Uniformes n°296 sep/oct 2014
Uniformes n°296 sep/oct 2014
  • Prix facial : 7,50 €

  • Parution : n°296 de sep/oct 2014

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 86

  • Taille du fichier PDF : 66,2 Mo

  • Dans ce numéro : histoire d'une unité... les bataillons de parachutistes vietnamiens en Indochine.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 64 - 65  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
64 65
COLLECTION COIFFURES Parfois présenté comme des casques pour l’exportation, en particulier pour l’Italie, ce casque est une fabrication des années 1920 du commerce à destination des services publics et collectivités. Ces casques ont des couleurs vertes, entre réséda et kaki. (Collection Mazurié) 78 UNIFORMES | COLLECTION On rencontre des casques repeints et décorés par des artistes. Au mieux, il s’agit de réalisations d’après-guerre. Il faut savoir que dans les années 1980, il arrivait qu’un casque Adrian décoré soit demandé à un vrai artiste-peintre pour être offert en cadeau à un collectionneur. (Collection et photo Boivin) Certains de ces casques de fabrication privée de 1915/16 auraient été fabriqués en aluminium pour les artificiers de l’artillerie ou les personnels des arsenaux dans les poudrières (casque ne présentant pas le risque de provoquer des étincelles en cas de choc, avec la bombe doublée de la feuille en cuivre pour la rigidifier un peu et la rendre un peu plus résistante). (Collection Mazurié) Les casques de fabrication privée, non agréés par l’armée, sont typiques de fabrication précoce et de guerre. Ils essaient de se rapprocher des prescriptions réglementaires pour la forme et le niveau de protection du tout nouveau casque Adrian. Mais les métaux employés, la peinture, les pièces en cuir n’en sont pas identiques. Celui-ci a été acheté par un photographe et mis à disposition des soldats. (Collection Montant)
Souvent très bien conservés (hormis les bombes et cimier en aluminium !) , les casques du commerce se présentent avec ou sans fente. La plupart porte un petit numéro estampé sur l’avant, 5, 6 ou 7 semblant correspondre à la taille de la bombe (A, B ou C). (Collection Mazurié) La coiffe des casques du commerce est caractéristique. Elle est souvent légèrement gaufrée et le cuir plus fin. Il faut être vigilant sur leur remontage sur un casque d’ordonnance. (Collection Mazurié) L’Adrian se décline en de multiples versions. A côté des productions allégées en carton et toile se trouvent des réalisations pour des panoplies d’enfant, comme cet exemplaire. On trouve aussi dans quelques collections des Adrian en feutre. Il pourrait s’agir de fabrications récentes. Les casques en liège et en carton ont probablement été fabriqués pour l’outre-mer par les chapeliers. Au vu de la complexité de fabrication, ils ne sont pas copiés. (Collection Mazurié) flé d’observateur d’artillerie ». A noter les essais réalisés par les ateliers de couture Poirier et non-adoptés par l’Armée. Les Adrian non réglementaires et les collections anciennes S’il est encore possible de trouver des Adrian « jus de grenier » en brocante, la grande majorité des pièces sont désormais des secondes mains qui sortent de collections. « Enfin des pièces authentiques, indiscutables et tant pis pour le prix à payer », pensera le collectionneur d’aujourd’hui ! Il faut au contraire être particulièrement soupçonneux devant ces collections composées dans les années 70/80. De nombreux collectionneurs ont acheté des moutons à cinq pattes pour se démarquer des autres, sans trop savoir ce que c’était. On a ainsi toujours l’impression « qu’avant c’était mieux », moins perverti par la bidouille. En fait, c’était simplement différent  : les collectionneurs n’avaient pas accès à autant de documentation qu’aujourd’hui et ne pouvaient pas confronter leurs points de vue comme nous le faisons communément sur les fora. Ces casques qui sortent de nos jours donnent donc l’impression de l’authenticité par l’ancienneté du propriétaire (souvent agrémenté d’un péremptoire « je m’y connais, j’ai 30 ans de collection derrière moi » ou « je l’ai sorti moi-même du grenier du poilu ») et par une couche de poussière et une patine de bon aloi mais souvent due à l’exposition mal contrôlée à la lumière. Soyez (très) vigilants ! Les cas particuliers Les casques de fabrication privée, du commerce et de chapeliers On place souvent sous cette appellation tous les Adrian qui ne ressemblent pas au modèle réglementaire. On y ajoute également des attributions erronées (« premiers lots pour l’Italie, très rares ! », « Adrian du service de la voirie et garde, très rare ! », etc.). Les casques de fabrication privée sont typiques du début de guerre. Ils se veulent des produits de substitution au casque réglementaire. Ils sont interdits au front. Les casques réglementaires dits de « fonctionnaires », correspondent en tout point aux prescriptions de l’administration militaires aux industriels. La seule différence est l’absence de fente pour un attribut. Il se dit qu’ils auraient fait partie des premières livraisons de casques vers l’Italie. En tout cas il ne s’agit pas de fabrication privée ou du commerce. Les casques en métal léger dits du commerce sont venus combler un vide à partir des années 1920. Par les couleurs et par les pièces utilisées, ils s’approchent des années 1930 et du casque Adrian 1926. Les casques de « chapeliers » sont en matériaux non-ferreux. Il s’agit de coiffures et non de protection, aussi légères que des chapeaux ou des képis. Leur attribut est souvent le modèle réglementaire. Cette mode de casques de chapeliers se retrouve également en Belgique et perdurera dans la Gendarmerie belge. A suivre Nos remerciements pour cette série d’articles vont à  : Clément Boivin, Bruno Contamine, de Bello Collections, Renaud Mansuy, Patrick Mazurié, Théodore Montant, Pierre-Emmanuel Roux COLLECTION | UNIFORMES 79



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 1Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 2-3Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 4-5Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 6-7Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 8-9Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 10-11Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 12-13Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 14-15Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 16-17Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 18-19Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 20-21Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 22-23Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 24-25Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 26-27Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 28-29Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 30-31Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 32-33Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 34-35Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 36-37Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 38-39Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 40-41Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 42-43Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 44-45Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 46-47Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 48-49Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 50-51Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 52-53Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 54-55Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 56-57Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 58-59Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 60-61Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 62-63Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 64-65Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 66-67Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 68-69Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 70-71Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 72-73Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 74-75Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 76-77Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 78-79Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 80-81Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 82-83Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 84-85Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 86