philippe Vitel mais aussi le sénateur honoraire François Trucy,venu apporter un chaleureux soutien. Pour ce scrutin, Michel Bonnus, conseiller général sortant (élu en 2011 dans l’ex-canton 2deToulon), fait équipe avec Valérie Mondone, adjointe au maire de Toulon qui était Valérie Mondone et Michel Bonnus, candidats de la majorité départementale, ont inauguré leur permanence, placeRegouffre. (PhotoL.M.) sa suppléante en 2011. Enthousiastes et déterminés, les candidats ont insisté sur le travail réalisé par Hubert Falco et son équipe depuis 14 ans, appelant à « lacontinuité ». De son côté le mairealancé La chapelle Notre-Dame du Faronest un lieu prisé des promeneurs qui viennent jeter un coup d’œil derrière ses grandes grilles ouvertes. C’est aussi un lieu de culte, sur le territoire delaparoisse Saint-Vincent de Paul. (Photos J. Cn.) un vibrant appel à la mobilisation. « Le vote des Toulonnais est important, le Varabesoin de notre territoire. Non, le Var ne passera pas au Front national ! C’est vous qui allez le dire aux médias parisiens avecdes bulletins de vote ! » Paul (Montéty). Des messes ysont ponctuellement données par le père AlejandroRodriguez de la communauté des missionnaires du Christ-Maître. J. CN. Agenda de campagne UMP-canton 21 Jeudi 12 mars à 18h30, réunion publique avec HubertFalcoetChristiane Hummel,salle Couros àLa Valette. PS-canton 6 Les candidats PS du canton n°6 (La Garde,Le Pradet et Carqueiranne) Cécile Muschotti et Laurent Bailloux, organisent une réunion publique mardi 10 mars à 18h30 salle Foucher àCarqueiranne. Quel est mon canton ? Suiteauredécoupage des cantons imposé par l’État, des changements sont intervenus dans l’organisation des bureaux de vote àToulon. Certains ont même étésupprimés, dans les écoles maternelles Barbès,Valbourdin et Saint-Saëns. Un numéro vert:le 0800 81 01 20. Entièrement gratuit et joignable du lundi au vendredi de 8h30 à 16h30, il est d’ores et déjà opérationnel et permet de contacterdirectement le service citoyenneté de la mairie de Toulon.
var-matin Toulon Vendredi 6mars 2015 Une « armée » pour protéger les femmes violentées Accueillir, accompagner, héberger des femmes victimes de violences : cette mission déjà partagée entre les associations et l’Etat aété scellée en préfecture du Varpar une convention Ils n’ont pas attendu la journée internationale du 8mars pour se mettre en ordre de marche pour lutter contre lavio- lence faite aux femmes. Engagés dans le tissu associatif ou institutionnel, ils constituent « depuis de longue date une armée, a salué, hier matin, le préfet du Var, Pierre Soubelet, pour éradiquer ce fléau que sont ces violences, notamment dans la sphère familiale. » Cette coopération déjà existante s’inscrit d’autant plus dans la convention relative àl’accueil, l’accompagnement et l’hébergement, scellée, hier matin. Elle associe les douze représentants d’associations spécialisées dans la prise en charge des femmes victimes de violences, et l’Etat via la direction départementale cohésion sociale (DDCS) du Var, et le service intégré d’accueil et d’orientation du Var(SIAO). Elan collectif et général Elle ne fait que « stabiliser et renforcer cette habitude de La coopération déjà existanteentrel’Etatetles douzereprésentants de structures spécialisées danslaprise en charge de femmes victimes de violences « doit se poursuivre sur la durée ». (Photos Hervé Torregrossa) travailler en commun dans le département ».Elle illustre parfaitement « cet élan général et collectif », selon le préfet du Var, encouragé à être poursuivi sur le long terme. « Ces douze signataires montrent que l’Etat peut compter sur beaucoup de personnes pour promouvoir ces valeurs de respect de façon àéviter que continuent ces phénomènes de violences vraiment trés préoccupants àl’égarddes femmes en particulier dans la sphère conjugale. » En 2014, sur les 2724 appels anonymes provenant de la Région Paca, et reçus àla plate-forme du 39-19, 571 provenaient du Var. « Soit plus du double d’appels par rapport à2012. Cela ne veut pas dire qu’il y aplus de femmes victimes, mais que la communication passe mieux auprès des victimes », a précisé Chantal Molinès, déléguée aux Questions àNathalie Rocailleux, directrice de l’AFL Transition « Les enfants témoins de ces violences sont des victimes » Depuis quinze ans, l’association familiale laïque (AFL) Transition, au travers de ses antennes, veille à prévenir les violences intrafamiliales etsociales. Sur les plus de 400 femmes qui ont déjà franchi le seuil de l’accueil de jour depuis deux ans, « 86% ne sont pas retombées dans l’emprise de l’auteur des violences », explique Nathalie Rocailleux, responsable de l’association. Travaillant enétroite collaboration avec le tissu associatif, etnotamment le Service d’intégration d’accueil et d’orientation, elle s’est entourée d’une équipe pluridisciplinaire composée de travailleurs sociaux, psychologues et puéricultrices. Cetétablissement répond-t-il à un besoin ? Il permet de centraliser un premier accueil sur la prise en charge psychologique,puis d’accompagner physiquement les personnes vers la police, et vers le soin d’urgence lorsqu’elles en ont besoin. On les accompagne également dans toutes les démarches pour la mise à l’abri avec l’appui de partenaires. L’accueil de jour a, aussi, une vocation àseposer dans la distance pour pouvoir prendredurecul avec la situation du quotidien. Le soutien psychologique est-il important ? Il permet de déconstruire tous les processus toxiques du fait de rester auprès de l’auteur violent. Cesfemmes sont dans un cercle vicieux de l’emprise. Il s’agit qu’elles puissent accéder aux droits en enlevant d’abord les freins psychologiques. Vous recevez également les enfants... Les enfants ne sont seulement témoins,ils sont victimes. Quand vous vous construisez au contactd’unpèreoud’un beau-père qui frappe ou qui menacedemort, c’est l’interdit du meurtrequi est transgressé. Dans 40% des cas que nous recevons,le père qui est violent envers la femme l’est envers l’enfant. droits des femmes et égalité. Il n’empêche qu’en France, « seules 16% des 2216 femmes, âgées de 18 à 75 ans, victimes de violences physiques et ou sexuelles portent plainte. C’est encore trop peu »,commentet-elle. Aussi, l’écoute professionnelle auprès de ces femmes en souffrance physique et morale, appelée « àêtre aussi mise àl’abri dans des hébergements d’urgence » Que signifie pour vous cetteconvention ? Cette convention vient formaliser ce partenariat fort entre l’État, garant de la bientraitanceduplus fragile. Quand le milieu familial ne peut pas l’être, c’est bien àlasociétéde se substituer.Elle réaffirme les fondamentaux : une République qui ne sait pas protéger les personnes les plus fragiles est une République qui va mal. Tél.04.94.92.74.21. Ouvert sans rendez-vous du mardi au vendredi de 9hà17h. L’ensemble des dispositifs sur le territoirevarois permet aux femmes de mieux « libérer cette parole » souvent emprisonnée dans le silencedes maux. « Elles sortent de la honte dans laquelle elles se retrouvent »,explique Chantal Molinès, déléguée aux droits des femmes et égalité. « Personne n’aimaginé un jour vivreavecunconjoint qui est violent. Quand cetteparole se libère, charge aux professionnels spécialisés de récupérer Repères 39-19 Nméro d’appel anonyme et gratuit de la plateforme nationale d’écoute.Ouverte du lundi au vendredi de 9h à22hetleweek-end de 9hà18h. 115 Numéro d’appel gratuit du service intégré et d’orientation dans le Var pour la mise àl’abri 24 h sur 24 de personnes fragilisées. En2014, 391 femmes l’ont sollicité. revêt « une importance particulière »,a insisté le préfet du Var. La formation déjà effective pour 500 professionnels dans le Var(travailleurs sociaux, personnels des structures, policiers, gendarmes) est appelée àsepoursuivre. Cette convention n’est qu’une étape. Elle sera suivie de la signatureprochaine d’une charte d’éthique montrant « les valeurs partagées avec les partenaires »,etdelasortie d’un document en cours d’élaboration et à destination des professionnels, et notamment de santé bien souvent les premiers à être confrontés àces femmes violentées. Selon la préfecture du Var, près de 2000 femmes sont reçues dans l’année par les structures signataires. CATHERINE PONTONE cpontone@nicematin.fr Des dispositifs pour « libérer la parole » cetteparole et de travailler avec elle pour les amener peu àpeu àles émanciper et surtout àsortir de ce cercle de violence et àneplus l’accepter. » Plus les professionnels au sein de ces structures déjà bien ancrées sur le territoirevarois sont en mesured’accompagner ces femmes et les soutenir,plus « ces femmes se sentent en confiance ».Pour autant, peu franchissent encore le pas devant la Justice. « Lafemme qui est victime de violences est au cœur de l’accompagnement, explique Chantal Molinès. Elle doit faireuncertain travail pour yparvenir. Charge au professionnel de l’aider,etde l’accompagner aussi jusqu’au procès pour qu’elles arriventàse positionner en tant que victime. »



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :