Var-Matin n°2015-03-06 vendredi
Var-Matin n°2015-03-06 vendredi
  • Prix facial : 1,20 €

  • Parution : n°2015-03-06 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SCIC Nice-Matin

  • Format : (277 x 395) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 61,9 Mo

  • Dans ce numéro : 146 élèves-officiers ont appareillé hier pour cinq mois en mer.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Le Fait du jour Cap sur l’Extrême-Orient Pour la première fois, la célèbre mission Jeanne d’Arc qui embarque les élèves officiers français, aappareillé hier de Toulon. Retour prévu dans cinq mois Ç ayest, l’heure dugrand départ a sonné. Après avoir usé leur uniforme sur les bancs de l’école navale àBrest pendant 5semestres, les élèves officiers –146 au total –vont enfin connaîtrel’ivresse du grand large. Pour la première fois, la mission Jeanne d’Arc, assurée cette année par le bâtiment de projection et de commandement Dixmude et la frégate Aconit, aappareillé de Toulon. Direction l’Extrême-Orient ! D’ordinaire sifurtive, la frégate Aconit a été des plus bruyantes hier en milieu d’après midi. Àgrand renfortdecanon – 19 coups en l’honneur du général Pierre de Villiers, le chef d’état-major des armées –c’est elle en effet qui adonné le coup d’envoi àces cinq mois de navigation au long cours. Cinq mois qui mèneront les deux navires de guerre en mer Rouge, dans l’océan Indien et enfin en mer de Chine. Une zone où la Marine française entend renforcer sa présence. « C’est une zone très importante en terme stratégique. Une zone où il existe des problèmes de territorialisation Les bateaux changent, le nom de la mission demeure. Depuis mars 2010, ce sont désormais les modernes et spacieux bâtiments de projection et de commandement Mistral, Tonnerre et Dixmude qui assurent la mission Jeanne d’Arc, un déploiement àlamer long et lointain que les élèves officiers de marine mettent à profit pour appliquer les cours théoriques appris à l’école navale. Toulon Préparation opérationnelle 9 Liban Beyrouth Jordanie Aqaba 1 et où la France ades intérêts puisque d’importants flux maritimes y passent », explique l’amiral Bernard Rogel, chef d’état-major de la marine. Pour les élèves officiers, cette mission Jeanne d’Arc est avant tout l’occasion de mettre en application les cours théoriques étudiés les années précédentes. Apprendrelemétier de marin, Le vrai. Enfin. Mais en patrouillant dans le golfe d’Aden, en pénétrant peut-être dans le Golfe Persique, les élèves officiers vont également participer à des missions opérationnelles : la lutte contre la piraterie, les trafics illicites et le terrorisme ! Nul doute qu’à leur retour à Toulon dans cinq mois, ils auront changé et auront acquis « les compétences au commandement ». C’est du moins l’espoir du chef d’état-major des armées. Dossier : PIERRE-LOUIS PAGES plpages@nicematin.fr Photos : Dominique Leriche L’esprit de la Jeanne,désarmée en 2010 La mission tient son nom du portehélicoptères Jeanne d’Arc célèbre sur toutes les mers du globe. Admise au service actif en 1964, la « Jeanne », comme l’appelaient affectueusement les marins, aura formé des générations d’officiers de marine, mais aussi des commissaires de la marine, des administrateurs maritimes et des médecins. Navireécole, souvent utilisé pour le Les principales escales de la mission Jeanne-d’Arc de mars à juillet 2015 Lutte contre le terrorisme et la piraterie Aller Retour Inde Visakhapatnam Cochin 2 rayonnement de la France lors des escales, la Jeanne d’Arcaégalement été utilisée àdes fins opérationnelles. Surtout dans ses dernières années de service. En avril 2008, la Jeanne d’Arc avait ainsi participé, au large de la Somalie, à l’opération Thalathine, consistant à libérer l’équipage du Ponant pris en otages par des pirates. Parmi ses autres faits de gloire, on 8 Mission de soutien àl’exportation et présence enzone stratégique 3 Port Klang Malaisie Singapour 7 4 Jakarta Indonésie notera le sauvetage de « boat people » vietnamiens en 1988. Ou encore sa participation début 2005 à l’acheminement de l’aide humanitaireauprofit des victimes indonésiennes dutsunami. Désarmée en novembre 2010, la Jeanne d’Arc aquitté le port de Brest l’automne dernier pour Bassens, àcôté de Bordeaux, où elle est en cours de démantèlement. Corée dusud Pusan Japon Sasebo 6 5 Infographie Rina UZAN Une vitrine des industriels français Si le déploiement du Dixmude et de l’Aconit doit avant tout permettre aux élèves officiers de la Marine nationale « d’acquérir une stature de chef militaire et d’expert des systèmes navals »,c’est aussi l’occasion de montrer à des clients potentiels le savoir-fairedes industries navales et d’armement françaises. Dans le cadred’un partenariat qui lie les deux Pôles Mer avec la mission Jeanne d’Arc, le Dixmude devrait ainsi accueillir un cocktail de « networking » lors de son escale àSingapour àlafin du mois d’avril. Une aubaine pour les entreprises membres du Pôle Mer Méditerranée qui doivent participer àcette même époque au salon Sea Avia, un événement majeur très axé sur la sécurité maritime. Ce « soutien aux exportations »,totalement assumé par le ministère de la Défense,nes’arrêtera d’ailleurs pas au seul salon singapourien. Àchaque escale de la mission Jeanne d’Arc 2015, le Dixmude, qui a pris soin d’embarquer un diaporama présentant les projets des deux Pôles Mer, ainsi que des visuels de communication, pourrait se transformer en vitrine du « made in France ».
La frégate furtive Aconit, qui accompagnera leDixmude pendant les 5mois de la mission Jeanne d’Arc, atiré 19 coups de canon en l’honneur du chef d’état-major des armées. Jean : « Apprendre notre métier » À24ans, l’enseigne de vaisseau de 2 e classe Jean (1) en asoupé des cours à l’école navale. Il l’avoue avec toute la spontanéité de sa jeunesse : « J’ai dépassé le stade del’appréhension. J’ai vraiment envie d’appareiller.Onvaenfin réellement apprendre notre vrai métier : marin. À fond et àplein-temps ». Àl’évocation du parcours qui doit mener le Dixmude et l’Aconit jusqu’en mer de Chine, l’élève officier ales yeux qui pétillent. Quant aux missions : lutte contre lapiraterie et le terrorisme, présence française dans des zones stratégiques… elles ont de quoi nourrir l’imagination de tout jeune marin. « Mais la première des missions reste d’apprendre à naviguer », réaffirme le lieutenant Jean, lucide. Et d’ajouter : « On va se découvrir loin de son quotidien, voir comment on réagit ». 1. À la demande de l’armée, seul le prénom est utilisé pour des questions de sécurité. MARS 10H-19H - VENDREDI 13 MARS > 20H tw PRÉ-ACHETEZ VOS BILLETS D'ENTRÉE 5 EURDS AU LIEU DE 6 EURDS www.foiredenice.com I Tél. : 04 92 00 20 RO\. Général de Villiers : « S’adapter aux opérations modernes de demain » À l’occasion de l’appareillage du Dixmude et de l’Aconit, le chef d’étatmajor des armées Pierre de Villiers était àbord dubâtiment de projection et de commandement. Dans votre discours aux élèves officiers, vous avez évoqué la lutte contre leterrorisme. LeDixmude va-t-il rejoindre leCharles-de- Gaulle dans le Golfe Persique ? Général Pierre de Villiers : Il est important que les jeunes officiers aient conscience delasituation dans laquelle se trouvent les armées aujourd’hui. Pour ce qui est de la lutte contre leterrorisme, nos armées sont engagées aussi bien au Levant, qu’au Sahel ou même sur le territoire national au travers de l’opération Sentinelle. Une escale est prévue dans le port d’Aqaba en Jordanie. Àcette occasion, le Dixmude assure-t-il une mission de logistique au profit des Mirage déployés dans Le général de Villiers atenu à assister au départ des élèves officiers, les chefs militaires de demain. ce pays ? Non. Il yaeffectivement une escale prévue àAqaba en Jordanie, mais le Dixmude n’assure aucune Robin : « Une belle aventure » Médecin militaire tout juste sorti de l’école, apparemment rien ne prédestinait Robin (1) à prendrelamer.Hier,ila pourtant largué les amarresàborddelafrégate furtive Aconit qui, pendant les cinq prochains mois, accompagnera le Dixmude. « C’est moi qui, en juin dernier, ai choisi d’embarquer », confie l’intéressé. Pourquoi ? « La haute mer est un milieu qui m’attire pour ses grands espaces. Et puis la mission Jeanne PALAIS EXPOSITIONS PARVIS/PLEIN AIR/BÂTIR d’Arc vanous emmener dans des régions du globe assez originales, exotiques. Comme un avantgoût del’affectation qui m’attend l’été prochain à bord delafrégate Ventôse aux Antilles ». Àquelques minutes de l’appareillage, le médecin Robin ne ressentait aucune appréhension. « Plutôt de l’excitation à l’idée de vivre une belle aventure ». 1. Àlademande de l’armée,seul le prénom est utilisé pour des questions de sécurité. var-matin Vendredi 6mars 2015 pour lesfuturs pachas mission de soutien au détachement de Mirage 2000 qui ysont déployés dans le cadre del’opération Chammal contre Daech. Le Dixmude appareille sans groupe tactique embarqué. Est-ce un moins pour la mission ? C’est incontestablement un moins. Cette décision aété prise avec le Chef d’État-major de la marine pour des raisons évidentes de manque d’effectifs. Avec les opérations extérieures, l’opération Sentinelle sur le territoire national et les forces de souveraineté, nous avons quelque 30 000 soldats projetés. Ce renoncement est temporaire. La mission Jeanne d’Arc est néanmoins avant tout axée sur les métiers de base du marin. Mais il est vrai que la dimension interarmées est fondamentale en opération. Plus les officiers l’acquièrent jeunes, plus ils seront adaptés aux opérations modernes de demain.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :