Uniformes n°296 sep/oct 2014
Uniformes n°296 sep/oct 2014
  • Prix facial : 7,50 €

  • Parution : n°296 de sep/oct 2014

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 86

  • Taille du fichier PDF : 66,2 Mo

  • Dans ce numéro : histoire d'une unité... les bataillons de parachutistes vietnamiens en Indochine.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 60 - 61  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
60 61
COLLECTION COIFFURES Le temps de guerre a permis à nombre d’initiatives collectives ou individuelles relatives au casque Adrian de voir le jour. Ces initiatives n’ont bien évidemment pas été enregistrées dans les règlements. Elles apparaissent parfois sur des photos, encore que certaines prêtent à confusion quant à leur interprétation. Tout ceci laisse une porte grande ouverte à l’imagination des faussaires. Souvent on se contente de discuter et de débattre sur tel détail, tel « truc », etc.  : « la visière est coupée à angle droit sur les bons », « il faut bien regarder le creux de la rouille », etc. alors qu’en réalité la question est tout autre  : Tout simplement, ce casque avec cet attribut particulier a-t-il seulement existé ? ! (Collection Mazurié) Collectionner les Adrian modèle 1915 2e Les peintures réglementaires TEXTE  : Eric Montant de l’Adrian PHOTOS  : Frédéric Coune Officiellement, trois grands types de peintures se rencontrent sur un Adrian 1915  : le bleu clair (qui prendra ensuite l’appellation de BH), une tonalité brune (moutarde-sable-brun), puis le kaki dans les années 1920/30. Ces trois teintes se déclinent ensuite en nuances, de claires à sombres, de satinées à mates. Elles sont appliquées en usine par pulvérisation (avec parfois des coulures !) ou au pinceau (avec des traces des poils). Les premières livraisons sont peintes en bleu légèrement brillant. Mais ces casques sont considérés comme trop voyants par les combattants. Le 30 octobre 1915 un couvre-casque en toile bleu clair est alors temporairement adopté. A partir du 3 juin 1916, une peinture terne (plus mate mais parfois aussi claire que la précédente) destinée à diminuer la visibilité des casques, est distribuée à l’Armée. Les casques sont repeints en usine ou sur le terrain dans cette nouvelle teinte. Le couvre-casque devient inutile. Le 8 juillet 1916 un nouveau procédé de cuisson en usine (appelé extra-cuisson) 74 UNIFORMES | COLLECTION Les casques Adrian 1915 sont concomitamment devenus un thème de collection à part entière et une source de profit et de spéculation pour de nombreux « margoulins », pour utiliser les termes du milieu. Ceci explique pourquoi nombre d’entre eux sont irrémédiablement transformés par des faussaires. En conséquence, les collectionner devient plus difficile de jour en jour. Désormais le diable se niche dans le détail. réalisé sur la même peinture la rend plus mate. La lumière (soleil et surtout lune) ayant tendance à éclaircir les teintes, attention à ne pas confondre de nos jours un casque à la peinture défraîchie avec un premier modèle ! A l’inverse, la crasse, le graissage ou l’application de différents produits ont tendance à fortement assom- partie (suite d’Uniformes 290) brir les peintures. Pour autant, certains casques ont eu une peinture franchement bleu-sombre (chasseurs à pied) voir noire (quelques casques de chasseurs, d’artillerie et de gendarmerie). A partir de 1921, les casques de la gendarmerie seront réglementairement en noir (« bleu foncé » officiellement). Enfin, les casques attribués aux
Attribut à l’ancre de 1929, dit de la « Marine » par les collectionneurs. On distingue deux variantes  : ancre fine ou épaisse. Il a en fait été porté par plusieurs types d’unités. Il équipe en particulier les troupes coloniales (tirailleurs sénégalais, marsouins, etc.), dans l’après-guerre (officialisé au BO du 31/12/1929). Le corps d’occupation en Chine composée de formations hétérogènes, métropolitaines comme indigènes en sera doté et combattra ainsi lors des troubles de 1927. Cet attribut se retrouve également sur des casques de chars 1919 à la place de la nouvelle rondache, porté par les équipages de chars et d’auto-mitrailleuses en Extrême-Orient. La consistance du cuir de chèvre 1 est un peu grenelée, particularité qui s’estompe avec le temps. La couleur du cuir peut varier  : la couleur originale de la jugulaire est brun clair. Mais le temps et le vieillissement lui donnent souvent une couleur presque noire. (Collection Montant) 1) Plus résistant, le cuir de chèvre est introduit en août 1915 en remplacement des peaux de mouton. troupes d’outre-mer (le terme outre-mer englobe Afrique, Extrême-Orient et Balkans ainsi que les troupes coloniales mais aussi les troupes métropolitaines engagées sur ces théâtres) sont pour la plupart repeints au pinceau en couleur brune (moutarde-sable-brun). Ces casques seront par la suite peints dans ce ton directement en usine jusqu’aux années 1930 (casques fabriqués par la CC en particulier). Un premier contrôle passe souvent simplement par sentir le casque  : s’il dégage une odeur La pièce la plus fragile du casque Adrian est la jugulaire. Son examen s’impose car elle est souvent restaurée, remontée, voir complètement changée. De face, le boucleteau et le retour de cuir sont à gauche. La jugulaire est souvent coupée mais n’étant pas amovible, elle ne peut être changée facilement. Les faussaires la réajustent et remettent des œillets. Elle est alors plus courte. Il faut donc la mesurer sur ces 57 cm. (Collection Montant) Deux types de fixation réglementaires en métal la fixent à demeure. Il s’agit d’un œillet rond en laiton (parfois appelé faux œillet) ou une agrafe type parisienne en fer ou en laiton (jamais en aluminium) avec tête ronde noircie (de forme tubulaire ou fendue). Les fixations ont toutes la particularité de bien mordre sur le cuir. Le boucleteau est fixé indistinctement par un œillet évidé en laiton ou un non évidé et noirci. (Collection Montant) La jugulaire modèle 1915 est rivetée. Les jugulaires démontables sont postérieures. Très fragile la jugulaire 1915 est souvent remplacée par une jugulaire 1926 (photo), plus épaisse et amovible. Ce montage n’est possible que sur les Adrian 1915 repeints en kaki. de peinture, il peut être écarté. La question du casque Adrian camouflé avec des combinaisons de peinture se pose régulièrement, généralement à l’occasion d’une vente d’un tel objet. Rappelons que le BH est déjà une forme de camouflage et qu’il se complétera par un couvre-casque, ou une peinture adaptée au théâtre d’opération (couleur sable par exemple). A notre connaissance, le seul camouflage supplémentaire (logique de surcroît !) apporté sur un Adrian est le blanc en période hivernale, sous forme d’un couvre casque ou de peinture. Un camouflage temporaire à la peinture blanche à l’eau a existé sur le front des Vosges, mais ce camouflage était retiré au printemps d’où la très faible probabilité d’en trouver un. Même si la patine, la rouille et la crasse donnent parfois l’impression d’un très léger fondu et mélange de couleur, l’existence d’un casque Adrian 1915 camouflé « 3 tons » paraît peu probable. Il faut donc être plus que circonspect face à un prétendu « authentique casque camou- COLLECTION | UNIFORMES 75



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 1Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 2-3Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 4-5Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 6-7Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 8-9Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 10-11Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 12-13Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 14-15Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 16-17Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 18-19Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 20-21Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 22-23Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 24-25Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 26-27Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 28-29Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 30-31Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 32-33Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 34-35Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 36-37Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 38-39Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 40-41Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 42-43Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 44-45Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 46-47Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 48-49Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 50-51Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 52-53Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 54-55Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 56-57Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 58-59Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 60-61Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 62-63Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 64-65Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 66-67Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 68-69Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 70-71Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 72-73Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 74-75Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 76-77Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 78-79Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 80-81Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 82-83Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 84-85Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 86